Depuis Septembre 2000, DES INFOS.com est libre d'accès et gratuit pour vous donner une véritable information sur Israël
Personnalisé
Newsletter gratuite cliquer ici
et pour éviter qu’elle soit classée en indésirable  
ajouter l’adresse newsletter desinfos.com dans vos contacts
Rejoindre desinfos.com pour mobile ICI
-
Accueil du site > Les textes > Judée Samarie et « occupation » : un silence « brisé » à sens unique

Judée Samarie et « occupation » : un silence « brisé » à sens unique

Hélène Keller-Lind

mardi 28 décembre 2010
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Europalestine, qui se déguise en pacifiste, publie sur son site une interview réalisée par Paris Match. Le magazine y donne la parole à un « ex-officier de l’armée israélienne » qui déplore qu’Israël ait, selon lui, « créé un monstre : l’occupation. » Vision en tunnel sans que, jamais, ne soit donné un autre son de cloche. Une question s’impose : que dirait Yehouda Shaul si la Judée Samarie se transformait en Bande de Gaza bis ?

États d’âme....

Yehouda Shaul invoque la religion et sa foi – il est orthodoxe- pour justifier ce qu’il dit et fait – publication d’un livre « Breaking the Silence » Rompre le silence -. Il termine l’interview par ces mots : « je sais ce que signifie être un juif religieux : ne pas rester silencieux devant ce qui est mal. Et je veux apporter une solution, pas un problème. »

Ce qu’il dénonce est «  l’occupation  » devenue, selon lui, « un monstre. » On peut comprendre que devoir filtrer le passage de Palestiniens, dont la grande majorité sont des personnes ordinaires, devoir effectuer des fouilles variées, jour après jour, voire se battre contre des hommes armées, le plus souvent la peur au ventre, n’est pas chose aisée, et que devoir tuer parfois alors qu’un commandement enjoint de ne pas tuer, cela laisse des traces. Pas plus que de voir des soldats parfois épuisés perdre patience... Ce n’est pas aisé, surtout pour de très jeunes gens qui font leur service militaire à partir de 18 ans et quittent l’armée à 21 ou 22 ans, sauf s’ils deviennent officiers ou ont choisi de faire leurs études d’abord.

Participer d’une délégitimation

Et on comprend, dès lors, qu’en réaction, l’on puisse être tenté de forcer le trait, ou généraliser hors de propos des comportements ponctuels, ce qu’il semble faire. Mais s’il pense que proclamer ses états d’âme publiquement est « une solution  » et pas « un problème, » il n’a rien compris à l’état du monde qui est saisi aujourd’hui d’une frénésie anti-israélienne majeure visant à délégitimer l’État hébreu dans le but non avoué – et non avouable- de le détruire. Il ne se rend pas compte qu’il aboie ainsi avec les loups et participe de cette délégitimation.

Ce qui étonne, d’ailleurs, compte tenu des circonstances difficiles pour ces jeunes gens investis d’une si grande responsabilité sécuritaire, il y ait si peu de ce qu’on pourrait qualifier de dérapages de la part des forces de sécurité. Et ce jeune homme oublie sans doute que les dérapages, qui ne manquent pas d’être signalés dans leur quasi totalité, sont sanctionnés par l’armée

Parler de certains effets en grossissant le trait et en oubliant les causes

De plus, ce qui étonne, c’est que ce jeune homme ne parle pas une seule fois des raisons de la présence militaire et sécuritaire d’Israël sur une partie seulement de cette région – l’Autorité palestinienne gère les villes où vit la plus grande partie de la population palestinienne, mis à part les Gazaouis et y parler « d’occupation » est ridicule Et elle en profite pour enseigner la haine des Juifs, au sens le plus large, et délégitimer Israël tous azimuts www.palwatch.org -.

Aurait-t-il oublié la longue et terrible liste d’attentats, le plus souvent aveugles, perpétrés contre des civils en Israël même, tuant indifféremment enfants, bébés, adultes ou viellards ? Ignore-t-il que s’il reste des forces de sécurité dans une partie de la Judée Samarie, s’il y a une barrière de sécurité – et non pas un mur-, s’il y a des contrôles de sécurité, des fouilles, c’est tout simplement parce que le terrorisme n’est pas un vain mot et n’a pas disparu. Le terrorisme tue, blesse, traumatise. Le devoir de tout État est de protéger ses citoyens, de lutter contre le terrorisme.

Ignore-t-il que le gouvernement israélien actuel a levé des dizaines de barrages et checkpoints pour faciliter la vie des Palestiniens mais ne peut les ôter tous pour, justement, prévenir le terrorisme. A-t-il oublié les circonstances ayant conduit à l’assassinat de Suki Sofer  ?

Ignore-t-il que l’Autorité palestinienne, elle-même arrête des dizaines de Palestiniens, appartenant, notamment au Hamas, et qui veulent en découdre, les armes à la main ? Et que s’il n’y avait plus de forces de sécurité israéliennes en Judée Samarie, non seulement les attentats reprendraient de plus belle, mais cette région deviendrait aussi un Hamasland bis, comparable à la Bande de Gaza...

Et on se demande quand Paris Match, pour ne pas « informer » à sens unique, donc participer de la désinformation ambiante, publiera des articles tout aussi saisissants sur ces sujets ?


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - Enregistrer au format PDF

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de


Informations , services et publicité gratuite sélectionnée...


IDC








 




Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Flyer de Desinfos. com librement reproductible




Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Admin |     | SPIP | squelette