L’Europe condamne les recours judiciaires contre la « clôture de sécurité »

Eupolitix.com

mercredi 4 février 2004

Ce lundi l’Union Européenne s’est officiellement opposée aux procédures en justice introduites auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye visant à condamner l’initiative israélienne de construire une « clôture de sécurité » en Cisjordanie.


Un message envoyé par la présidence irlandaise de l’Union Européenne à la Cour Internationale de Justice de La Haye aux Pays-Bas ferait état de l’opinion sans détours de l’Union, qui percevrait ce procès comme inapproprié.

Un diplomate proche de l’affaire a déclaré que selon l’Union Européenne une action en justice « n’aiderait pas les efforts effectués des deux côtés » pour trouver une solution pacifique à la crise actuelle suscitée par la construction contestée de cette clôture de sécurité.

L’opinion européenne soutiendra le point de vue d’Israël selon lequel la Cour Internationale de Justice de La Haye n’a aucune autorité en la matière et ne peut donc pas juger l’affaire.

Le Royaume-Uni et l’Allemagne, qui ont transmis des messages nationaux individuels à la Cour, ont émis maintes réserves et ne pensent pas que la Cour Internationale de Justice de La Haye, soit l’entité la plus appropriée pour résoudre le problème.

Malgré les réserves de la communauté internationale, l’administration israélienne a été amèrement critiquée pour compromettre le processus de paix en s’obstinant à poursuivre la construction du mur de sécurité.

Javier Solana, le Haut Représentant de l’Union Européenne pour la « Politique Etrangère et de Sécurité Commune » a répété ce lundi la position européenne depuis le début : la clôture « ne contribuera pas à la paix » au Moyen-Orient.

« Il n’y a aucun doute parmi les Etats membres de l’Union Européenne quant au fait que la barrière de sécurité entravera tout accord bilatéral », a ajouté le commissaire européen aux Relations extérieures Chris Patten.

Lors d’une déclaration faite l’année dernière l’Union Européenne avait affirmé publiquement que la construction de la clôture était illégale.

Récemment cette barrière est devenue l’un des symboles les plus emblématiques du conflit au Moyen-Orient.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil