Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Discours d’Ehud Olmert devant la Knesset

Discours d’Ehud Olmert devant la Knesset

service de Presse de l’ambassade de France en Israël

mardi 9 octobre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« Je n’ai pas l’intention de chercher des excuses qui permettraient de ne pas engager de démarche diplomatique. Je suis déterminé, je veux donner sa chance à une véritable démarche. Toute autre option signifierait une lutte démographique de sang et de larmes, qui ne ferait pas avancer Israël », a déclaré hier le Premier ministre Ehud Olmert dans le discours qu’il a prononcé à la tribune de la Knesset, à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire.

Sur ses rencontres avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas, M. Olmert a déclaré : « nous n’avons pas conclu d’accord. Rien n’a été donné et rien n’a été pris. Rien n’a été promis non plus. Une atmosphère de confiance personnelle s’est toutefois créée, une volonté d’écouter, que chacun entende la détresse, la douleur, la défiance et les besoins de l’autre, ceux que les deux nations transportent dans leurs bagages depuis de nombreuses générations ».

Auparavant, écrit le Haaretz, c’est la président de l’Etat, Shimon Pérès, qui s’est adressé aux députés dans un discours consacré à l’Iran. « Malheureusement, certains affirment qu’il faut dialoguer, même avec une telle dictature. Chamberlain était aussi de cette avis quand il est allé négocier avec Hitler ». « Tôt ou tard, viendra un nouveau Churchill ou un Churchill collectif, pour sauver le monde avant qu’il ne soit trop tard », a ajouté M. Pérès.

Le chef de l’opposition, Binyamin Netanyahu, a lui aussi évoqué l’Iran dans son discours, établissant un lien entre Téhéran et les pourparlers avec les Palestiniens. « Nous avons du mal à comprendre comment le gouvernement veut, d’une part, éloigner la menace nucléaire iranienne, alors qu’elle rapproche de nous la menace du terrorisme iranien et crée une base iranienne dans le centre du pays, autour de Jérusalem et dans les territoires qui surplombent toute la région de Tel-Aviv ». M. Netanyahu est en effet convaincu que, de même que le Hezbollah a pris le contrôle du sud du Liban et que le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza, « le Hamas balaiera facilement l’Autorité palestinienne » et prendra le contrôle de la Cisjordanie et de Jérusalem-est.

Le journal ajoute que le Premier ministre a annoncé un autre projet ambitieux dans son discours, l’adoption par l’Etat d’Israël d’une constitution qui serait le fruit d’un consensus. Une constitution, a-t-il déclaré, serait le plus beau cadeau que pourrait faire la Knesset au pays pour le soixantième anniversaire de l’Etat d’Israël. Ehud Olmert a également promis des changements afin de renforcer la stabilité du pouvoir en Israël.

Rencontre des équipes de négociateurs

Le Haaretz rapporte que les équipes israélienne et palestinienne chargées des négociations en vue de la conférence d’Annapolis se sont rencontrées hier à Jérusalem. Les négociateurs ont convenu de ne pas faire part aux médias du contenu de leurs débats.

Des participants aux pourparlers ont toutefois déclaré qu’il ne s’agissait hier que d’un début et qu’à l’heure actuelle il est difficile de savoir quelle tournure prendront les négociations. Ils ont ajouté que les négociateurs ont notamment débattu de détails techniques tels que le lieu des rencontres et leur ordre du jour. Les équipes devraient se rencontrer à nouveau la semaine prochaine, avant la visite de la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, dans la région.

Par ailleurs, Tony Blair, l’émissaire du Quartette de la communauté internationale, a entamé hier sa troisième visite en Israël depuis son entrée en fonction. Il devrait rencontrer le Premier ministre, Ehud Olmert, la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le ministre de la Défense, Ehud Barak. Selon le journal, il aurait également demandé à rencontrer le directeur du Shabak, Yuval Diskin et le chef d’état-major, Gaby Ashkenazi, pour entendre leur point de vue sur des sujets de Défense. Du côté palestinien, M. Blair devrait s’entretenir avec le président Mahmud Abbas et avec le Premier ministre, Salam Fayyad.

En octobre, ajoute le journal, devrait se tenir à Tel-Aviv une conférence réunissant des hommes d’affaires israéliens et palestiniens et à laquelle devraient participer MM. Olmert, Abbas et Blair.

Sondage : les Israéliens désapprouvent un compromis sur Jérusalem

Un sondage effectué par l’institut Dahaf pour le Yediot Aharonot analyse la position des Israéliens vis-à-vis d’un éventuel compromis concernant Jérusalem, à la lumière des différents plans évoqués dernièrement, notamment par le vice-premier ministre, Haïm Ramon.

Selon ce sondage, 63 % des Israéliens sont opposés à tout compromis concernant Jérusalem, contre 21 % qui y sont favorables et 16 % qui estiment que cette question doit être tranchée par un référendum. Lorsqu’on leur a posé une question plus précise : « Etes-vous d’accord pour transférer des quartiers arabes de Jérusalem-Est sous contrôle palestinien dans le cadre d’un accord permanent ? », 68 % se sont opposés à cette proposition, 20 % l’ont approuvé et 11 % ont estimé qu’il fallait avoir recours à un référendum.

Enfin, concernant les lieux saints de Jérusalem, 61 % des personnes interrogées considèrent que dans tous les cas Israël doit y assurer seul la souveraineté, 16 % accepteraient une souveraineté partagée entre Israéliens et Palestiniens, 21 % sont favorables à une souveraineté internationale, et 1 % seulement préfèrent une souveraineté jordanienne.

REGIONAL

Visite en Israël du chef de la diplomatie turque

Le Premier ministre Ehud Olmert a rencontré hier le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan qui vient d’effectuer une visite à Damas. Selon le Haaretz, le Premier ministre a déclaré au cours de cette rencontre qu’Israël était opposé à ce que la question du plateau du Golan soit débattue lors de la conférence d’Annapolis qui devait être consacrée uniquement à la question palestinienne.. Ehud Olmert a toutefois souligné qu’il ne s’opposait pas à ce que la Syrie participe à la conférence si elle désire soutenir le processus de paix avec les Palestiniens.

INTERIEUR

Le rapport Winograd ne comprendra pas de recommandations personnelles

Les journaux israéliens se font l’écho de la décision de la commission Winograd, chargée d’enquêter sur la deuxième guerre du Liban en 2006, selon laquelle le rapport définitif de la commission, qui devrait paraître d’ici la fin de l’année 2007, ne comprendra pas de recommandations personnelles à l’égard des politiques et des militaires impliqués dans les défaillances de cette guerre.

Cette décision, écrit le Yediot Aharonot, découlerait de la ligne menée dès la création de la commission par son président, le magistrat à la retriate Eliyahu Winograd, pour qui la commission n’avait comme objectif que de réparer les défaillances et non pas de « couper des têtes ».

Le journal évoque d’autres raisons qui ont poussé la commission à prendre cette décision, comme le fait que l’inclusion de recommandations personnelles dans le rapport définitif aurait reporté sa publication d’une année tout au moins. De même, les membres de la commission auraient jugé positivement le travail important qui a été fait au cours de l’année écoulée pour réparer les défaillances, tant au sein de l’armée que du gouvernement. Enfin, la commission aurait estimé que des recommandations personnelles seraient d’autant moins pertinentes que la plupart des personnes concernées avaient déjà démissionné ou quitté leurs fonctions. En effet, note le journal, la seule personne concernée qui soit toujours à son poste est le premier ministre Ehud Olmert, or, la commission estime que c’est aux électeurs de juger de son action et de décider de son avenir politique.

Toujours selon le Yediot Aharonot, parmi les membres de la commission, Eliyahu Winograd et le professeur de sciences politiques Yehezkel Dror étaient opposés à la publication de recommandations personnelles, tandis que le professeur de droit Ruth Gabizon et le général Menahem Einan y étaient favorables. On ne connaît pas la position du cinquième membre, le général Haïm Nadal./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette