Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Désinformation : Grande manifestation de soutien au Hamas à Montréal

Désinformation : Grande manifestation de soutien au Hamas à Montréal

Hélène Keller-Lind

mardi 20 novembre 2012
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le 18 octobre un long fleuve de haine anti-israélienne et anti-canadienne parcourait une artère commerçante du centre de ville de Montréal, en présence et avec le soutien de deux députés du Parti Québec Solidaire. Alors même que depuis le 14 novembre plus de 540 roquettes et missiles avaient déjà été lancés contre la population israélienne depuis la Bande de Gaza, qu’Israël montre en images que ses répliques, entrant dans le cadre de la légitime défense, visent exclusivement des cibles militaires. Ou que l’État hébreu continue à faire entrer quotidiennement des tonnes de nourriture ou de produits médicaux dans la Bande de Gaza. Alors aussi que le Hamas refusait toute trêve avec Israël.

La réalité

Il y a la réalité, celle des attaques incessantes du Hamas lançant roquettes, obus de mortier et missiles depuis la Bande de Gaza, faisant vivre la population du sud d’Israël dans la terreur. État de fait insupportable qui a conduit le gouvernement israélien à répliquer dans le cadre de l’Opération Pilier de Défense. Une réplique visant exclusivement des cibles militaires. Mais qui, malheureusement fait aussi des victimes civiles palestiniennes étant donné que le Hamas installe ses rampes de lancement au sein de civils palestiniens, voire sous des hôpitaux ou près de mosquées et n’a construit aucune abri pour ses civils comme le fait Israël. Ce qui a été montré encore et encore dans les vidéos mises à la disposition de tous par Tsahal et divers sites d’information. Parmi ces documents, le dernier rapport de Palestinian Media Watch

Les États-Unis ou le Canada, ou encore la Grande-Bretagne ne s’y sont pas trompés et ont reconnu à Israël le droit de se défendre. Une défense entrant dans le cadre de la légitime défense, ce que dit et répète à Paris le Professeur émérite de Droit International David Ruzié ou, de ce côté de l’Atlantique le Professeur de Droit Irwin Cotler, député libéral fédéral, ancien ministre canadien de la Justice, défenseur de militants des droits de l’homme tels Nelson Mandela. Irwin Cotler listait en revanche les crimes de guerre bien réels commis par le Hamas lors d’une manifestation de soutien organisée par des étudiants juifs devant le consulat d’Israël le 17 novembre. Des crimes avérés en droit international comme, justement, ces tirs aléatoires visant des centres urbains et donc une population civile, lancés depuis la Bande de Gaza, ou le fait que le Hamas utilise sa population comme boucliers humains.

Qu’il s’agisse de légitime défense, cela est également souligné par le CRIF qui « appelle à un rassemblement unitaire de toutes les organisations de la communauté et juive et tous ceux qui aiment l’État d’Israël et le soutiennent le 20 novembre devant l’ambassade d’Israël à Paris ».

Même constant du Centre Consultatif des Relations Juives et Israéliennes – CIRJ - au Canada. . David Ouellette, directeur associé du CIRJ pour Montréal déclarait le 18 novembre à Radio-Canada lors de la grande manifestation contre Israël que « dans ce conflit une seule partie cible délibérément des civils et ce sont les terroristes palestiniens à Gaza. Israël mène des frappes chirurgicales dans le territoire de Gaza ». On notera que le journaliste de Radio Canada qui a suivi la manifestation semble ne pas avoir entendu les slogans systématiquement hostiles à Israël et au Canada. Son reportage, intitulé « manifestation d’appui aux Palestiniens, élan de solidarité », a pour chapeau : « Une coalition pour la paix en Palestine a tenu une nouvelle manifestation de solidarité avec le peuple de Gaza, dimanche à Montréal, alors qu’Israël bombardait la région pour une cinquième journée d’affilée ». La parole est donnée pendant quelques secondes à David Ouellette, aussitôt contré par un Professeur d’une université québecoise, et la séquence se termine avec le bilan des morts et des blessés qui, bien sûr, semble accuser Israël, sans que rien ne soit dit de l’utilisation des Gazaouis comme boucliers humains par le Hamas

Jean-Marie Gélinas, Président des Amitiés Québec-Israël, pour sa part, estime que « Israël est agressé encore une fois et les agresseurs cherchent à détruire l’État juif qui est confronté à une coalition de l’impérialisme musulman ne cherchant pas la paix mais qui a comme seul but la conquête du monde. ». Il ajoute : « il faut que le monde libre le comprenne. Les manifestations auxquelles on assiste en sont un sous-produit, avec des gens manipulés et endoctrinés prêts à faire n’importe quoi contre la sécurité de leur propre pays ». Au vu de la liste des organisateurs de la manifestation du 18 novembre il fait ce commentaire : « ce sont des organisations de tendance gauchiste, communiste et anarchique », déplorant que « celles-ci pavent la route aux nazislamistes dans notre pays ».

Et pour ne prendre qu’un seul autre exemple nord-américain : aux États-Unis le Centre Simon Wiesenthal explique, lui aussi, que la responsabilité pleine et entière de la situation actuelle incombe au Hamas.

Mythes, désinformation, incitation à la haine

Bien évidemment rien de tout cela n’apparaîtra dans les manifestations de soutien à Gaza qui ont été organisées ces jours derniers à Montréal par des groupes qui militent depuis des années contre Israël. Pour mémoire, l’un de ces groupes avait d’ailleurs manifesté d’une manière si violente contre la venue de Benyamin Netanyahou à l’université montréalaise de Concordia que les forces de sécurité avaient dû annuler la conférence qu’il devait y donner pour prévenir les violences . Ce sont en partie des membres de ce même groupe qui ont harcelé un commerce montréalais pendant des mois au motif qu’il vendait, entre autres, des chaussures israéliennes. Avant d’y renoncer pour s’en prendre à un autre commerce de la ville vendant la marque de chaussures israéliennes NAOT, ainsi qu’à une librairie accusée de soutenir Israël. Manifestations hebdomadaires entrant dans le cadre de la campagne BDS, illégale en France, mais qui ne l’est pas au Canada, au nom de la liberté d’expression. Une liberté empêchant pourtant des commerçants et les commerces voisins de travailler librement.

Un député du Parti Québec Solidaire leur avait d’ailleurs apporté son concours. Et c’est ce même député, ainsi que des membres de ce groupe, que l’on retrouvait d’ailleurs dans la grande manifestation que l’on ne peut que qualifier d’anti-israélienne et anti-canadienne au vu des slogans entendus. Il s’agit d’Amir Khadir à qui un livre « les Faces cachées d’Amir Khadir » a récemment été consacré par un auteur québecois, Pierre K. Malouf, qui décrypte le côté sombre de cet homme politique . Amir Khadir était accompagné d’un autre député de ce même parti, Françoise David évoquée, elle aussi, aussi dans l’ouvrage. Le véhicule avec sono en tête de la manifestation était conduit par l’un des manifestants assidus qui accusent Israël d’apartheid et autres crimes tous les samedi devant le magasin NAOT. Incitant de ce fait à la haine d’Israël.

Loin d’être une manifestation de soutien au peuple gazaoui cette grande marche ayant rassemblé des centaines de personnes aura été, de fait, une grande opération anti-israélienne puisque, dans des slogans répétitifs, Israël était abondamment qualifié de « terroriste », « raciste », « criminel », « assassin ». Même si on entendait aussi parfois « Viva Gaza » ou si on voyait un panneau avec la photo d’une fillette dont on ne sait dans quelles circonstances elle aurait été blessée, le Hamas s’étant illustré ces derniers jours par une série d’affirmations mensongères aussitôt démontées. Autre slogan entendu, ne laissant aucun doute quant à ce que souhaitent les organisateurs de la manifestation : « From the River to the Sea » - du Jourdain à la Mer méditerranée -.

Un panneau porté par des Neturei Karta, venus de New York pour l’occasion, était d’ailleurs très clair : on y voyait un drapeau israélien rayé de rouge. Interrogé, un de ses membres, affirmait « qu’il n’y a pas de Juifs en Israël mais des Sionistes ». Dans les tracts qu’ils distribuaient ils disaient « condamner les atrocités sionistes à Gaza , appelant à ce qu’il y ait « un état palestinien sur toute la Terre Sainte » ou « à la fin de l’occupation sioniste dans chacune des moindres parcelles de la Palestine ». Neture Karta qui ont été reçus en grande pompe par Ahmadinejad, on le sait.
Plus tard, une journaliste ayant fait remarquer à un de ses membres que le jeune enfant qui l’accompagnait avait l’air très apeuré et n’avait sans doute pas sa place dans cette manifestation, a été prise à partie, immobilisée un temps et copieusement insultée par des manifestants. Un incident qui sera rapporté ensuite par des manifestants de manière mensongère, la journaliste étant accusée d’avoir « frappé des enfants »... Mais nous sommes ici totalement dans la culture du mensonge.

Un manifestant s’en prendra à elle violemment en fin de manifestation sur une place où une distribution de nourriture à des sans abris était en cours, lui arrachant des mains son appareil photo et tenant un discours incohérent. Appareil photo récupéré par un sympathisant, car quelques observateurs, dont des membres du CIRJ, étaient sur les lieux. On notera que ces sans-abris, pourtant perturbés par cette irruption de centaines de manifestants, ont entouré la personne agressée pour la protéger.

Une même hargne était manifestée à l’égard d’une personne qui ne participait pas à la manifestation mais interpellait des manifestants à propos du silence des ces groupes face aux massacres perpétrés en Syrie, contrastant de manière étonnante avec leur mobilisation ce jour-là. Des propos ensuite déformés de manière délirante par des manifestants.

Pour faire bonne mesure le Premier ministre canadien Harper et même le Canada étaient également conspués. Ce qui étonne d’autant plus qu’une grande partie des manifestants semblaient être des immigrants. Certains portant même des drapeaux de pays comme l’Algérie, la Tunisie ou le nouveau drapeau de la Syrie. D’ailleurs, parmi les organisations rassemblées dans la Coalition organisatrice, on note une association syrienne, une algérienne ou une tunisienne. On notait aussi la présence de nombreuses femmes voilées ou de personnes apparemment québecoises de souche arborant des carrés rouges – qui avaient été le symbole de la contestation étudiante de l’été dernier, ainsi que des anti-capitalistes masqués vêtus de noir. La Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec FNEEQ CSN, la Confédération des syndicats nationaux- Conseil central du Montréal métropolitain (CSN-CCMM) et des syndicats d’étudiants font également partie de cette Coalition « pour la paix en Palestine ».

Pendant ce temps le Hamas, qui gère la Bande de Gaza, rejetait toute idée de trêve avec Israël, déplorait publiquement qu’il n’y ait plus d’attentats-suicides, menaçant de les reprendre dans bus et cafés http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=7996 et proclamait aimer la mort plus que la vie, à la différence des Israéliens, http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8022 comme le relevait Palestinian Media Watch. Comment croire dès lors un seul instant à la volonté de paix de la Coalition organisatrice de ces manifestations.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette