Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > La Charte de l’OLP de 1968 a fait « du droit au retour » personnel, un « droit (...)

La Charte de l’OLP de 1968 a fait « du droit au retour » personnel, un « droit au retour » trans-générationnel

Bertrand Ramas-Muhlbach

jeudi 24 janvier 2008
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Ce 16 janvier 2008, Avigdor Lieberman a démissionné de ses fonctions de Ministre des Affaires Stratégiques, entraînant la défection des 11 députés de son parti « Yisraël Beitenou ». La raison avancée est le refus de cautionner les négociations israélo-palestiniennes de paix sur les questions sensibles comme le statut de Jérusalem, les implantations en Cisjordanie (improprement qualifiées de colonies) et la question « dite » du « Droit au retour des réfugiés Palestiniens ».

Théoriquement, les décisions sur ces points ne ressortissent pas de la compétence du Premier Ministre israélien car pour ce qu’il en est de Jérusalem, la capitale de l’Etat d’Israël a été réunifiée en 1967 et son statut a fait l’objet d’une loi fondamentale en juillet 1980. Le Premier Ministre de l’Etat d’Israël ne saurait donc modifier une situation qui résulte d’un texte à valeur constitutionnelle sans au préalable interroger le peuple d’Israël sur sa volonté de se départir de ce qui constitue le patrimoine collectif de la nation juive.

De même, les implantations juives dans les zones désertiques de Judée Samarie sont la conséquence du refus par les palestiniens de créer leur Etat indépendant sur les terres sans souveraineté de Cisjordanie. Dans ces conditions, les Palestiniens ne sauraient à la fois refuser d’exercer la souveraineté sur ces territoires et reprocher dans le même temps les implantations israéliennes sur des terres actuellement sans maître, c’est-à-dire sans propriétaire faute de souveraineté étatique spécifique.

En revanche, la question plus sensible du supposé « Droit au retour des réfugiés palestiniens » en Israël (plus de 5 millions de personnes disséminés dans les pays arabes limitrophes Liban, Irak, Syrie, Jordanie, territoires de Gaza et Judée Samarie) mérite quelque attention.

En effet, cette revendication palestinienne est le résultat d’une extraordinaire construction intellectuelle de la Charte de l’Olp de 1968 qui l’a institué, alors même que le principe n’existait pas dans la Charte Olp en 1964 ni même dans la résolution 194 du 11 décembre 1948.

Rappelons qu’à l’origine, le droit au retour était prévu par le 11ème alinéa de la résolution 194 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 11 décembre 1948 selon lequel « il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leur foyer le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins et que des compensations doivent à être payés à titre de compensation pour les biens de ceux ... ».

Ainsi, en 1948, « le droit au retour » était réservé aux personnes déplacées qui souhaitaient revenir rapidement dans « leurs foyers », c’est-à-dire dans leurs habitations et ce, dans un esprit pacifique.

Or, compte tenu de l’extinction naturelle de ce droit faute de volonté pour les palestiniens de coexister pacifiquement avec les juifs, la Charte de l’Olp de 1968 a institué un nouveau fondement « au droit au retour ». Il suffisait juste de poser que la Palestine était le « foyer » des palestiniens.

Naturellement, une telle prévision n’avait jamais été envisagée jusqu’à cette date et d’ailleurs les populations non juives ayant vécu en Palestine se présentaient elle-même comme les populations arabes de Palestine. Il suffit de reprendre les 3 premiers articles de la Charte de l’Olp adoptée en décembre 1964 :

Art 1° - La Palestine est une terre arabe unie par des liens nationaux étroits aux autres pays arabes. Ensemble, ils forment la grande nation arabe.

Art 2 - La Palestine avec ses frontières de l’époque du mandat britannique constitue une unité régionale indivisible.

Art 3 - Le peuple arabe de Palestine a le droit légitime à sa patrie. Il est une partie inséparable de la nation arabe. Il partage les souffrances et les aspirations de la nation arabe et sa lutte pour la liberté, la souveraineté, le progrès et l’unité. (charte OLP décembre 1964).

Néanmoins, cette rédaction de la Charte Olp de 1964 ne permettait pas aux descendants des réfugiés d’invoquer « de droit au retour » en Israël, raison pour laquelle le texte a été opportunément modifié en 1968 pour faire de la Palestine « le foyer » des palestiniens.

Ainsi, dans sa rédaction de juillet 1968, les articles de la charte Olp ont été adaptés comme suit :

Art 1 : la Palestine est le foyer du peuple arabe palestinien ; c’est une partie indivisible du foyer arabe, et le peuple palestinien est une part intégrale de la nation arabe.

Art 2 : la Palestine, avec ses frontières qui étaient les siennes sous le mandat britannique, est une unité territoriale indivisible.

Art 3 : le peuple arabe palestinien possède un droit légal au retour à leur foyer. (Charte OLP 17 JUILLET 1968).

Aussi, grâce à la combinaison de la Charte Olp de 1968 avec la résolution de 1948 qui prévoyait un retour des réfugiés dans « leur foyer », le peuple arabe palestinien s’est construit artificiellement un « droit au retour » trans-générationnel en Palestine (devenu Israël).

Bien évidemment, il ne s’agit pas du même « foyer » dans la résolution de 1948 et dans la Charte Olp de 1968 mais le coup est habile.

Rappelons tout de même qu’en Islam, on considère les Juifs comme les maîtres de la manipulation des mots et des notions (« les Juifs altèrent sciemment la parole de Dieu après l’avoir comprise » sourate 2 verset 75) mais là, il y aurait des leçons à prendre.

Désormais, il reste à savoir si le Premier Ministre Ehud Olmert a ou non, été mandaté pour faire appliquer la Charte de l’Olp de 1968.

Dans l’affirmative, il lui sera possible d’entrevoir favorablement une négociation sur le supposé « droit au retour des réfugiés Palestiniens » en Israël puisque c’est la Charte de l’Olp de 1968 qui l’a fondé. Dans le cas contraire il pourra toujours demander à Avigdor Lieberman de réintégrer le gouvernement.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Le “problème” des “réfugiés palestiniens”
Les réfugiés avertissent Abbas contre l’abandon du droit de retour - mai 2003
Netanyahou invite les Arabes israéliens qui ont participé aux manifestations, à partir - novembre 2014
Officiel palestinien : les réfugiés palestiniens ne deviendront pas citoyens de Palestine - septembre 2011
L’Union européenne et les réfugiés palestiniens - juin 2010
Le Premier ministre libanais Rafic Hariri, sur le perron de l’Elysée, a plaidé pour « le droit au retour » en Israël des réfugiés palestiniens... - avril 2004
Projet européen de règlement du dossier des réfugiés palestiniens - décembre 2008
Le problème des réfugiés- scénario possible au lendemain de l’Indépendance palestinienne - décembre 2010
Augmentation du nombre de Palestiniens quittant Bagdad - décembre 2006
Droit au retour palestinien = annihilation d’Israël - janvier 2001
Avant de quitter Beyrouth, Qoreï promet aux réfugiés du Liban le « droit au retour » - décembre 2004
Ramas-Muhlbach Bertrand
Barghouti/Mandela : ce n’est pas le même combat ! © - janvier 2016
La propagande palestinienne s’invite au festival de Cannes - mai 2013
L’Iran à l’égard d’Israël : un complexe de type œdipien - mai 2012
Le Liban en passe de régler le problème des réfugiés palestiniens ? - juillet 2010
Lutte contre le terrorisme : le modèle israélien érigé en système - septembre 2016
L’Europe des Droits de l’Homme renonce à ses principes et aux règles du droit international - décembre 2009
Ahmed Tibi face lidentit nationale juive - janvier 2012
Une leçon de démocratie : entre efficacité, pragmatisme et éclectisme - mai 2012
Les garanties à offrir par le futur état palestinien - janvier 2010
La Cour Suprême israélienne viole la Loi fondamentale sur la Knesset - décembre 2012
Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette