Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > A chacun ses responsabilités

A chacun ses responsabilités

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

mardi 25 décembre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

On reproche à Israël de privilégier des discussions avec Mahmoud Abbas, dont l’autorité (sic) ne s’étend - et encore avec des insuffisances flagrantes nécessitant des interventions ponctuelles des troupes israéliennes - que sur la Cisjordanie. Or, il est évident qu’Israël ne peut discuter avec le Hamas, un mouvement, qui persiste à ne pas vouloir reconnaître le reconnaître et ne consent qu’à envisager une trêve de longue durée.

Du coup, la situation est d’autant plus délicate que c’est bien le Hamas qui étend son emprise sur la Bande de Gaza, territoire sans lequel il n’est pas possible d’envisager l’établissement d’un Etat palestinien, indépendamment des difficultés - pour lesquelles il faudra trouver des aménagements - résultant de la division en deux parties du futur Etat.

Et le problème qui se pose à Israël est donc de chercher à affaiblir le Hamas, car les frappes et incursions occasionnelles de la Bande de Gaza ne peuvent constituer que des palliatifs provisoires.

Mais, il est évident que la puissance du Hamas ne pourra être contrée - à défaut d’une opération terrestre d’envergure des troupes israéliennes, pratiquement inenvisageable - que si l’on parvient à stopper l’acheminement continu d’armes, en provenance d’Egypte.

Et c’est là qu’apparaît la responsabilité écrasante de ce pays dans la persistance de ce trafic.

Il est évident qu’il n’est pas nécessaire que l’Egypte cherche à acquérir, comme elle le fait savoir, un système de détection des tunnels, même si l’affirmation faite, il y a quelques semaines, par le ministre israélien de la sécurité publique Avi Dichter, selon laquelle l’Egypte pourrait stopper en un jour ce trafic, nous paraît un peu simpliste.

On a nettement l’impression qu’Israël cherche à ménager le premier pays arabe ayant accepté de signer un traité de paix il y maintenant près de 30 ans, impression que ne dissipe qu’à moitié la visite projetée dans quelques jours d’Ehoud Barak dans ce pays, en vue de rencontrer le président égyptien Hosni Moubarak.

Et ce n’est que devant la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset que la ministre israélienne des affaires étrangères Tsipi Livni s’est permise de déplorer que l’Egypte exerçait un contrôle insuffisant de sa frontière.

Ceci dit, au risque de choquer certains internautes, nous pensons que du côté israélien on devrait s’abstenir de certaines initiatives inopportunes, telles l’ouverture de chantiers de construction de nouveaux logements à Har Homa et Maale Adoumim, à la périphérie de Jérusalem.

Nous ne pensons même pas que ces projets se justifient au nom du « développement naturel » des implantations, notion particulièrement floue et dont l’urgence ne paraît pas non plus évidente, à l’heure actuelle.

D’ailleurs ces projets semblent, d’ailleurs, se heurter à certaines oppositions au sein du gouvernement israélien, ce qui est de nature à fragiliser la position officielle de l’Etat d’Israël.

Ce n’est pas la première fois que nous regrettons la cacophonie au sein de la classe politique israélienne, même et surtout au sein de la majorité parlementaire, alors qu’elle est faible.

Ce faisant, nous n’avons pas l’impression d’exiger plus d’Israël que de l’autre partie.

Nous avons toujours considéré que le slogan « la terre contre la paix » était un leurre.

De même, il nous paraît évident qu’il ne faut pas inverser la chronologie, comme le fait insidieusement le Hamas, qui se déclare prêt à cesser le lancement de roquettes, si les Israéliens renoncent à leurs interventions, alors que celles-ci ne se justifient qu’en réplique aux actions agressives du Hamas.

Mais nous pensons qu’Israël aura suffisamment de difficultés à réduire sa présence actuelle en Cisjordanie, sans chercher à l’étendre et cette remarque vaut également pour la ville de Jérusalem, dont l’extension incessante des limites est de nature à rendre plus difficiles les négociations à venir.

Il faut savoir parfois se montrer raisonnable et savoir réfréner ses désirs.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette