Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Déclaration du président Bush sur le nucléaire iranien

Déclaration du président Bush sur le nucléaire iranien

service de Presse de l’ambassade de France en Israël

jeudi 18 octobre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les trois grands journaux israéliens consacrent aujourd’hui leurs manchette aux déclarations faites hier par le président américain, George Bush, sur le nucléaire iranien. Lors d’une conférence de presse, rapporte le Yediot Aharonot, M. Bush a en effet déclaré qu’il prenait la menace iranienne avec le plus grand sérieux, ajoutant : « un Iran avec l’arme nucléaire est une menace faite à la paix dans le monde.

En Iran il y a un dirigeant qui appelle à la destruction d’Israël. Si nous voulons empêcher une troisième guerre mondiale, il faut tout faire pour que l’Iran n’ait pas l’arme nucléaire ».

Le journal note que ces propos, les plus explicites jamais prononcés par le président Bush à ce sujet, interviennent au lendemain de la visite du président russe, Vladimir Poutine, en Iran, une visite au cours de laquelle il s’est engagé à soutenir le programme nucléaire civil iranien. Le président américain a d’ailleurs déclaré qu’il demanderait à son homologue russe des détails sur le contenu de ses entretiens à Téhéran.

A ce propos, le Premier ministre Ehud Olmert effectue aujourd’hui une visite-éclair à Moscou pour y rencontrer le président Poutine. L’entretien entre les deux hommes devrait être principalement consacré au dossier nucléaire iranien, l’objectif du Premier ministre étant de convaincre la Russie de soutenir de nouvelles sanctions contre l’Iran.

Le journal écrit que cette rencontre est le point de départ d’une nouvelle offensive diplomatique israélienne destinée à convaincre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations-Unies de durcir les sanctions contre Téhéran. Les efforts israéliens seront principalement dirigés vers la Russie et la Chine qui, à deux reprises déjà, se sont opposées à des sanctions sévères. La ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, devrait partir samedi soir pour Pékin. De son côté, Ehud Olmert sera en début de semaine prochaine à Paris, pour s’entretenir avec le président Nicolas Sarkozy, avant de se rendre à Londres, où il rencontrera le Premier ministre britannique, Gordon Brown.

Le Haaretz ajoute qu’au ministère israélien des Affaires étrangères règne un certain pessimisme au vu des faibles résultats de la campagne lancée il y a quelques mois contre le programme nucléaire iranien. Selon le directeur général du ministère, les pays favorables au durcissement des sanctions, tels que la France ou les Etats-Unis, ont des difficultés à mener à bien leurs efforts du fait de l’opposition de la Russie et de la Chine.

Autre sujet de frustration pour la diplomatie israélienne, la décision d’attendre la remise du prochain rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique sur l’Iran avant la reprise des débats au Conseil de sécurité. En effet, cette décision pourrait reporter le vote d’une nouvelle résolution à décembre, voire à janvier ou février.

ISRAËL-PALESTINIENS

Un soldat israélien tué dans la bande de Gaza

Un soldat du régiment Golani de l’armée israélienne a été tué hier au cours d’un accrochage avec des membres du Hamas au cours d’une opération israélienne à l’est de Khan Yunès, dans le sud de la bande de Gaza. Il s’agit du deuxième soldat tué dans le bande de Gaza depuis le début de l’année. Selon le Haaretz, un membre armé du Hamas a été tué au cours de l’opération et plusieurs Palestiniens ont été blessés.

Au cours des derniers mois, écrit le journal, l’armée israélienne effectue régulièrement des arrestations et des saisies d’armes à l’intérieur de la bande de Gaza. Les troupes israéliennes se contentent toutefois d’agir à faible distance de la clôture entre la bande de Gaza et Israël et n’entrent pas au cœur des zones habitées. De son côte, le Hamas a mis en place des forces organisées afin de s’opposer aux incursions israéliennes.

Selon un responsable du commandement militaire de la région sud cité par le Yediot Aharonot, la liberté de manœuvre de Tsahal a été limitée sur ordre de l’échelon politique, à l’approche de la conférence d’Annapolis. Des responsables militaires exprimaient hier la crainte que si Tsahal continuait à agir toujours sur le même modèle alors que le Hamas acquiert de l’expérience, les pertes israéliennes risquaient d’être de plus en plus nombreuses.

Par ailleurs une roquette Qassam tirée à partir de la bande de Gaza a atterri à l’extérieur de la ville de Sdérot sans faire ni dégât ni blessé.

Un accord sur les grandes lignes de la déclaration commune à Annapolis

Selon un officiel israélien cité par le Haaretz, la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, serait parvenu à un accord avec Israël et les Palestiniens sur les grandes lignes qui serviront de base à la déclaration commune israélo-palestinienne. Selon ce responsable israélien, « tous les sujets seront évoqués dans la déclaration et des indications en vue de la poursuite des négociations seront données. Néanmoins, la déclaration ne proposera pas de solution à chacune des questions ».

Mme Rice s’est entretenue hier soir en tête à tête pendant près de trois heures avec le Premier ministre Ehud Olmert. Celui-ci a affirmé qu’Israël s’emploierait à contribuer à la réussite de la conférence tout en soulignant la nécessité d’obtenir le soutien le plus large possible de la part de la communauté internationale et du monde arabe.

Auparavant toutefois, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas, a décidé d’annuler sa conférence de presse conjointe avec Condoleezza Rice après que celle-ci lui ait fait part des positions israéliennes concernant la déclaration commune. En effet, les Palestiniens réclament toujours une évocation détaillée des questions fondamentales telles que les frontières, Jérusalem et les réfugiés, ainsi que l’élaboration d’un calendrier précis pour les négociations sur un accord permanent, ce à quoi se refuse Israël. M. Abbas a, par conséquent, décidé de ne pas tenir de conférence de presse, ajoutant même que les Palestiniens ne participeraient pas à la conférence à n’importe quel prix.

En Israël en revanche, écrit le journal, on est satisfait de voir que Condoleezza Rice s’est ralliée à la position israélienne et essaye de faire baisser les attentes en vue de la conférence. En effet, Mme Rice a déclaré hier : « la conférence est la première étape d’un processus, mais il faut qu’elle ait un lendemain. Personne ne pense que nous parviendrons à résoudre les problèmes des Israéliens et des Palestiniens d’ici novembre ». Le journal souligne que c’est la première fois que Mme Rice tient des propos aussi prudents.

Pour le Maariv aussi, Condoleezza Rice aurait accédé à la plupart des demandes israéliennes. Le journal cite un haut responsable israélien affirmant : « Condoleezza Rice pense de la même manière que Tzipi Livni. Elle est convaincue qu’on ne pourra pas résoudre le conflit à Annapolis, sûrement pas pour ce qui est des questions fondamentales, celles sur lesquelles Ehud Olmert et Tzipi Livni tiennent tant à reporter les débats jusqu’à ce que les Palestiniens aient la capacité d’agir sur le terrain, et pas seulement autour de la table de négociation »./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette