Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Abbas : les Etats-Unis nous ont dit de ne pas tenir compte de réserves (...)

Abbas : les Etats-Unis nous ont dit de ne pas tenir compte de réserves israéliennes sur la feuille de route

Par Akiva Eldar, Correspondant de Haaretz

mercredi 28 mai 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Abu Mazen a donné un premier interwiew au quotidien Haaretz, des extraits de l'interview ont été diffusés en ligne sur le site en anglais du journal. Tous les sujets sont plus ou moins abordés mais l'arrêt de la violence palestinienne, comme cela est exigé par le premier article de la feuille de route, ne semble pas au premier rang de ses préoccupations, il se dit surtout concerné par la mise en oeuvre de la feuille de route par Ariel Sharon .

Le Premier ministre palestinien Mahmoud Abbas (Abu Mazen) saute facilement sur n’importe quelle occasion d’extraire un commentaire véhément contre les autorités « d’occupation » ou contre le Premier Ministre Ariel Sharon.

« Je ne veux pas juger Sharon pour ce qu’il dit ou pour ce qui est dit de lui, » dit Abu Mazen, ajoutant avec un sourire, « je le connais à l’intérieur et de l’extérieur. Je le croirai seulement quand il appliquera la feuille de route. La mise en oeuvre est le seul test pour lequel je me sente concerné. Je ne suis pas si intéressé par ce qu’il dit et ce qui est dit de lui. »

Abu Mazen, dans un costume brun, pèse chaque mot. Parfois il attire l’attention pour un commentaire du député arabe à la Knesset Ahmed Tibi, un de ses plus proches, qui a servi comme traducteur pour ce premier interview d’Abbas avec un journal israélien.

Selon le Premier ministre palestinien, les Américains ont proposé qu’il n’attache pas une quelconque attention au discours sur les commentaires [israéliens] et les réserves. Ils lui ont aussi fait la promesse qu’ils ne permettront pas à Sharon d’éluder une déclaration sur la fin de la violence [israélienne] et son incitation, comme cela est exigé par le premier article de la feuille de route.

Abbas dit qu’il a dit à Sharon que les services de sécurité dans la Rive occidentale ont été totalement détruits et que 70 pour cent des services ont été démolis en Bande de Gaza.

Une des questions qui incite Abu Mazen à publier une déclaration véhémente est l’isolement d’Arafat. « Arafat est le président élu de l’Autorité Palestinienne et ne doit pas être isolé. Je rejette et moralement et politiquement, toute pression sur des pays et des personnalités pour ne pas le rencontrer. Cela a des ramifications dans la rue palestinienne et pour nous à la direction. C’est difficile pour moi d’expliquer à notre population que nous avons un nouveau gouvernement, conduisant des négociations ouvertes avec Israël et que notre président est isolé dans la Muqata. »Si nous retournons au cycle d’action-réaction, cela rendra plus difficile pour nous de réaliser le but. Il est impossible de réaliser un succès de 100 pour cent dans une période brève. Il est important que les Palestiniens voient un changement sur le terrain, comme la cessation des assassinats et des démolitions et des prisonniers libérés et le civil palestinien doit estimer que quelque chose a changé dans l’ambiance et qu’il peut aller travailler et se déplacer. Ces choses sont critiques pour que la rue soutienne le processus. Cela accélérera le processus et empêchera plus de souffrance.« Il ne cache pas son avis que l’intifada a causé de grands dégâts à la cause palestinienne. Mais il fait comprendre qu’il n’y a aucune folie plus grande que la revendication que l’intifada a été projetée d’avance. »Il n’y avait aucune conspiration ou projet - de notre côté,« dit-il, soulignant »de notre côté.«  »Les circonstances qui y ont menées, ont été surtout l’échec des négociations à Camp David et la présentation par les médias israéliens des pourparlers comme un échec absolu. Un autre facteur a été l’activité d’implantation ininterrompue. Vous ne pouvez pas imaginer avec quelle puissance cela a une influence sur le public palestinien. Il crée l’impression qu’une solution pacifique ne peut pas être réalisée. Et il y avait un autre facteur - la visite de Sharon au Mont du Temple. En conséquence, 22 Palestiniens ont été tués. L’intifada a commencé par des pierres palestiniennes et Israël répondu en tuant et cela a été compliqué par la sensibilité sur Al Aqsa.« Interrogé sur un hudna, une trêve Islamique, il dit qu’il ne pourrait pas se débrouiller avec cela. »Je ne veux pas parler d’un hudna, mais de calme absolu.« C’est ce qu’il exige du Hamas »clairement et franchement.«  »Nous espérons et pensons qu’il est important de contrôler la violence, y mettre fin et nous attendons des Israéliens de comprendre que même si, ici et là, quelques incidents violents ont lieu, nous ne sommes pas d’accord avec cela.

La question des réfugiés, considérée comme le plus sensible de tous, en particulier proche du coeur du réfugié de Safed. Après avoir réitérer que « le problème des réfugiés est un sujet pour la discussion aux négociations de statut permanent et ne doit pas être mise comme condition préalable, » il propose une raison concrète pour remettre cela à la fin.

« Nous ne pouvons pas accepter de renoncer au droit de retour. L’initiative de la Ligue arabe se réfère à une solution juste et consentie, basée sur des décisions de l’ONU. »

C’est une déclaration très claire. « Mais alors il ajoute immédiatement, » cela ne signifie pas que nous voulons détruire l’Etat d’Israël - nous le reconnaissons dans les frontières dessinées par la [Résolution] 242. "


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette