Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > z_Colonne Droite1 > Le courrier des lecteurs > partir ou rester ? Telle est la question...

partir ou rester ? Telle est la question...

dimanche 25 janvier 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Monsieur Sarkozy, notre Ministre de l’intérieur cherche à nous rassurer, nous dit que si nous sommes agressés et ne portons pas plainte qu’il le fera, que la France n’est pas antisémite et que nous ne devons pas « exagérer » et voir des antisémites partout etc...

C’est bien, c’est beau, ce sont des paroles rassurantes telles que nous aimons les entendre. Elles convaincront au moins temporairement ceux qui veulent encore gagner du temps et rester dans la douce France. Mais Monsieur Sarkozy, avec tout le respect que je vous dois et vous devons, avec toute l’admiration même pour vos actions, vos propos directs et accompagnés d’un sourire destiné à faire avaler la pilule de votre fermeté, avec et malgré tout cela et parce que nous sommes nombreux à, en plus bien vous aimer, je voudrais vous dire que ce n’est pas assez, que cela fait plus de deux ans que nous avons senti le vent tourner à l’orage pour les Juifs, grâce à notre paranoïa nourrie de plusieurs millénaires de persécutions, mais depuis combien de temps commençons-nous à entendre reconnaitre les actes antisémites, les médias relayant les reconnaissances politiques...trop peu de temps, beaucoup trop peu.

Vous allez nous défendre ? Je n’ai donc plus à craindre de rentrer tard le soir, plus besoin de taxi, si je ne peux me faire raccompagner, après une conférence, une soirée. Comme je suis au chômage cela sera une économie salutaire.

Je n’ai plus à vérifier, avant de sortir, si ma meguen David ou mon Haï sont bien sous mon pull ni à me préoccuper du printemps. Je vous assure que leur taille est très discrète et bien moins ostentatoire que l’étoile jaune à laquelle était astreinte ma famille. D’ailleurs je ne suis pas bien l’Histoire en ce moment : un coup on vous colle une étoile jaune et gare si vous ne la mettez pas (si vous l’avez aussi d’ailleurs) et maintenant les enfants des survivants, ou les survivants encore en vie, courent un danger s’ils mettent une étoile d’or.

Mettez-vous d’accord une bonne fois...on peut, on doit en mettre une ou pas. Pourrions-nous avoir droit au libre arbitre, à la parole ? est-ce que le monde pourrait enfin nous reconnaitre capables de faire nos choix et ne plus nous astreindre à leur arbitraire ?

La France pas antisémite ? Moi je veux bien mais quand des responsables d’un Gouvernement démocratique taxent Israël de « petit pays merdique et de parenthèse de l’Histore », et qu’on entend ne va pas déclancher une troisième guerre mondiale pour « ces gens-là » !!je me pose quand même des questions.

Monsieur le Ministre permettez-moi de vous dire que je suis née en France, en 1948, un 24 mai.

Permettez-moi de vous dire que la petite fille d’alors a vu son enfance marquée par les larmes de son père lors des retransmissions sur les camps, que je savais que je n’avais pas de famille parce que..chut..sujet tabou, permettez-moi de vous dire que trop marquée par les déportations et récits terribles lus en cachette, le soir, sous mes draps de la Rafle du Vel d’Hiv. livres de C.Bernadac, je n’ai pas vraiment vécu l’enfance de mes fils. tremblant à chaque retour d’antisémitisme, heureusement bien moindre que ce que nous vivons aujourd’hui. Ma mère s’est suicidée il y a 19 ans, se croyant pourquivie par les nazis. Comment les miens auraient-ils vécu ce retour violent d’antisémtisime ? Je les ai entendu et non rêvés ces appels de « mort aux Juifs » Place de la République.

A chaque manifestation susceptible de dérives antisémite j’ai pris l’habitude de ne pas sortir de chez moi. Mais, une fois, je ne me suis pas méfiée et terrorisée, malgré moi, dans un mouvement de panique incontrolable, sortant de chez le médecin, j’ai vu surgir une marée de personnes hurlantes, menaçantes, défilant avec drapeaux et banderolles à glacer le sang ! Monsieur le Ministre que faites-vous pour nous éviter cette ambiance angoissante. Allez-donc dire aux survivants de la shoah que ce n’est rien...ils ont connu l’horreur, les signes avant coureur. Ils ne peuvent être abusés. Agés, marqués à jamais, ils ont connu la France qui les a trahit, ils ont peur pour leurs enfants !

Monsieur le Ministre, avec tout le respect que je vous dois, j’aime la France, et suis très attachée à la démocratie, à la République, mais là je dis que cela ne va plus. Démocratie ne veut pas dit gabegie, on ne peut tout accepter.

Vous nous défendrez ? Mais nous avons déjà le sentiment que la France compose, a peur des réactions de ces masses pourtant encore minoritaires. Non ? Alors pourquoi l’amalgame avec la kippa des enfants juifs, pourquoi la croix...Pourquoi ???Il n’y a jamais eu de problème ni avec les uns ni avec les autres. Pour faire avaler la pillule de l’interdiction des signes ostentatoires du voile ? Les cours dansles écoles, les jeunes juifs les suivent et si vraiment ils sont trop pratiquants il y a les écolesprivées juives, chrétiennes. Alors c’est quoi tout ce cirque !

Parce qu’il ne fallait pas pointer du doigt vers les seuls responsables ?

Désolée de rappeler que les Juifs n’ont jamais posés le moindre problème à la République, malgré notre colère légitime de ces amalgames auxquels nous sommes régulièrement confrontés comme régulièrement menacés en tant que Juifs. Nos jeunes ne se jettent pas sauvagement sur les maghrébins qui passent (çà se saurait nous pouvons faire confiance aux médias et certains politiques qui n’aiment rien tant que pointer du doigt vers l’éternel bouc émissaire), .

Il est intolérable d’entendre que seul le conflit entre israêliens et palestiniens en est la cause Y en a marre d’entendre que nous menaçons la paix du monde. Sont-ils tous si incultes ou /et fanatiques ? leur haine du Juif leur monte-t-elle au cerveau ? Peut-être une psychanalise les aiderait-elle à résoudre leurs problèmes existentiels, à travailler d’arrache pied au lieu de dire que « les juifs ont tout et nous rien ! » Je ne pense pas que ma famille à l’instar de bien d’autres ait été millionnaire à son arrivée en France mais ils ont travaillé 24 h sur 24.

Monsieur le Ministre, si vous voulez nous convaincre alors comme vous savez si bien le faire, répétez encore et encore ce que nous aimerions tant entendre et que les autres entendent : tapez du poing sur la table, donnez un « coup de gueule » salutaire et urgent, avec tout mon respect, rappelez-haut et fort que les Juifs, victimes dans tous les pays européens, dhimmis dans les pays arabes, n’ont jamais utilisés ces « bonnes raisons » pour mettre le monde à feu et à sang. Notre solidarité avec Israêl ne se traduit pas par des aggressions envers les supporters des palestiniens mais des actions autrement plus honorables, et que dans nos synagogues on prie pour la République.

Je crains que malgré tous les discours lénifiants, nous n’entendions encore des appels au meurtre, à notre meutre. Malgré que nous en ayons quelque raison si nous étions paranoïaques, la France serait déjà vide de ses Juifs.

Nombre d’entre nous pensons que c’est déjà trop tard. Nous avons en mémoire les recommendations parentales : un Juif doit toujours avoir un passeport prêt et de l’argent liquide, au cas où. Je n’oublie pas ma famille exterminée en France, trahis par le pays où ils se croyaient en sécurité. Je n’oublie pas non plus que lors des fêtes, de Chabat, mes courses sont rapidement faites et que la famille qui est à ma table l’est par quelques photos jaunies.

Ils n’avaient pas la chance d’avoir un état, un pays où ils pourraient vivre et marcher en hommes et femmes libres. Si je pars dans ce petit pays merdique c’est parce que je n’accepte plus de devoir rentrer mon étoile d’or sous mon pull, d’entendre des insultes et menaces sur mon passage et en craindre une agression.

Monsieur le premier Ministre, beaucoup d’entre nous pensons au départ de manière de plus en plus précise. Il ne fait plus très bon pour les Juifs en pays de Douce France. Cela fait mal car j’aime la France mais encore plus ma liberté.

Avec tout mon respect.

Judith Braunstein


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette