Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Première à l’ONU : adoption d’une résolution israélienne

Première à l’ONU : adoption d’une résolution israélienne

Revue de la presse

vendredi 14 décembre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Une résolution présentée par Israël a pour la première fois été adoptée mardi par une commission de l’ONU, nouvelle manifestation de l’amélioration de la position de l’Etat hébreu au sein de l’Organisation internationale. La résolution porte sur les transferts de technologie en matière agricole des pays riches vers les pays en développement. Elle a été approuvée par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée générale, où 118 Etats ont voté pour, aucun ne s’y est opposé et 29 se sont abstenus.

Elle devrait être adoptée la semaine prochaine en plénière par les 192 Etats membres de l’ONU.

L’ambassadeur d’Israël, Dan Gillerman, a aussitôt salué cet « important pas en avant, qui démontre qu’Israël a beaucoup à apporter à l’ONU dans des domaines importants n’ayant rien à voir avec le conflit israélo-palestinien. »

Notant qu’il n’est « pas facile pour Israël de recueillir autant de voix » à l’ONU, même sur des sujets techniques au sein de commissions qui sont souvent « politisées », M. Gillerman a estimé que l’adoption de la résolution constituait de la part de l’ONU « une prise de position très importante ».

L’ambassadeur israélien a toutefois vivement déploré que l’Afrique du Sud se soit rangée avec les abstentionnistes, dont la plupart sont des pays musulmans.

« L’Afrique sera probablement le principal bénéficiaire de cette résolution et pour un pays qui prétend à un rôle dirigeant en Afrique, s’abstenir sur une telle résolution - à moins qu’il s’agisse d’une erreur - est une chose très étrange, très contestable, » a-t-il dit.

La résolution appelle les pays développés à rendre leurs connaissances et savoir-faire en matière de technologie agricole plus accessibles aux pays en développement, ce qui devrait aider ces derniers notamment à atteindre les Objectifs de développement du Millénaire (ODM), qui incluent l’éradication de la pauvreté et l’élimination de la faim d’ici à 2015.

Israël et ses amis accusent depuis longtemps l’Assemblée générale de l’ONU de parti-pris anti-israélien, citant notamment l’adoption en 1975 d’une résolution qui assimilait le sionisme au racisme. Ce texte a été annulé en 1991.

Mais la position d’Israël au sein de l’ONU s’est améliorée depuis le retrait israélien de la bande de Gaza en 2005, qui a permis de réchauffer quelque peu les relations de l’Etat hébreu vec les pays arabes modérés.

(©AFP / 11 décembre 2007 23h59)


ONU : Après 6 mois de négociations, Israël, souvent cloué au pilori à l’ONU, a remporté un franc succès diplomatique ce mardi 11 décembre.

Pour la première fois, une résolution onusienne proposée par l’Etat hébreu a été adoptée par les Nations Unies.

Celle-ci concerne la nécessité pour les pays occidentaux, de partager leurs connaissances en technologies agricoles avec les pays en voie de développement.

« C’est la première fois qu’Israël initie et fait passer une résolution qui n’a rien à voir avec le conflit israélo-arabe » a déclaré Dan Gillerman, l’ambassadeur israélien aux Nations-Unies, particulièrement fier que cette dernière ait été acceptée.

Adoptée par 118 voix pour et zéro contre, c’est donc une réussite « historique » pour Israël, qui présentera ce projet devant l’assemblée plénière, dès la semaine prochaine.

Pour Riyad Mansour, l’observateur palestinien aux Nations-Unies, cette résolution serait une stratégie profitable à l’Etat hébreu, qui chercherait simplement à ’’marquer des points’’ à l’ONU.

Il justifierait ainsi l’abstention de 19 pays arabes, excluant le Pakistan ou l’Afghanistan, favorables au projet.

A noter également que de nombreux pays africains ne se sont pas exprimés.
’’Une erreur fondamentale’’ selon Dan Gillerman, qui n’a pas manqué de critiquer, notamment, l’Afrique du Sud pour son abstention.

(Guysen - 2007-12-12 14:54:00)


Historique : une proposition israélienne acceptée à l’ONU !

Où est donc passée l’époque d’un veto automatique contre Israël ? Pour la première fois dans l’histoire des Nations unies, une proposition israélienne, qui n’est pas liée au problème israélo-palestinien ou à la Shoah, mais à l’agriculture, a été acceptée par l’ONU.

L’émotion et l’enthousiasme étaient forts du côté des diplomates israéliens dans l’enceinte des Nations unies à New York, tout comme au ministère de l’Agriculture à Jérusalem, aujourd’hui (mardi).

En effet, pour la première fois de son histoire, Israël a réussi dans la soirée à faire passer une proposition auprès de 118 pays. Fait encore plus rare : 29 Etats ne se sont pas prononcés, et aucun pays n’a voté contre !

Il s’agit d’une proposition votée par une commission économique et sociale de l’ONU. Son objectif est de favoriser un développement des pays et organisations en matière de technologies agricoles et d’aliments améliorés, pour le bien du monde.
Cette initiative vise en particulier les pays les plus défavorisés. Mais la partie ne fut pas si facile, et pour remporter cette victoire, le travail diplomatique israélien effectué en amont fut mis en action depuis près de six mois.

Les diplomates israéliens ne cachent pas leur fierté. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à justifier leur double satisfaction : d’une part, le fait que cette proposition agricole ait été acceptée, d’autre part le fait que ce précédent exceptionnel brise enfin la loi d’une opposition systématique des pays musulmans en particulier.

Danny Gillerman, l’ambassadeur israélien à l’ONU a ainsi publié une annonce dans laquelle il écrit : « La décision historique et inédite proposée par Israël et acceptée par l’ONU permet une connaissance concrète de la particularité et de la contribution au monde de la part d’Israël ». Selon Gillerman, « Israël envisage de poursuivre et de proposer des initiatives qui permettront de concrétiser ses spécificités, sa créativité et son originalité. Notre pays pourra ainsi prouver que notre société est une société comme toutes les autres dans le monde ».

(par Raphael Aouate - Arouts 7 -mardi 11 décembre 2007 - 18:52 )


LA DEUXIÈME COMMISSION RECOMMANDE À L’ASSEMBLÉE DE DEMANDER LE TRANSFERT DES TECHNOLOGIES AGRICOLES À DES CONDITIONS ÉQUITABLES ET TRANSPARENTES

Par un vote de 118 voix en sa faveur et 29 abstentions, les délégations de la Commission économique et financière (Deuxième Commission) ont adopté, ce matin, un projet de résolution sur les technologies agricoles au service du développement. Aucun vote négatif n’a été enregistré contre ce texte.

Par cette adoption, la Deuxième Commission a recommandé à l’Assemblée générale de demander aux États Membres et aux organismes des Nations Unies de redoubler d’efforts pour promouvoir la mise au point et le transfert de technologies agricoles appropriées dans les pays en développement et vers ces pays à des conditions équitables, transparentes et convenues d’un commun accord. Si l’Assemblée générale adoptait ce texte tel que le lui recommande la Commission, elle exhorterait les organismes compétents du système des Nations Unies à soutenir les efforts que font les États Membres, en particulier les pays en développement, pour tirer pleinement parti des nouvelles connaissances dans les technologies agricoles et la recherche-développement en matière d’innovation agricole afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et, en particulier, éliminer la pauvreté et la faim.

Le projet de résolution relatif aux technologies agricoles au service du développement a été présenté, au nom de tous ses coauteurs, par la délégation d’Israël. Le représentant israélien a, à cet égard, déclaré que ce texte était l’aboutissement d’un long, mais constructif processus de consultations à huis clos, de négociations « informelles informelles », et de discussions au cours desquelles des délégations « animées par le même esprit » avaient œuvré, ensemble, à mener à bon port une initiative qui finalement donnerait un sérieux coup de pouce au développement et contribuerait en particulier à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Du fait du lien fort et indéniable qui existe entre l’agriculture et le développement durable, maîtriser le développement agricole en mettant les connaissances et le savoir qui existent dans ce domaine à la portée de ceux qui en ont besoin, facilitera la réduction de la pauvreté et l’élimination de la faim, a souligné le représentant d’Israël.

La mise aux voix du projet de résolution a été demandée par le représentant de la Tunisie. Il a souligné que le Groupe arabe, au nom duquel il s’exprimait, avait abordé les négociations sur ce texte de manière constructive mais que les amendements qu’il avait proposés n’avaient pas été pris en compte de manière satisfaisante. Le représentant a d’autre part indiqué que des événements récents avaient renforcé la conviction du Groupe arabe selon laquelle Israël n’est nullement préoccupé par les questions des technologies agricoles mais prétend s’y intéresser dans toutes les parties du monde autre que les terres arabes occupées. Le représentant de la Tunisie a ainsi fait référence à l’annonce qui a été récemment faite par Israël de créer 307 colonies de peuplement sur des terres agricoles palestiniennes dans la zone de Jérusalem-Est occupée. Ces implantations viendraient s’ajouter à celles déjà existantes dans le Golan syrien occupé et à l’occupation continue des fermes de Shebaa au Liban. Ce sont toutes ces considérations qui ont amené le Groupe arabe à demander un vote sur ce projet de résolution, a précisé la délégation tunisienne.

Pour sa part, le représentant d’Israël, dont la délégation avait présenté le projet de résolution, a regretté que le texte n’ait pas été adopté par consensus. Il s’est toutefois félicité que son approbation par la majorité des États Membres démontre l’importance des technologies agricoles pour la mise en œuvre d’Action 21 et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Il a souligné que l’adoption de cette résolution signifie, pour sa délégation, la reconnaissance de ce qu’Israël peut apporter aux travaux de l’ONU. C’est aussi un message à destination des pays en développement, a-t-il ajouté. C’est un message pour leur dire qu’Israël est prêt à les aider dans leur développement.

Les délégations des États-Unis et du Portugal, qui s’exprimait au nom de l’Union européenne, ont toutes estimé que cette résolution apporterait une contribution importante au développement durable. Il existe un consensus sur l’importance de développer l’agriculture dans les pays en développement pour permettre à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, a précisé le représentant des États-Unis. Il a donc regretté que cette résolution ait été mise au vote alors que des enjeux aussi importants devraient faire l’objet d’un consensus. Il s’est également dit déçu que des considérations politiques aient été introduites dans l’examen de ce point de l’ordre du jour de la Commission et a argué que cette attitude dévaluait l’agenda de développement de l’ONU et l’importance de l’agriculture et des technologies pour les pays en développement.

Tout en reconnaissant que l’agriculture est un secteur essentiel pour le développement durable, le représentant de l’Indonésie a toutefois estimé que le projet de résolution ne traitait pas vraiment des préoccupations des pays en développement. Il a fait observer que de nombreux aspects de l’agriculture nécessitent un plus grand engagement de la part des partenaires du développement, notamment en ce qui concerne les transferts de technologies. L’absence de ces éléments a poussé la délégation indonésienne à s’abstenir lors du vote, a déclaré le représentant.

La prochaine réunion de la Deuxième Commission aura lieu vendredi 14 décembre. Les délégations devraient se prononcer sur un projet de résolution relatif à l’examen triennal des activités opérationnelles de développement.

(Assemblée générale de l’ONU - AG/EF/3207
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York
Deuxième Commission
34e séance - matin)


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette