Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > 429 Palestiniens seront libérés lundi 3 décembre

429 Palestiniens seront libérés lundi 3 décembre

le flash info du Jerusalem Post édition française

dimanche 2 décembre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Suite à la décision du gouvernement, 429 prisonniers sécuritaires palestiniens devraient être libérés lundi 3 décembre, dans le cadre des gestes de bonne volonté envers le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Selon les autorités pénitentiaires, les prisonniers seront rassemblés à la prison de Ketziot dans le Néguev occidental, où ils subiront des examens médicaux et signeront une déclaration où ils s’engagent à renoncer à toute activité liée au terrorisme.

La majorité des prisonniers sera ensuite escortée par des policiers de l’unité d’élite Nachshon au point de contrôle de Beituniya, au sud-ouest de Ramallah. Seize autres détenus seront transférés au terminal frontalier d’Erez, avant d’entrer dans la bande de Gaza.

ISRAËL - AUTORITE PALESTINIENNE

Les Etats-Unis retirent un projet de résolution approuvant l’accord israélo-palestinien

Les Etats-Unis ont retiré vendredi un projet de résolution de l’ONU approuvant l’accord israélo-palestinien de cette semaine de tenter d’aboutir à un règlement de paix fin 2008.

L’ambassadeur adjoint des Etats-Unis Alejandro Wolff a informé le Conseil de sécurité de la décision de Washington de retirer le texte moins de 24 heures après la présentation du projet par l’ambassadeur américain Zalmay Khalilzad.

Saluant la réponse « très positive » des membres du Conseil, M. Khalilzad avait déclaré qu’il devait consulter les Israéliens et les Palestiniens sur le contenu de la résolution afin de s’assurer qu’elle corresponde à leurs souhaits.

La conférence d’Annapolis sera suivie de réunions à Moscou et Paris, selon Mahmoud Abbas

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré samedi 1er décembre qu’il y aurait des réunions à Moscou et à Paris pour donner suite à la conférence d’Annapolis sur la paix au Proche-Orient.

Mahmoud Abbas a tenu ces propos après une rencontre avec le président égyptien Hosni Moubarak au Caire. Il a également dit qu’une équipe spéciale de négociateurs, dirigée par l’ancien Premier ministre palestinien Ahmed Qorei, sera chargée des négociations avec les Israéliens, qui doivent être lancées le 12 décembre.

« Il y a eu ce mythe selon lequel il y a eu des pourparlers ou un accord » lors du sommet d’Annapolis, a affirmé Mahmoud Abbas. « L’objectif de la conférence d’Annapolis était de lancer des pourparlers sans entrer dans les détails. »

« Il y aura deux lieux après Annapolis : un à Paris et le second à Moscou où il y aura une autre conférence pour faire le point sur l’avancée des négociations », a-t-il ajouté.

Mahmoud Abbas a également dit qu’il était ouvert à des discussions avec le Hamas. « Nous avons eu des pourparlers avec le Hamas ces quatre ou cinq dernières années », a-t-il affirmé. « Nous ne craignons pas d’avoir des discussions parce qu’ils font partie du peuple palestinien, nous n’abandonnerons pas cette partie du peuple, et nous ne les ignorerons pas. »

La Cour suprême demande le report des coupures d’électricité dans la bande de Gaza

La Cour suprême a donné son feu vert vendredi 30 novembre à la suspension des livraisons de carburant pour la bande de Gaza. Elle a en revanche demandé le report des coupures d’électricité prévues à partir de dimanche.

En septembre, après la prise du contrôle du territoire à la mi-juin par le Hamas, l’Etat hébreu a déclaré la bande de Gaza « entité ennemie », ce qui ouvre la voie à des sanctions économiques.

Dix organisations de défense des droits de l’Homme ont contesté la décision du gouvernement devant la Cour suprême, expliquant qu’il s’agit d’un châtiment collectif, donc illégal, le territoire côtier dépendant de l’Etat hébreu pour la plus grande partie de son électricité et de son carburant.

« Nous ne sommes pas convaincus que la décision de limiter la quantité de carburant livrée à la bande de Gaza fasse du tort, à ce stade, aux besoins humanitaires vitaux » du territoire, ont expliqué les juges. Ils ont toutefois ordonné le report de la coupure d’électricité prévu par le gouvernement à partir de dimanche.

La Cour suprême estime manquer de détails sur les installations et régions concernées par cette coupure. Elle a donné douze jours aux représentants de l’Etat pour fournir ces éléments.

« Nous nous félicitons du report des coupures d’électricité et espérons que la Cour empêchera l’armée de couper l’électricité à la bande de Gaza, mais nous sommes inquiets de sa décision de ne pas intervenir dans les coupures de carburant », a réagi Sari Bashi, de l’organisation Gisha, un des groupes à l’origine de la procédure.

Le porte-parole du gouvernement, David Baker, a défendu vendredi la décision du gouvernement. « Il s’agit d’un moyen non mortel pour Israël d’envoyer un message à ceux qui sont responsables des tirs de roquettes depuis Gaza ». « Nous n’accepterons pas cette menace contre des villes et civils israéliens et prendrons les mesures nécessaires pour les protéger », a-t-il dit.

Les compagnies pétrolières de la bande de Gaza ont de leur côté annoncé qu’elles refusaient toute livraison de carburant pour protester contre les mesures israéliennes. Seuls les approvisionnements en gaz de ville sont acceptés, a précisé le responsable du consortium Mahmoud al-Shawa.

La centrale fournissant une partie de l’électricité du territoire continue à recevoir du carburant, mais les compagnies chargées des stations-service refusent toute livraison depuis mercredi. « Nous refusons d’accepter ceci. Cela voudra dire que nous participons à une catastrophe », a-t-il ajouté. Plus d’une centaine des 150 stations-service du territoire ont déjà fermé.

Six terroristes tués dans un raid aérien à Gaza

Six terroristes ont été tués samedi 1er dimanche dans une frappe aérienne au sud de la bande de Gaza.

Des responsables du Hamas ont affirmé que les victimes étaient issues de leur branche militaire. Les terroristes effectuaient une « patrouille » nocturne à l’est de Khan Younès, lorsqu’ils ont été atteints par les missiles de l’armée de l’air.

Echec d’une tentative de rapprochement entre Abbas et Kaddoumi

Envisagée initialement dans le cadre de la visite de deux jours que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas vient d’effectuer en Tunisie, une rencontre avec le chef du Fatah, Farouk Kaddoumi (Abou Lotf), qui réside en permanence à Tunis, n’a finalement pas eu lieu, a-t-on appris de sources palestiniennes.

Kaddoumi, 72 ans, qui préside le département politique de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), est depuis Oslo opposé aux négociations avec Israël qu’il accuse de ne pas respecter ses engagements.

Des tentatives de rapprochement menées par de hauts cadres palestiniens établis à Tunis, dont Mohamed Ghénim (Abou Maher), responsable de la mobilisation et de l’organisation au sein du Fatah, ont abouti à un échec.

Une médiation de dernière chance a été tentée en vain lors d’un dîner qui a regroupé jeudi soir Mahmoud Abbas et Abou Maher, accompagné d’Abou Moatassem, chef d’état-major adjoint de l’armée de libération de la Palestine, et Mohamed Jihad, membre du comité central du Fatah.

Selon un de ses proches, Farouk Kaddoumi « n’est pas optimiste après Annapolis », d’autant qu’il estime que « Washington ne fait pas assez pression sur Israël pour l’amener à respecter ses engagements ».

Il considère que « la position américaine lors de la conférence d’Annapolis [prévoyant la création d’un Etat palestinien avant fin 2008] n’augure rien de bon pour le moment », selon son fils Rami Kaddoumi, responsable de la division USA et affaires économiques au département politique de l’OLP.

Rami prévoit néanmoins que son père et Abbas se retrouveront lors d’une prochaine réunion du comité central du Fatah. Celle-ci devrait se tenir en décembre ou janvier en Egypte, en Jordanie ou en Tunisie pour tenter de restaurer l’unité du mouvement.

Nouveau séisme dans la région de Jérusalem

Un séisme de magnitude 4 sur l’échelle de Richter a secoué la région de Jérusalem dimanche 2 décembre, sans faire ni victime ni dégât.
Il s’agit du troisième tremblement de terre enregistré depuis deux semaines dans la région.

En 1927, un séisme de magnitude 6 avait provoqué la mort de 500 personnes. Selon les experts, en raison du taux de croissance et des constructions en hauteur, un tremblement de terre de la même magnitude qui aurait lieu aujourd’hui ferait plus de 18 000 victimes.

Sasson Gabai remporte le prix du meilleur acteur aux European Film Awards

L’acteur israélien Sasson Gabai a été désigné samedi 1er décembre meilleur acteur pour son interprétation dans La visite de la fanfare lors de la 20e édition des European Film Awards qui s’est tenue à Berlin

Palme d’Or au dernier festival de Cannes, Quatre mois, trois semaines et deux jours du Roumain Cristian Mungiu a reçu le prix du meilleur film.

« Je suis très honoré », a déclaré Mungiu, qui s’est également vu attribuer le prix du meilleur réalisateur.

Au total, 17 prix ont été décernés lors de la soirée des European Film Awards, considérés comme les Oscars européens.

Comme à Cannes en mai dernier, le film De l’autre côté de l’Allemand Fatih Akin a reçu le prix du meilleur scénario. En 2004, son film Head On, salué par la critique, avait décroché l’Ours d’Or à Berlin, la plus prestigieuse récompense du festival.

Helen Mirren a été sacrée meilleure actrice pour avoir incarné Elizabeth II dans The Queen -rôle qui lui avait déjà valu un Oscar -, tandis que Le réalisateur français Jean-Luc Godard a quant à lui été distingué pour l’ensemble de sa carrière.

INTERNATIONAL

Liban : soutien implicite du Hezbollah au général Michel Suleiman pour la présidentielle

Un haut responsable du Hezbollah a indiqué samedi 1er décembre que le mouvement chiite a beaucoup d’estime pour le général Michel Suleiman, une déclaration qui augmente encore les chances du commandant en chef des armées d’accéder à la présidence du Liban, un développement qui mettrait fin à la crise politique dans le pays.

Le numéro 2 du Hezbollah, Cheikh Naom Kassem, se prononçait deux jours après que le leader de l’opposition chrétienne, Michel Aoun, allié du mouvement chiite, a accordé son soutien au général Suleiman, considéré au Liban comme une personnalité neutre.

La majorité parlementaire pro-occidentale ayant également indiqué qu’elle soutenait sa candidature, les contours d’un compromis commençaient à se dessiner après plusieurs mois de conflit entre le gouvernement et l’opposition menée par le Hezbollah, incapables jusqu’ici de tomber d’accord sur le nom du successeur du président Emile Lahoud, qui a quitté son poste à l’issue de son mandat le 23 novembre. Le président libanais est élu par les députés.

« Nous, au Hezbollah, (...) avons un avis positif du général Michel Suleiman, en plus de notre appréciation de la position du général Michel Aoun, et considérons cette alternative comme sérieuse », a déclaré Kassem à l’antenne de la chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar. « Il y a une opportunité majeure pour la discussion afin de trouver un accord sur l’élection présidentielle. »

Le Hezbollah ayant indiqué ces derniers jours que sa position était liée à celle du général Aoun, les déclarations de Kassem étaient considérées comme un soutien implicite à la candidature du général Suleiman.

Le Parlement doit se réunir vendredi prochain pour organiser un nouveau scrutin. L’élection du général nécessiterait un amendement de la Constitution, qui interdit à un haut fonctionnaire d’accéder à la fonction suprême.

Mahmoud Ahmadinejad critique la conférence d’Annapolis

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a critiqué dimanche 2 décembre la conférence de paix sur le Proche-Orient d’Annapolis, estimant que les Palestiniens n’avaient pas véritablement été représentés. Il a ajouté que la paix n’était pas possible dans la région car Washington continuait à financer Israël.

« Il est impossible qu’un pays qui fournit à Israël des milliards de dollars d’armement et équipement militaires apporte la paix en Palestine », a souligné le dirigeant iranien lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision japonaise Asahi depuis Téhéran.

« Les hôtes de la conférence refusent de reconnaître la raison essentielle du problème palestinien », a-t-il déclaré, citant leur « protection des oppresseurs du peuple palestinien ». « Les véritables représentants du peuple palestinien n’ont pas participé aux discussions. Leurs intérêts ont été ignorés », a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy attendu lundi en Algérie dans un climat tendu

Nicolas Sarkozy est attendu lundi 3 décembre à Alger pour une visite d’Etat de trois jours dans un climat particulièrement tendu, même si le président français espère bien en « ramener des contrats ».

C’est une « visite sensible », soulignait récemment un diplomate français. Un constat confirmé brutalement lundi dernier par le ministre algérien des Anciens Combattants Mohamed Chérif Abbas.

« Si la France ne reconnaît pas les crimes qu’elle a commis en Algérie, une normalisation ou une réconciliation n’est pas envisageable », a-t-il lâché dans un entretien au quotidien El Khabar avant d’évoquer les « véritables architectes de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif ».

Ces propos, d’abord accueillis par un silence assourdissant des autorités algériennes, ont provoqué une brusque montée de tension entre les deux capitales.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a finalement calmé le jeu en appelant jeudi son homologue français et en se désolidarisant publiquement de son ministre. « L’incident est clos et j’irai en ami en Algérie », en a conclu Nicolas Sarkozy. Bouteflika « m’a indiqué (...) que ce qui avait été dit ne reflétait en rien la position de l’Algérie », a expliqué le président français lors de son intervention sur TF1 et France 2.

Mais « je lui ai dit que je combattrai de toutes mes forces l’antisémitisme, l’islamophobie et toute forme de racisme », a prévenu le président français, visiblement décidé à porter ce message à Alger même.

Le chanteur pied noir Enrico Macias, lui, a dû rester à Paris. Face à l’hostilité d’une partie de la classe politique algérienne, il a renoncé une nouvelle fois à effectuer un pèlerinage à Constantine (450 km à l’est d’Alger), lieu de son enfance où doit se rendre Nicolas Sarkozy mercredi pour y prononcer un discours devant les étudiants de l’université de Mentouri.

L’incident est en tout cas symptomatique des tensions récurrentes entre Paris et Alger, qui avaient déjà conduit à enterrer en 2005 un traité d’amitié voulu par Jacques Chirac.

Sanctions contre le nucléaire iranien : une troisième résolution pour bientôt, selon une source française

Les six grandes puissances chargées du dossier nucléaire iranien devraient pouvoir s’entendre « à court terme » sur un projet de résolution renforçant les sanctions des deux précédentes, a estimé samedi 1er décembre une source diplomatique française à l’issue d’une réunion à Paris des représentants des Six.

« La réunion s’est bien déroulée, dans un esprit positif. Il y a des éléments qui nous permettent raisonnablement d’estimer que nous pourrons avoir une résolution à court terme », a déclaré le diplomate.

« Un texte de compromis circulera entre les capitales la semaine prochaine » et « nous essaierons de transférer rapidement une proposition » au Conseil de sécurité des Nations unies à New York. « Nous sommes relativement optimistes sur les chances d’avoir une résolution dans les semaines qui viennent », a poursuivi le diplomate français. Il a souligné que la résolution serait de toute façon « une résolution de compromis (...) dans la même logique » que les deux précédentes.

Celles de décembre 2006 et mars 2007, prises face au refus de Téhéran de suspendre ses activités nucléaires suspectes, interdisent l’exportation d’armes iraniennes, restreignent les déplacements de responsables iraniens et gèlent les avoirs à l’étranger de 28 personnes et entités liées aux programmes nucléaire et de missiles. Au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis prônent le renforcement des sanctions mais la Russie et la Chine, importants partenaires commerciaux de l’Iran, se montrent réticents.

Législatives en Russie : le parti de Poutine favori

Les Russes se rendaient aux urnes dimanche 2 décembre pour des législatives sous forte domination du parti présidentiel, à l’issue d’une campagne marquée par une répression croissante contre l’opposition, qui a peiné à se faire entendre.

La seule question concernant ce scrutin destiné à renouveler la Douma - la chambre basse du Parlement - est de savoir si Russie Unie, la formation du président Vladimir Poutine, obtiendra une large ou une énorme majorité. D’après de récents sondages d’opinion, elle pourrait décrocher jusqu’à 80 % des 450 sièges.

Les résultats des sondages de sortie des urnes sont attendus peu après la clôture des bureaux de vote de Kaliningrad.

Russie Unie a essentiellement fait du scrutin un référendum sur les quelque huit années de Poutine à la tête du pays. Si la Constitution interdit au président de briguer un troisième mandat consécutif en mars prochain, le maître du Kremlin a d’ores et déjà déclaré qu’une large victoire de sa formation dimanche lui donnait le droit moral de s’assurer de la poursuite de sa politique.

Il s’agit du premier scrutin national organisé en vertu de la nouvelle loi électorale qui, aux yeux de beaucoup, marginalise les forces d’opposition. La totalité des sièges seront attribués proportionnellement au nombre de voix recueillies par un parti. Conformément à la législation, une formation doit décrocher au moins 7 % des suffrages pour entrer la Douma, contre 5 % auparavant.

Au total, quelque 300 observateurs dépêchés par diverses organisations internationales vérifient le bon déroulement du scrutin. Mais l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont les rapports en la matière font autorité, a annoncé qu’elle n’enverrait pas de mission d’observation, après le refus de Moscou, selon elle, d’accorder à temps des visas à ses représentants.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette