Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La misère dans la Bande de Gaza est le miroir de la misère dans les zones (...)

La misère dans la Bande de Gaza est le miroir de la misère dans les zones rurales égyptiennes

Hélène Keller-Lind

jeudi 24 juin 2010
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’Égypte jouxte la Bande de Gaza, territoire administré par l’Égypte jusqu’en 1967. La situation sociale en Égypte est donc particulièrement intéressante si l’on veut comprendre la situation dans la Bande de Gaza....

Le territoire de quelque 360 km2 appelé Bande de Gaza a longtemps été sous administration égyptienne, puis est passé sous administration israélienne de 1967 à 1994. On se souvient du retour de Yasser Arafat cette année-là. La Bande de Gaza passa alors sous administration palestinienne. Puis Israël s’est totalement retiré de ses implantations de la Bande de Gaza en 2005.

En 1994 le Chef de l’OLP évoquait déjà « la misère de la Bande de Gaza, » ou la « destruction des infrastructures » qu’il imputait à « l’occupation. »->http://www.ina.fr/histoire-et-confl...] On se demande de quelle occupation et de quelles infrastructures il pouvait bien parler.....

Surtout au regard de ce qui se passe aujourd’hui, en 2010, en Égypte.....

On apprend par l’UNICEF que pour 2008 – 2009 ce sont 16,3 millions Égyptiens qui vivent sous le seuil de pauvreté tel qu’il est défini par leur gouvernement Huit sur dix de ces personnes vivant dans des zones rurales. Or, la Bande de Gaza est aussi une zone rurale. Mais si l’on prend le seul de pauvreté de moins de 2 $ par jour, on constate que ce sont alors 44 % des foyers égyptiens avec enfants qui sont concernés...Un certain progrès nous dit l’UNICEF....tout étant relatif. Mais on parle là de foyers ayant un revenu, aussi maigre soit-il. Le revenu venant d’ailleurs parfois du travail du ou des enfants....Il faut donc ajouter les déshérités, sans revenus, notamment les enfants qui vivent dans la rue. Et vient se greffer l’illettrisme, qui touche particulièrement les femmes, 84 % des femmes égyptiennes n’ayant pas d’emploi.

Par ailleurs, selon une autre étude de l’UNICEF consacrée aux enfants, en 2010 « un enfant égyptien sur quatre – plus de 7 millions- sont privés de l’un ou plusieurs des droits permettant aux enfants d’avoir une enfance normale. [ ces droits étant : revenus, abri, nourriture, éducation, information, santé, sanitaires, eau ] Environ un million deux cents mille enfants vivent dans une pauvreté absolue....Plus d’un million 400.000 enfants vivent avec moins d’un dollar par jour et 15 million 600.000 enfants avec moins de 2 dollars par jour....En 2009 ce sont 23 % des enfants de moins de 15 ans qui vivent en Égypte dans la pauvreté bien que vivant dans un foyer ayant des revenus. »

Pour la Bande de Gaza le taux de pauvreté est actuellement de 70 % selon la CIA mais l’agence américaine attribue le quasi effondrement de son économie privée à deux facteurs : des contrôles stricts extérieurs mais aussi intérieurs – et donc imputables au Hamas. Et précise que les contrôles extérieurs, israéliens, donc, sont devenus plus stricts après la prise du pouvoir par le Hamas [ dont la Charte prévoit la destruction d’Israël, d’où une prudence nécessaire...] et les combats entre le Hamas et Israël.

La CIA note au passage que beaucoup de biens entrent dans la Bande de Gaza par des tunnels dans ce qui est décrit comme étant « un commerce florissant... » Ou que 120.000 Kwh sont importés d’Israël pour répondre aux besoins intérieurs, seuls 60.000 kwh étant produits sur place....

Par ailleurs des aides très importantes sont apportées aux plus pauvres parmi les habitants de la Bande de Gaza par l’UNRWA Une solution qui n’est guère idéale, certes, mais comme le rappelait récemment le Président Shimon Peres, « le blocus s’arrêtera avec la fin du terrorisme. » En attendant la pauvreté dans la Bande de Gaza, aussi terrible puisse-t-elle nous paraître, ne diffère pas beaucoup de celle de zones comparables à quelques kilomètres à l’Ouest, en Égypte. A quand donc les « flottilles d’aide humanitaire » pour ces pauvres-là ?


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette