Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Mots-clés > Auteurs > Ruzié David

Articles du thème Ruzié David


Boycott, pas mort…..

Par David Ruzié, professeur des universités, spécialiste de droit international - 28 mai 2012

Alors qu’on peut légitimement s’interroger sur un quelconque aspect positif du « printemps arabe » (v. sur ce point ce que nous écrivions, ici-même, il y a quelques semaines), une information parue dans la presse est de nature à renforcer notre pessimisme.
Catherine Ashton, Haute représentante pour la politique étrangère de l’Union européenne (UE), aurait « discrètement » annulé, il y a quelques jours, un contrat dont devait bénéficier une société britannique pur la protection des représentations de l’UE à Tripoli et Benghazi.

 Lire

A propos de vrais réfugiés

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international - 19 mai 2012

Un article du correspondant en Israël du journal Le Monde, publié dans le numéro daté des 19-20 mai, « La Nakba des Juifs ? » nous amène à vérifier la phrase que l’on attribue à Voltaire : « …..gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !".
En effet, à partir d’une déclaration récente du vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Laurent Zecchini répercute les commentaires des « deux chefs de file des nouveaux historiens israéliens, Benny Morris et Tom Segev ». à propos des réfugiés juifs des Etats arabes, au lendemain de la création de l’Etat d’Israël.
Lire aussi : Les réfugiés juifs des pays arabes : « Les exilés du silence » pour le réalisateur Pierre Rehov (Hélène Keller-Lind)

 Lire

Etait-ce bien utile ?

Par David Ruzié, professeur émérite des universités - 14 mai 2012

Un ouvrage publié récemment par Alain Michel (auquel on doit, notamment, précédemment, une histoire des Eclaireurs israélites de France pendant la seconde guerre mondiale (1984) et une étude sur « Les racines d’Israël » (éd. Autrement, 1998- réédition 2003) risque de faire quelque bruit, malgré la préface de Richard Prasquier, président du CRIF.
Nous voulons parler de « Vichy et la Shoah – Enquête sur le paradoxe français », CLD éditions, 2012, 407 p.

  • Voir la réponse d’Alain Michel [1]
 Lire

Une occasion manquée

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international - 10 mai 2012

Le récent accord intervenu entre Benjamin Netanyahou et Shaul Mofaz visant à faire entrer le parti Kadima dans la coalition gouvernementale répond manifestement à des considérations de politique intérieure, pour ne pas dire des considérations politiciennes, mais néglige, à notre avis, les impératifs de politique étrangère.

 Lire

Le nœud du problème

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international - 17 avril 2012

Au moment où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou rencontre à Jérusalem son homologue palestinien, Salam Fayyad, ce mardi 17 avril, et renoue ainsi, un dialogue direct après 18 mois de gel des négociations, il n’est peut-être pas inutile de s’interroger sur la raison profonde du refus du monde arabo-musulman du règlement du conflit du Moyen-Orient.

 Lire

La Cour pénale internationale et la « Palestine »

Par David Ruziié, professeur émérite des universités , spécialiste de droit international - 4 avril 2012

Le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a diffusé, le 3 avril dernier, un assez long communiqué sous le titre « Situation en Palestine » (sans guillemets pour ce dernier terme), aux termes duquel il résulte que la déclaration, déposée, le 22 janvier 2009, par Mr Ali Khashan, agissant en tant que « Ministre de la Justice du Gouvernement de la Palestine », acceptant la juridiction de la CPI pour des « actes commis sur le territoire de Palestine depuis le 1er juillet 2002 », ne pouvait être prise en considération.

 Lire

Toujours à côté de la plaque

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international - 27 mars 2012

A la fin de sa 19ème session, qui s’est terminée, le 23 mars dernier, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui, pour une fois, s’était également inquiété d’une situation urgente, à savoir ce qui se passe en Syrie, n’a pas voulu « oublier » son souffre-douleur préféré, auquel il a consacré plus des deux tiers de ses travaux depuis sa création en 2006, à savoir Israël.

 Lire

La leçon à tirer

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international - 22 mars 2012

Après la disparition du tueur de Toulouse, une leçon s’impose, en vue d’éviter une répétition de ce genre de drame : il faut cesser de diaboliser Israël.
Car il ne faut pas oublier que Mohamed Mehra prétendait « venger les enfants palestiniens »......
Qui lui a mis cela dans le crâne ?

 Lire

Responsabilit de protger : une nouvelle application en Syrie ?

Par David Ruzi, professeur des universits, spcialiste de droit international - 8 mars 2012

Depuis plusieurs mois la situation dramatique dune partie de la population syrienne meut, juste titre, lopinion publique internationale. En plus des quelques milliers de morts civils et davantage de blesss, ce sont galement 25.000 rfugis, qui sont actuellement recenss par l’ONU dans les pays voisins de la Syrie et les violences ont dplac entre 100.000 et 200.000 personnes l’intrieur mme du pays.

 Lire

Pas de rpit dans la lutte contre le ngationnisme

Par David Ruzi, professeur mrite des universits, spcialiste de droit international - 1er mars 2012

Le Conseil constitutionnel franais a, le 28 fvrier dernier, la demande dune centaine de dputs et snateurs, issus tant de la majorit que de lopposition (alors que la saisine dune soixantaine de parlementaires aurait suffit), incontestablement, donn un coup darrt aux lois dites mmorielles.

 Lire

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 370

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 220

Notes

[1reaction desinfos.com

le 16 mai 2012

Messieurs les censeurs, bonsoir – réponse à David Ruzié.

Le professeur Ruzié vient de publier sur le site Desinfos.com une réaction à la publication de mon livre « Vichy et la Shoa », réaction qui me paraît extrêmement problématique.

Je commencerai par quelques erreurs de faits qui déforment le contenu du livre et ne pouvant toutes les aborder, je ne m’attacherai qu’à un seul genre, celles qui concerne la chronologie. Tout d’abord, l’une des bases de mon ouvrage est de poser des différences sans lesquelles toute analyse de la Shoah en France est vouée, sur le plan historique, à l’échec. L’une des plus importantes consiste à différencier entre les périodes chronologiques (avant le printemps 42, date du début de la solution finale en France – et après septembre 1943, date à laquelle la Gestapo rompt l’accord passé avec Vichy début juillet 1942, et ne fait plus de distinction entre Juifs étrangers et Juifs français). Ce manque de discernement chronologique amène David Ruzié à télescoper deux questions qui n’ont rien à voir entre elles : l’interrogation que je pose sur l’implication de Pétain dans les décisions concernant la Solution finale (à partir du printemps 42) et le Statut des Juifs d’octobre 1940 qui, s’il est bien en rapport avec la politique antisémite de Vichy, n’est par contre pas du tout lié avec l’application de la Solution finale, presque deux ans plus tard. Autre déformation de la part de David Ruzié, je ne prétends nullement que tous les Juifs français déportés l’ont été en liaison avec la politique d’otage, mais que ceux déportés avant septembre 1943 l’ont été en général dans le cadre de la politique d’otage. Enfin, troisième exemple d’erreur chronologique, Jacques Helbronner n’a pas été arrêté et déporté en juillet 1943, mais en octobre, soit après la rupture de l’accord par la Gestapo. Il n’a pas été arrêté par la police de Vichy mais directement par la Gestapo et, semble-t-il, sur un ordre direct de Berlin, d’après le témoignage de son successeur Léon Meiss (voir mon livre « L’étoile et la francisque », p. 195). Il en est de même de toutes les personnalités que cite David Ruzié, toutes arrêtées par la Gestapo et déportées sans aucune implication de Vichy.

Ces erreurs de David Ruzié (et il y en a bien d’autres dans ce court article) ne proviennent pas du fait qu’il n’est pas historien, comme il l’affirme, mais bien de la manière dont il aborde cette question, et j’en viens ici à l’essentiel de l’article, fort bien résumé par le titre « Etait-ce bien utile ? ». Pour David Ruzié, on ne doit pas aborder la Shoah en France comme un événement historique, mais comme un événement hors de l’histoire, quasiment sacré et relevant de l’ordre du religieux, dont le récit a été fixé une fois pour toute et qu’on ne peut remettre en cause. Nous quittons le domaine de la recherche et de la connaissance, pour entrer dans celui de la croyance et des idées reçues. De même que dans les années 1950, pour ne pas désespérer Billancourt, il fallait mentir sur l’existence des camps en Union Soviétique, en 2012, pour ne pas favoriser Le Pen, il faut s’abstenir de dire toute la vérité sur le gouvernement de Vichy. C’est pourquoi d’ailleurs David Ruzié ne remet pas en cause mon sérieux d’historien et mes compétences professionnelles. Il me déni le droit d’appliquer ces compétences à un domaine qui est pour lui sacré, et qu’il ne faut surtout pas toucher. C’est une censure intolérable de la part d’un universitaire et d’un intellectuel, et elle montre aussi l’aveuglement de tous ceux qui pensent que l’on peut combattre l’extrême droite en évitant de se confronter aux questions qui gênent. Comme l’avait dit Maurice Clavel, intellectuel non-conformiste et esprit libre, il y a bien longtemps : Messieurs les censeurs, bonsoir !


Alain Michel
Rabbin et Docteur en histoire, directeur des éditions Elkana
Guide en Pologne et conférencier.
Derniers ouvrages publiés comme auteur :
Vichy et la Shoah, enquête sur le paradoxe français. Editions CLD, diffusion Sodis.
Bobrek, un sous-camp d’Auschwitz. Editions Yad Vashem


Lutte contre le boycott et la délégitimation d’Israël

Lire les articles ICI


Lutte contre la désinformation

Lire les articles ICI


Lutte contre l’antisémitisme

Lire les articles ICI


Université Populaire du Judaïsme


Les Séminaires 2018-2019


Boycott

CRIF.org - revue de Presse



STOP  BDS

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette