Débat à la cour suprême d’Israël sur l’affaire Al-Dura

CRIF Conseil Représentatif des Institutions Juives de France

mardi 13 mai 2008

Lundi 12 mai, le reportage du journaliste de France 2, Charles Enderlin, sur la mort du petit Mohammed Al-Dura, a fait pour la première fois l’objet d’un débat à la Cour suprême d’Israël.


Un cabinet d’avocats a réclamé à la Cour suprême la révocation des accréditations de journalistes de l’équipe de télévision de France 2, accusée d’avoir « mis en scène » la mort de cet enfant de douze ans dans les bras de son père, le 30 septembre 2000, au tout début de la seconde Intifada.

En face, les représentants de l’Etat et de la chaîne française, soutenus par les associations de la presse israélienne et étrangère, ont rejeté cette exigence au nom notamment de la « liberté de la presse ».

« Ce recours s’inscrit dans une campagne calomnieuse suite à l’impact qu’ont eu ces images, une campagne qui vise à délégitimer le travail des journalistes » couvrant le conflit israélo-palestinien, a déclaré Charles Enderlin, le journaliste auteur du reportage et directeur du bureau de France 2 à Jérusalem.

Il s’est toutefois félicité que l’affaire soit portée pour la première fois devant les tribunaux en Israël, affirmant que jusqu’à ce jour « aucune demande en bonne et due forme n’a été adressée à France 2 par une instance judiciaire israélienne » pour faire la lumière sur les circonstances du drame.

Le tribunal a annoncé qu’il déciderait prochainement si l’affaire relève de sa compétence.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil