Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La « nakba » : sa véritable signification historique.

La « nakba » : sa véritable signification historique.

Dr Zvi Tenney Ambassador of Israel (ret)

samedi 19 mai 2012
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

A la lumière de l’histoire du conflit arabo- israélien on ne peut s’empêcher de considérer la « nakba » célébrée ces jours derniers, comme l’expression de la frustration du monde arabe de n’avoir pas réussi « à jeter les Juifs à la mer », objectif poursuivi avec obstination des années durant et jusqu’à nos jours.

LCela a commencé après la première guerre mondiale, le Proche Orient qui était jusqu’alors sous l’emprise de l’Empire ottoman fut découpé pour créer les pays que nous connaissons aujourd’hui (la Syrie ,le Liban ,l’Irak ) .Pour ce qui était de la Palestine, sur ses deux rives du Jourdain, la Société des Nations (source de la légitimité internationale avant la création de l’ONU ), décida en avril 1920,de la destiner à la création d’un Foyer National Juif “compte tenu des liens historiques du peuple juif avec la Palestine “. Elle fut donc, à cette fin, confiée en Mandat à la Grande Bretagne qui devait mener à bien la mise en application de cette décision.

C’est alors que commencèrent les pressions du monde arabe pour torpiller ce projet : il était impensable pour ce monde arabo-musulman que “les Juifs puissent être souverains en Terre d’Islam” , et qui plus est, en référence à ” leurs liens historiques à la Palestine “, liens que ce monde dénie purement et simplement. Tout devait être mis en œuvre pour torpiller ce projet.

Malgré le fait qu’en 1922, les Arabes palestiniens se virent octroyer un Etat sur 80 % du territoire de la Palestine mandataire à l’Est du Jourdain qui prit le nom de Jordanie, (le feu roi Hussein répétant en toute occasion : "La Jordanie est la Palestine”), les pressions politiques arabes ne cessèrent pas pour autant. Elles devaient s’accompagner désormais d’actes de violences sanglants contre la population juive encouragés par le Mufti de Jérusalem et les prêches des imams ordonnant de tuer les Juifs. Le cas le plus tragique étant le pogrom de 1929 contre la population juive de Hébron.

Croyant pouvoir satisfaire enfin les Arabes, l’ONU vota en 1947 un plan de partage qui n’attribuait aux Juifs que 10 % de la Palestine mandataire, une deuxième amputation du pays qui leur était destiné et que les Juifs durent se résigner à accepter. Mais constants dans leur refus de toute possibilité d’une souveraineté juive, les Arabes rejetèrent ce plan onusien et, vociférant des appels de « jeter les Juifs à la mer », lancèrent une attaque concertée pour détruire, le minuscule Etat juif qui venait de naître.

N’ayant pas réussi dans cette tentative et pour maintenir et officialiser cet objectif, le Président égyptien Nasser, créa en 1964 l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) non pas pour libérer la “Cisjordanie” et la bande de Gaza (alors sous occupation jordanienne et Egyptienne), mais « pour raser l’Etat juif et le remplacer par une Palestine arabe » sous égide égyptienne.

En 1967 l’Egypte pris l’initiative d’une attaque armée contre Israël avec le concours de la Syrie et de la Jordanie dans le but déclaré de le détruire, mais Israël, une fois de plus, réussit à contenir cette offensive concertée.
C’est alors qu’on commença à parler d’un « Peuple palestinien » comme « fer de lance » de la lutte du monde arabe contre l’existence même d’Israël. En septembre 1967, le Sommet arabe réuni à Khartoum décidait, officiellement et ouvertement, des fameux trois « NON » : « Non à la négociation, non à la réconciliation et non à la reconnaissance d’Israël »….Et il ne s’agissait pas là d’une position des seuls extrémistes dans le monde arabe. Le feu Fayçal Husseini, dirigeant palestinien, célébré par les médias pour sa “modération”, n’a-t-il pas ouvertement déclaré au journal égyptien,”Al Arabi” du 2 juillet 2001 que « les Accords d’Oslo étaient un cheval de Troie, destiné à pourvoir les Palestiniens d’une base territoriale pour conduire une guérilla permanente qui devrait aboutir à la création d’un Etat palestinien sur les ruines d’Israël » ?

Mais voilà, toutes ces tentatives ont échouées et les Arabes, ne pouvant surmonter leur frustration, décidèrent de commémorer la « nekba », la catastrophe des villages détruits, des morts et des réfugiés,résultat d’une guerre qu’ils ont eux-mêmes déclenché pour anéantir l’Etat d’Israël ….Et quelle meilleurs date pour commémorer cette « nekba » que le jour anniversaire de la naissance de l’Etat d’Israël ?

Il n’y aurait certainement pas eu de « nakba » si les Arabes avaient triomphé des forces armées juives .Ces villages détruits ,ces morts,ces réfugiés auraient été considéré alors, comme il se doit, de dégâts collatéraux, conséquences bien connue de toute guerre.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette