Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Nouveaux tirs de roquettes

Nouveaux tirs de roquettes

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

mercredi 30 avril 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Une quinzaine de roquettes Qassam et une vingtaine d’obus de mortier ont été tirés vers l’ouest du Néguev, rapporte le Haaretz. Une maison a été très endommagée à Sdérot et plusieurs personnes ont été prises de panique, mais il n’y a pas eu de blessé.

Deux roquettes Grad ont également été tirées vers Ashkelon, l’une d’entre elles a atterri dans une zone industrielle au sud de la ville.

Par ailleurs, Tsahal devrait présenter ce soir à la presse les conclusions de l’enquête sur l’incident d’avant-hier au cours duquel ont été tués une mère et ses quatre enfants à Beit Hanun. Les autorités militaires, écrit le journal, devraient confirmer leur version des faits selon laquelle les victimes n’ont pas été tuées directement par l’obus israélien mais par l’explosion de bombes que portaient les deux hommes armés visés par le raid.

Le Premier ministre Ehud Olmert a évoqué hier cet incident, déclarant : « c’est un événement tragique et Israël en est profondément désolé. Notre peine est plus vraie et plus sincère que celle feinte par les organisations terroristes qui exposent les civils à de tels risques ».

Israël réservé face aux négociations du Caire

Israël a fait part cette semaine à l’Egypte de ses réserves quant à l’accord de trêve dans la bande de Gaza qui est négocié actuellement entre les autorités égyptiennes et les différentes organisations palestiniennes, écrit le Haaretz. C’est en tout cas le message qu’ont adressé de hauts responsables du bureau du Premier ministre et du ministère israélien des Affaires étrangères à Husam Zaki, émissaire du ministre égyptien des Affaires étrangères, qui était dimanche à Jérusalem.

Israël, écrit le journal, craint qu’une trêve à Gaza ne renforce le Hamas et cherche également à réduire les attentes d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et à prendre ses distances avec des pourparlers qui ont repris hier au Caire et qui semblent connaître quelques difficultés. En effet, si, la semaine dernière, de hauts responsables du Hamas avaient donné leur accord de principe à un cessez-le-feu, on assiste ces derniers jours à des divergences à l’intérieur de l’organisation qui risquent fortement de remettre en cause la mise en place d’un tel accord.

Selon des responsables israéliens, ces divergences sont présentes aussi bien au sein de la direction politique du Hamas, à Damas et à Gaza, qu’à l’intérieur de la branche militaire et, à l’heure actuelle, même les responsables les plus pragmatiques de l’organisation évoquent une tahadia, une trêve à court terme, et non plus une hudna, un cessez-le-feu prolongé.

Un responsable politique israélien cité par le journal note toutefois que si l’Egypte parvient finalement à un accord avec les organisations palestiniennes, Israël aura du mal à le refuser même s’il estime qu’une levée du blocus de la bande de Gaza constitue une victoire du Hamas.

Lors de ses entretiens à Jérusalem, Husam Zaki a fait part de l’inquiétude du Caire face à la possibilité que le Hamas ne force à nouveau la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte et a souligné que les autorités égyptiennes étaient déterminées à lutter contre la contrebande d’armes vers la bande de Gaza. M. Zaki et la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, ont convenu que cette dernière rencontrerait le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmed Aboul Gheit ce vendredi, dans le cadre de la conférence des pays donateurs à Londres.

Crainte d’un attentat d’envergure à l’occasion du 60ème anniversaire d’Israël

Le chef des renseignements militaires, le général Amos Yadlin, a mis en garde le gouvernement contre un attentat d’envergure que le Hamas projetterait de commettre à l’approche du Jour de l’Indépendance, le 8 mai prochain, afin de gâcher les célébrations du soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël, rapporte le Yediot.

Les terroristes, a déclaré le général Yadlin, pourraient perpétrer des attentats aux points de passage entre Israël et la bande de Gaza, sur le modèle de l’attaque qui a eu lieu il y a dix jours à Kérem Shalom. Des membres du Hamas pourraient à nouveau tenter de foncer la clôture frontalière grâce à une voiture piégée pour pénétrer sur le territoire israélien et tenter d’enlever un soldat.

Autre scénario envisagé : un défilé de plusieurs milliers de Gazaouis, mobilisés par le Hamas, qui tenteraient de forcer la clôture. Selon le général Yadlin, le Hamas aspire à briser le blocus de la bande de Gaza, toutefois les Egyptiens semblent très déterminés à vouloir empêcher toute tentative d’infiltration sur leur territoire et l’organisation islamiste pourrait par conséquent se tourner en direction d’Israël.

Régional


George Bush : Les révélations sur le raid en Syrie sont un message adressé à l’Iran

Le président américain George Bush a déclaré hier, lors d’une conférence de presse, que la divulgation d’informations confidentielles selon lesquelles la Syrie et la Corée du Nord avaient collaboré à la construction d’un réacteur nucléaire en Syrie avait pour objectif l’envoi d’un « message ferme » à ces deux pays, ainsi qu’à l’Iran, concernant leurs aspirations nucléaires, rapporte le Haaretz. « Nous avons voulu faire passer à Téhéran et au monde entier un message concernant l’instabilité que la nucléarisation du Proche-Orient peut provoquer dans cette région », a déclaré M. Bush. Le président américain a ajouté que l’autre objectif de cette publication était d’inciter la Corée du Nord, qui négocie son désarmement nucléaire avec les Etats-Unis, à révéler tous les détails de son programme nucléaire.

Le président Bush a précisé que la publication de ces informations avait été tout d’abord repoussée par crainte d’une riposte syrienne, qui aurait pu déclencher un nouveau conflit militaire au Proche-Orient.

Le journal note par ailleurs que peu avant l’intervention de George Bush, le chef de la CIA, Michael Hayden, avait estimé que la centrale syrienne détruite aurait pu produire une ou deux bombes atomiques par an./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette