Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Négociation en vue de la conférence d’Annapolis

Négociation en vue de la conférence d’Annapolis

service de Presse de l’ambassade de France en Israël

vendredi 5 octobre 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le Premier ministre Ehud Olmert et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmud Abbas, se sont rencontrés mercredi à Jérusalem. Selon un responsable israélien cité par le Haaretz, les deux hommes ont convenu que les pourparlers sur les questions fondamentales que sont le statut de Jérusalem, les réfugiés palestiniens et le tracé des frontières se dérouleraient sans calendrier imposé et ne seraient pas limitées dans le temps.

Parallèlement à cet entretien, les équipes de négociateurs israélienne et palestinienne se sont rencontrées mercredi pour la première fois. Ehud Olmert et Mahmud Abbas, écrit le journal, auraient demandé aux négociateurs d’élaborer une « déclaration commune », et non un « accord de principe », soulignant que « l’objectif est d’entamer, après la rencontre régionale, des négociations sur les questions qui sont au cœur du conflit, l’application se faisant selon les principes de la Feuille de route ».

Selon le journal, de hauts responsables palestiniens ont fait part de leur satisfaction après la rencontre de mercredi, estimant que même si Israël ne semble pas encore prêt à débattre des questions fondamentales, le feu vert donné aux équipes de négociations témoignait d’une certaine avancée. Le journal cite également des sources israéliennes selon lesquelles la date de la conférence d’Annapolis aurait été fixée au 26 novembre prochain.

Le Yediot Aharonot ajoute qu’Ehud Olmert et Mahmud Abbas ont décidé de faire baisser les attentes en vue de la conférence d’Annapolis. « Nous avons décidé de faire comme les hérissons, qui s’accouplent lentement et prudemment », a déclaré un responsable israélien. Les deux hommes auraient notamment convenu qu’il n’y aurait pas de pourparlers marathon, « chronomètre en main », dans le cadre de la conférence.

Concernant la déclaration conjointe, les Palestiniens s’attendent à ce que celle-ci reste vague, toutefois Israël aurait promis que seraient évoquées certaines des questions fondamentales qui devront être résolues dans le cadre d’un accord permanent. Le secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, devrait d’ailleurs se rendre la semaine prochaine dans la région afin de s’assurer que cette déclaration soit suffisamment substantielle.

Le Maariv affirme lui, en revanche, que la rencontre Olmert-Abbas de mercredi a renforcé le pessimisme dans le camp palestinien. Des responsables palestiniens ont déclaré au journal londonien al-Quds al-Arabi, que, selon eux, Ehud Olmert est trop faible politiquement pour faire accepter aux Israéliens un accord permanent qui concernerait Jérusalem et les frontières de l’Etat palestinien.

De même, écrit le journal, le ministre palestinien de l’Information, Riad al-Maliki, a menacé que les Palestiniens ne participeraient pas à la conférence d’Annapolis, si Israël persistait dans son refus de débattre des questions fondamentales. « Nous préférons ne pas y participer du tout plutôt que de participer à une conférence ’anémique’ », a-t-il déclaré.

Deux Palestiniens tués dans la bande de Gaza

Le Haaretz rapporte qu’un activiste du Hamas a été tué mercredi matin près de Rafah. Selon des sources palestiniennes, l’homme a été tué au cours d’opérations israéliennes dans le secteur, par un missile en provenance d’un appareil israélien. Un autre Palestinien a été tué dans des échanges de tirs avec des soldats israéliens, près de point de passage de Soufa, entre Israël et le sud de la bande de Gaza.

Hier, toujours près de Rafah, trois obus de mortier ont atterri dans une localité israélienne proche du sud de la bande de Gaza. Peu de temps après, l’aviation israélienne a tiré un missile vers un véhicule à bord duquel se trouvaient des membres du Jihad islamique, qui auraient été impliqués dans ces tirs de mortiers. Selon des sources palestiniennes, les activistes sont sortis indemnes de l’attaque mais trois passants ont été blessés. Par ailleurs, deux roquettes Qassam ont atterri à l’extérieur de la ville de Sdérot, sans causer de dégât.

Le journal ajoute que trois membres de la Force opérationnelle du Hamas ont été blessés hier à Gaza dans l’explosion d’une charge explosive près de leur véhicule. Le Hamas a accusé le Fatah d’être à l’origine de cet attentat et a fait savoir que les auteurs présumés avaient été arrêtés. Quelques heures plus tard, un haut responsable du Fatah à Gaza a été enlevé avant d’être grièvement blessé par balle.

Contacts entre le Fatah et le Hamas

Selon le Yediot Aharonot, Jibril Rajoub, ancien conseiller à la sécurité nationale de Yasser Arafat et des chefs du Fatah, aurait rencontré dernièrement des responsables du Hamas à l’étranger, dont le représentant de l’organisation au Liban, Ossama Hamdan. Le chef des renseignements égyptiens, Omar Suleiman, de même que des officiels saoudiens, soudanais et yéménites feraient office de médiateurs entre les deux organisations. Selon Ahmed Yussef, conseiller politique du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, des représentants européens seraient, eux aussi, impliqués dans ces tentatives de médiation.

Le journal explique que le Hamas espère que la reprise du dialogue du Fatah permettra à terme la levée de l’embargo économique contre la bande de Gaza. L’Autorité palestinienne estime, quant à elle, qu’aucun accord politique avec Israël ne pourra être obtenu sans dialogue avec le Hamas. Pour l’heure toutefois, les deux camps posent des conditions à la reprise des négociations et les contacts demeurent non-officiels.

Lors de leur rencontre d’avant-hier, le Premier ministre Ehud Olmert a fait savoir au président Mahmud Abbas qu’une nouvelle participation du Hamas au gouvernement palestinien entraînerait l’arrêt des négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne.

DIPLOMATIE

Rencontre entre Tzipi Livni et le ministre indonésien des Affaires étrangères

Selon le Haaretz, la ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, aurait rencontré, lors de l’assemblée générale des Nations-Unies à New York, son homologue indonésien, Nur Hassan Wirajuda. Les deux ministres se seraient entretenus de la situation au Proche-Orient.

Le journal rappelle que M. Wirajuda avait déjà rencontré à plusieurs reprises le prédécesseur de Mme Livni, Sylvan Shalom, mais que l’Indonésie tient à ce que les relations qu’elle entretient avec Israël restent les plus discrètes possibles./.


COMMENTAIRES

Après de longues semaines de négociation, les Palestiniens ont compris que les choses n’avançaient pas comme il le souhaitaient, écrit Amit Cohen dans le Maariv, et ils mettent en garde que les divergences entre les deux camps risquent de mener à l’échec de la conférence de paix. Ils rejettent la responsabilité de cette situation sur Israël, leurs menaces de ne pas participer à la conférence s’adressent, elles, aux Etat-Unis, mais le grand perdant pourrait être Mahmud Abbas lui-même.

En effet, pour l’Autorité palestinienne, il n’y aurait rien de pire que de revenir de cette conférence les mains vides. C’est la fiabilité de Mahmud Abbas qui est en jeu, et, déjà par le passé, une des raisons qui avaient poussé les Palestiniens à se tourner vers le Hamas qu’ils avaient perdu confiance dans les négociations avec Israël.

L’autre option, ne pas participer à la conférence, pourrait faire taire un instant les critiques du Hamas envers Mahmud Abbas, mais, sans négociations, le président palestinien n’a rien à offrir et il finirait son mandat par un échec.

En réalité, écrit Amit Cohen, quand ils menacent de ne pas participer à la conférence d’Annapolis, les Palestiniens parient que George Bush fera tout pour garantir le succès de celle-ci. Ils espèrent que, suite à ces menaces, les Américains feront pression sur Ehud Olmert afin que la déclaration commune soit plus large et plus substantielle que ne le souhaite le Premier ministre israélien. Il est vrai qu’à l’heure actuelle, on a du mal à voir comment les négociations pourraient aboutir sans intervention américaine./.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette