Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Al Dura Novembre 2007

Al Dura Novembre 2007

Publié par Hélène Keller-Lind sur Résiliencetv

lundi 26 novembre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Quelle que soit l’issue du procès concernant l’affaire Al-Dura, une chose est sûre : personne ne peut dire que les soldats israéliens stationnés dans un bunker près du carrefour de Netzarim ont tué un enfant et blessé son père en septembre 2000.
Arlette Chabot, directrice de l’information de France 2 depuis 2004, l’a dit très clairement. Au moins 2 fois, à ma connaissance. Une fois sur les ondes de Radio J lors d’une interview réalisée par le journaliste et directeur de l’Information, Michel Zerbib. Une seconde lors d’une conférence de presse organisée par France 2 en réponse aux accusations de « mise en scène » de la mort de l’enfant reprises ici et là.

Arlette Chabot, directrice de l’information de France 2 depuis 2004, l’a dit très clairement. Au moins 2 fois, à ma connaissance. Une fois sur les ondes de Radio J lors d’une interview réalisée par le journaliste et directeur de l’Information, Michel Zerbib. Une seconde lors d’une conférence de presse organisée par France 2 en réponse aux accusations de « mise en scène » de la mort de l’enfant reprises ici et là.
Lors de cette conférence de presse des documents avaient été remis à la presse, dont une photo de l’enfant mort prise à l’hôpital de Gaza. Il y avait eu la projection d’une interview du père de Mohamed Al-Dura, montrant ses blessures, filmée par France 2. Et Arlette Chabot, accompagnée de personnel de France 2 avait répondu aux questions posées.

La première question posée - par moi-même- concernait le commentaire du correspondant de France 2, affirmant que des soldats israéliens avaient causé la mort de l’enfant par des tirs. Question reprise et précisée par le cinéaste Pierre Rehov, également présent, - www.pierrerehov.com/ - qui soulignait que ces images terribles, accompagnées d’accusations très graves portées sans preuves, données gratuitement à toute chaîne en faisant la demande par France 2, avaient suscité une vague d’antisémitisme sans précédent. D’autant que certaines chaînes avaient « agrémenté » les images en y incluant des images de soldats israéliens visant et tirant. Montages éhontés réalisés de telle façon qu’on y faisait croire qu’ils tiraient sur Mohamed Al-Dura. Manipulations qui eurent un effet épouvantable sur des populations qui n’étaient pas averties du trucage. Et suscitèrent une haine accrue envers Israël et les Juifs.

Arlette Chabot expliqua que cela n’était pas là le sujet de la conférence de presse, mais qu’elle répondrait néanmoins. Et elle dit qu’en effet, nul ne pouvait attribuer aux soldats israéliens les tirs qui avaient tué cet enfant.

Il semble que très peu de journalistes présents reprirent cette déclaration, pourtant capitale. En effet, cette affaire avait été prise comme symbole et preuve d’une soi-disant barbarie israélienne, des soldats s’étant soi-disant acharnés contre un enfant...Cette scène, en photo ou dessin a très largement été utilisée de par la monde. On l’a retrouvée partout. Y compris, par exemple, sur des pans de mur dans le Haut Atlas...Nombre d’écoliers arabes ont gardé précieusement la photo prise d’écran de l’enfant affolé se cachant derrière son père, Et l’Autorité Palestinienne a utilisé cet événement totalement faussé par son commentaire dans son système éducatif. Par le biais de pièces de théâtre notamment.

Quant au cameraman palestinien, il a été récompensé par des prix pour ce reportage au commentaire faux.

L’un des intérêts de la procédure actuelle est que l’on entend reprendre aujourd’hui cette vérité incontournable. Qui devrait être reprise cette fois, on l’espère....L’autre question étant dès lors de savoir comment un journaliste ayant affirmé sans preuves quelque chose de totalement faux, ayant eu des conséquences aussi graves, a pu rester à son poste....

Car le commentaire du correspondant de France 2 avait été fait sur la base des déclarations de son cameraman palestinien puisqu’il est de notoriété publique qu’il n’était pas sur place lui-même. Puis plaqué sur le film. Mais, à l’époque, dès octobre 2000, des voix s’étaient déjà élevées pour dire qu’un tel commentaire était impossible et diffamatoire.

Il y avait eu le communiqué de l’Amiral Darmon, Président de France-Israël, qui fournissait le croquis des nombreux points de tirs palestiniens, l’emplacement du bunker israélien, la position du tonneau derrière lequel le père et l’enfant s’étaient abrités. Position qui rendait très improbable qu’une balle israélienne ait pu « contourner » ce tonneau. Alors que ces deux personnes pouvaient très facilement être touchées par les tirs palestiniens.

Il y avait eu l’article publié dans Israël Magazine. Que j’avais écrit après avoir vu les photos aériennes fournies par l’armée israélienne, montrant toutes ces positions respectives.

Et il y a eu la plainte déposée par le cinéaste Pierre Rehov qui avait réuni tout un dossier démontrant que les accusations du correspondant de France 2 étaient totalement infondées. Plainte qui avait été rejetée en un temps record.
Et enfin, il y a eu le documentaire d’Esther Shapira, journaliste allemande, réalisé pour la télévision allemande, montré dans des pays comme la Belgique, mais pas en France. Pierre Rehov, qui avait beaucoup enquêté sur le sujet dès la fin 2000, a travaillé avec Esther Shapira sur son film « Qui a tué Mohamed Al-Dura ? » disponible, entre autres à la FNAC. Ou sur alapage.com .

Plus tard d’autres ont parlé de l’affaire, avec cette fois une nuance, puisque la réalité de la mort de l’enfant était mise en doute, France 2 ayant réalisé, selon eux, une « mise en scène. » A l’instar des mises en scène dont on sait qu’elles ont été tournées par des cinéastes ou photographes palestiniens. On se souvient, pour ne prendre qu’un exemple, de cet enterrement dans lequel on voit le « mort » et « martyr » palestinien - tué pour Allah - tomber du brancard sur lequel il est transporté pour y remonter prestement avant de retomber et de s’enfuir en courant à toutes jambes..

C’est dans ce cadre que France 2 avait organisé la conférence de presse évoquée plus haut. Arlette Chabot avait prévenu à cette occasion que toute accusation de trucage ou mise en scène serait poursuivie. Et il y a eu plusieurs cas de poursuite judiciaires, dont le procès intenté à Philippe Karsenty et Media-Ratings qui avait publié ses propos.

Celui-ci a fait appel de sa condamnation en première instance et c’est dans le cadre de cet appel que le Tribunal a exigé que France 2 remette les autres images tournées par le cameraman palestinien avant et après la scène diffusée sur France 2. Ce que la chaîne s’était toujours refusé à faire.

La cour a donc visionné le 14 novembre les images tournées par le cameraman palestinien de France 2. Images vues publiquement pour la première fois. Le jugement sera rendu fin février.

Très peu de monde a pu entrer dans la salle. Et ces images n’ont donc été vues que par un petit nombre. Selon les commentaires, la totalité des images tournées n’a pas été montrée, le correspondant de France 2 ayant expliqué qu’une partie des images, sans rapport avec l’affaire, n’ont pas été fournies. Il manquerait, selon les versions, un minimum de 3 minutes, 10, selon d’autres. Quoi qu’il en soit, cette décision de ne pas montrer la totalité des images tournées, si elle était bien avérée, est troublante. Sans pour autant prouver qu’il y a eu mise en scène, semble-t-il.

Autre élément troublant, selon ce qui a été rapporté par ceux qui ont visionné ces images, alors que le correspondant de France 2 a écrit par ailleurs qu’il avait coupé la fin de ce qui avait été tourné pour la séquence présentée sur France 2, dans le but de ne pas montrer l’agonie insupportable de l’enfant, il s’avère que sur ce qui a été produit au tribunal il n’y a aucune scène d’agonie insupportable. Mais, toujours selon ceux qui ont vu ces images, on verrait l’enfant lever le bras et regarder la caméra. Sans avoir vu les images il est impossible de dire si cela a été fait avec allant, ou s’il s’agit de gestes ébauchés, de soubresauts ultimes. Et sans être médecin légiste il est impossible de dire si ces images prouvent qu’il s’est agi d’une scène jouée.

Á moins que l’enfant fasse ces gestes d’une manière telle que cela montre qu’il est bien vivant. Et que le reste n’aurait donc été que « du cinéma »....Lorsque l’on revoit la scène montrée par France 2 sur les écrans de télévision, l’enfant semble vraiment terrorisé...et il est difficile de croire que cela ait été de la comédie. Ou alors quel acteur ! Ou il faut croire qu’il n’aurait pas été au courant et aurait vraiment été terrorisé par les tirs - il y a bien des impacts sur le mur derrière lui-....Alors, seul son père aurait été de mèche ? Mais tout cela n’est que supposition de ma part. Et pour l’heure ce qui reste capital et reconnu par Arlette Chabot, c’est que prétendre que l’enfant a été tué par des tirs de soldats israéliens est totalement mensonger. Et a donc été très dommageable et a eu des conséquences épouvantables dans le domaine de l’incitation à la haine d’Israël et des Juifs. Dans le monde entier, compte tenu de la générosité de France 2 qui a assuré que ces images et leur commentaire infondé et faux soient diffusées partout.

On rapporte aussi que le juge va revisionner ces images. Ce qui paraît impératif et aller de soi. Et on aura ses conclusions fin février 2008.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette