Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Un camp de prisonniers nord-coréen fait fonctionner une chambre à (...)

Un camp de prisonniers nord-coréen fait fonctionner une chambre à gaz

Jerusalem Post

lundi 2 février 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les témoins disent que la Corée du Nord fait fonctionner des chambres de gaz toxique dans son plus grand camp de concentration , le camp 22, ont annoncé dimanche différents médias

« J’ai été témoin d’une famille entière qui a »testé« la mort par suffocation par gaz dans une chambre à gaz, » a dit un transfuge, l’ancien attaché militaire à l’Ambassade Nord-Coréenne à Beijing et le chef de gestion au camp. « Les parents, le fils et et la fille. Les parents ont été pris de vomissements et sont morts, mais jusqu’au dernier moment même ils ont essayé de sauver les enfants en faisant de la respiration bouche à bouche. »

Le transfuge, Kwon Hyuk, doit apparaître sur le programme de la B.B.C « This World program ».. Il dit qu’il cherche à ce que le monde sache ce qui arrive.

« La chambre de verre est scellée hermétiquement, » a-t-il expliqué. « De 3.5 mètres de largeur, 3m de long et 2.2m haut. Il y a un tube d’injection passant dans l’unité. Normalement, une famille reste ensemble et se tiennent des prisonniers individuels séparément dans les coins. Les scientifiques observent le processus entier d’en haut, par la vitre. »

Hyuk a expliqué comment il avait cru que ce traitement était justifié. « A ce moment là, j’ai estimé qu’au fond ils méritaient une telle mort. Parce nous tous, avont été amenés à croire que toutes les mauvaises choses qui arrivaient en Corée du Nord étaient de leur faute ; que nous soyons pauvres, divisés et sans progrès digne d’un pays. »

« Ce serait un mensonge total pour moi que de dire que je me sentais compatissant envers les enfants mourant d’une mort si douloureuse. Sous la société et le régime où j’étais à l’époque j’ai seulement estimé qu’ils étaient les ennemis. Donc je n’ai senti aucune sympathie ou pitié pour eux . »

Son témoignage est confirmé par Soon Ok-lee, qui a été emprisonnée pendant sept ans. « Un officier m’a ordonné de choisir 50 prisonnières saines, » a-t-elle dit. « Une des gardes m’a remis un panier plein de chou imbibé m’a dit de ne pas le manger, mais de le donner aux 50 femmes. Je l’ai distribué et ai entendu le cri perçant de celles qui l’avaient mangé. Toutes criaient et vomissaient du sang . Toutes celles qui ont mangé les feuilles de chou ont commencé à vomir violemment du sang et à crier de douleur. C’était l’enfer. En moins de 20 minutes elles étaient toutes mortes. »

Les transfuges ont transmis des documents qui démontrent l’existence des expériences. Un document tamponné « Top secret » et « une lettre de transfert » datés de février 2002 se réfère à Lin Hun-hwa, 39 ans : « la susdite personne est transférée au camp ... numéro 22 dans le but d’expérimentation humaine de gaz liquide pour des armes chimiques. »

La Corée du Nord détient un chiffre évalué à 200.000 prisonniers politiques ; le camp 22 pourrait en détenir 50.000.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette