Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Sous-estimer le danger islamiste ne le fera pas disparatre.

Sous-estimer le danger islamiste ne le fera pas disparatre.

Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en esprant qu’il sera le dernier tre mang. [Winston Churchill]

Charles-Emmanuel Gurin

vendredi 17 août 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Il est temps de regarder en face ce que nous ne voulons pas voir...l’islamisme isralophobe , amricanophobe , mais aussi europophobe progresse confortablement au sein de notre culture occidentale fonde sur la tolrance, sans que nous ne bougions le petit doigt.

Pire encore, il nous manipule, et nous l’encourageons à continuer. Être optimiste ne veut pas dire être en phase avec la réalité, idem pour le pessimisme. Tentons donc d’être réaliste, même si c’est désagréable...

2007. Nouveau président, nouvelle méthode de gouvernance et très bientôt, et pas « seulement sur vos écrans », les résultats concrets des compromissions et soumissions envers les islamistes. Les redécoupages territoriaux seront la partie visible de l’iceberg, mais la soumission de l’Occident aux contraintes et valeurs islamiques, quoi que plus importante, sera plus longue à être réalisée par nos populations. Une fois l’ampleur évaluée, ce sera trop tard ! Comme à chaque fois, les populations du monde libre se demanderont « mais comment en sommes-nous arrivés là » ?

« On ne devrait jamais tourner le dos à un danger pour tenter de le fuir. Si vous le faites, vous le multiplierez par deux. Mais si vous l’affrontez rapidement et sans vous dérober, vous le réduirez de moitié », disait Churchill dont on refusait d’entendre les avertissements. Concernant les terroristes islamistes, l’une des premières choses que l’on m’a enseignée durant ma formation était : ne jamais les sous-estimer. Depuis septembre 2001, je les suis de très près. J’ai pu observer leur évolution et leurs progrès, qu’il s’agisse de l’étude des modes opératoires sur différents types de terrains, tels que les zones de guerre, comme l’Irak ou l’Afghanistan, ou les zones de paix, telles que les USA, Israël, Madrid ou Londres, qu’il s’agisse de l’étude du prosélytisme islamiste avec les relais médiatiques, tels que la télévision, la presse, les manuels scolaires, les personnalités publiques prêtant leur nom et leur célébrité, ou encore de l’étude de l’action psychologique, qu’elle soit violente (attentat) ou subtile et verbale (terminologie, sémantique) et comportementale (éthos de l’orateur et pathos)...le constat est désagréable : ils gagnent, ils y arrivent !

Malgré les combats militaires sur les zones de guerre et les combats derrière l’écran d’un ordinateur ou sur le papier, il faut admettre qu’ils réussissent, qu’ils parviennent à réaliser étape par étape, leurs objectifs. Ils gagnent des terrains, des territoires pendant que la plus grande partie du reste du monde les observe sans réagir. Le politiquement correct de notre génération sert les desseins de conquête des islamistes. L’histoire démontre elle-même que les Français, de génération en génération n’ont jamais été un peuple de combattants. Bien sûr, nous avons des noms, des héros, des civils et des militaires qui ont donné leur vie, mais ils n’ont pas été représentatifs de la population française. Ces femmes et ces hommes qui ont donné leur vie ont d’abord été ignorés, ensuite isolés et méprisés pour enfin, une fois la victoire proche, devenir des personnes fréquentables et attendues...ce revirement permettant du même coup d’éviter d’être saisi pour collaboration. Je ne m’étendrais pas en faisant un cours d’histoire, ce n’est pas le but, mais il est facile de démontrer que nous avons presque systématiquement eu besoin d’une intervention étrangère pour nous aider à chasser un envahisseur. L’actualité ressemble à l’histoire. Les Français ne voulaient pas condamner le nazisme. Nous avons fait les pressions nécessaires pour que d’autres nations se joignent à l’entreprise pacifiste. Aujourd’hui c’est pareil. La France refuse d’identifier clairement l’islamisme, qu’il soit prosélyte ou terroriste. Pour cela, comme dans les années 30, les pressions sont faites sur les nations amies pour satisfaire l’appétit de notre ennemi.

Churchill et Delestraint n’avaient pas été entendus. Pourquoi et comment cela pourrait-il être différent aujourd’hui ? Notre presse, nos médias en général biaisent l’information par une terminologie inadéquate. Nos élus pactisent avec les nazis...pardon, les islamistes, alors comment se pourrait-il que la masse laborieuse, celle qui vote et qui paye les impôts, cesse de soutenir le gouvernement français en lui signifiant clairement qu’elle est contre l’islamisme et la perte de nos valeurs, de notre culture et de nos traditions ? Cette population n’existe pas, pas en France en tous cas ! Alors, dans cette entreprise de mystification et de mirage pacifiste, les tabous sont invités.

Il y a des termes qu’il ne faut pas utiliser, comme ceux-ci : guerre, combat et lutte. Pire, certains de nos compatriotes sont persuadés et persuadent les autres qu’il n’y a pas de menace terroriste islamiste. Plus l’on étudie l’histoire de la seconde guerre mondiale, plus la ressemblance se fait évidente. Bien sûr, cette fois, pas d’armée en uniforme servant la même idéologie, mais toute une communauté d’islamistes assassins, kidnappeurs et terroristes, active dans la conquête mondiale et soutenue par une autre communauté de croyants, silencieuse, qui ne se démarque jamais ne serait-ce qu’en condamnant les attentats et les actes terroristes quels qu’ils soient. Ils se sont inspirés de la stratégie nazie. Mentir, créer des illusions, diviser, terroriser et assassiner. Les musulmans du monde entier se taisent. Comme en 1933, quand l’armée allemande, la Wermarth n’était pas nazie, mais aidait les divisions SS. Comme en 1933, quand le peuple allemand n’était pas nazi, mais qu’il a soutenu l’entreprise nazie, et comme en 1933, quand la France, qui était contre le nazisme, n’a rien fait pour le neutraliser. L’infiltration nazie en France a créé les pacifistes et jusqu’aux derniers jours ceux-ci, à défaut de pouvoir réellement empêcher l’action armée, ont moralement jugé et condamné les militaires et tous ceux qui souhaitaient réagir face à la conquête idéologique et territoriale pourtant déjà commencée. Nous vivons actuellement les mêmes heures. La 5e colonne en France, (les pacifistes et alliés des islamistes) a préparé le terrain. Les perceptions ont changé.

  • La France reçoit la délégation du hezbollah.
  • La France vend des armes à Kadhafi.
  • Un greffier du tribunal d’instance, en 2007, demande un acte de religion pour un renouvellement de carte d’identité à une femme dont le nom est de consonance israélite,
  • Des bâches sont installées dans les piscines pour « protéger » les femmes de la vue des hommes.
  • Des cantines scolaires et carcérales : sans porc.
  • Des pressions sont exercées sur les élus de certaines municipalités pour faire interdire des fêtes traditionnelles.
  • On réclame l’interdiction des tous les signes religieux y compris chrétiens, alors qu’ils représentent pour nous les Français notre culture et notre tradition.
  • Le port du foulard islamique se développe, pour de plus en plus de femmes musulmanes.
  • Les paroles des groupes de rap, reprises par notre jeunesse, présentent des propos anti-blancs et anti-français.
  • On soutient Saddam Hussein, idolâtre Yasser Arafat et on met sur un pied d’égalité un soldat et un terroriste.

    ...

    Plus qu’un soutien tacite, il y a une réelle complicité. Il pourrait y avoir plusieurs comportements face à ce danger islamiste, mais un seul est nécessaire à leur réussite. Comme le disait Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais : « la seule chose nécessaire au triomphe du mal, est l’inaction des gens de bien ». Cette phrase est on ne peut plus exacte. Les déclarations et les manifestations islamistes ne seraient en soi pas un réel problème s’il y avait des contre-manifestations ou encore un regard critique généralisé envers les actes terroristes. Si nos gouvernants avaient fait les démonstrations de la force de nos valeurs, implicitement toutes les manœuvres islamistes auraient été perçues comme futiles. Mais ce ne fut pas le cas ! Nos populations, grâce à la force de l’usure et de la lassitude, considèrent et finissent même par respecter les actes terroristes. Cela entraîne un changement de perception.

    Cessons de nous voiler la face. Ces changements de perception ne sont possibles que par des accords passés entre différentes parties. Les lobbys islamistes ont des moyens financiers et psychologiques qui permettent d’influencer nos populations, pourtant au départ peu enclines à accepter les totalitarismes. Il ne s’agit pas uniquement d’une aide implicite et involontaire de la part de médias de gauche ou d’extrême gauche. Ils n’ont pu, seuls, parvenir à ce niveau d’acceptation de l’intolérance et d’inversement des valeurs. Nos perceptions ont changé lentement. Les accords commerciaux et culturels ont favorisé les possibilités de pression. Avant d’adopter une nouvelle terminologie en faveur des actes terroristes, il y eut des condamnations systématiques à l’encontre d’Israël et des USA. Il y eut une relativisation de l’acte terroriste en lui-même grâce à l’humanisation du terroriste suicide et à la remise en question des actes de police anti-terroriste. Le militaire et le policier furent placés sur un même pied d’égalité. Le terroriste gagnait en respect et en considération.

    Malgré les contradictions pourtant flagrantes, le consommateur français d’informations, préparé au prêt à penser, avale ou plutôt gobe tout ce que les médias lui offrent. Exemple : La France intervient en Côte d’Ivoire. Pour l’opinion publique nationale « c’est normal, c’est pour aider les Français sur place et ce pays qui ne s’en sort pas seul ». Ah bon ! Nos militaires tuent des civils dans une ingérence indécente, et grâce à nos médias, cela sera parfaitement bien justifié...A l’inverse, si Tsahal lance une opération de police et tue des terroristes arabes palestiniens, là, le titre est différent « incursion israélienne à Gaza, deux Palestiniens tués ». Le Hamas pourra déclarer qu’il vengera la mort de ses membres terroristes, rien n’y fait, ce sera des civils Palestiniens...point !

La terminologie permet de faire douter. La répétition permet elle, de faire croire à l’impossible à force de l’entendre. Amadinejehad déclare dès qu’il le peut qu’il faut rayer Israël de la carte. Très vite, des voix s’élèvent pour clamer que ces propos sont inacceptables. Des propos inacceptables ??? Mais enfin, c’est une déclaration de guerre ! Certes, les propos exprimant une menace de mort sont inacceptables, mais il ne s’agit pas que de mots, il s’agit d’une intention concrète de nuire physiquement à un pays et à sa population. Il y a quelques jours, il déclare qu’Israël doit « déménager ». Il est sincère et le croire doit être un automatisme Seulement voilà, Amadinejehad, Arafat, Hanyeh, les El Assad ainsi que les mollah n’ont jamais caché leur haine d’Israël et de l’Occident, mais ont toujours utilisé un double langage. Celui-ci permet de faire une déclaration fracassante et de faire douter par une autre juste après. On pourrait penser qu’il n’y a aucun bénéfice à tirer de cette méthode, mais c’est tout le contraire. D’abord, cela choque d’entendre un homme d’état faire ce genre de déclaration, mais comme celle-ci est très vite atténuée, le doute s’installe. Parallèlement, les lobbys islamistes ont insérés dans les esprits de nos populations tolérantes et grâce à nos médias, l’illégitimité des actions anti-terroristes des Israéliens et des Américains. Alors, très vite, et cette fois grâce à certains de nos élus et à des personnalités publiques, qui déclarent qu’ils condamnent mais comprennent les attentats suicides comme étant un acte désespéré, les paroles d’un fanatique criminel comme Amadinejehad seront finalement comprises et respectées.

Jusqu’où ? N’est-ce pas la population européenne qui a dit qu’Israël et les USA étaient une menace pour la stabilité du monde ? C’est un manque de caractère de la part des Français. Nous devrions, ou plutôt, nous aurions dû dire stop ! Nous aurions dû être choqués et nous aurions dû dénoncer cette méthode de diabolisation. Aux Pays-Bas, un jeune homme, Ehsan Jami, 22 ans, d’origine iranienne, étale son apostasie et critique l’islam ainsi que Mahomet. Il vient d’un de ces pays radicaux, dans lequel on pend et on lapide, l’Iran. Il a ce droit, en Europe, de critiquer et de le dire haut et fort. Il reçoit des menaces de pendaison et l’on entend dire « mais, qu’est-ce qui lui prend de dire ça » ? Il devient responsable des menaces qui lui sont proférées. Ceux qui menacent seront considérés comme des croyants offensés et hormis le souhait qu’ils ne passent pas à l’acte, il n’y aura pas de condamnation, même morale. Les menaces contre le philosophe, Mr Redeker en sont la démonstration. Selon des Français interrogés et en particulier des jeunes et certains de ses élèves, « il n’aurait pas dû » !

Pour neutraliser toute réaction légitime de sauvegarde de nos valeurs, des cellules de sécurité et de protection islamistes interviennent afin de permettre à toutes les actions de subversion de ne rencontrer que peu ou pas de résistance. Ce sont ces islamistes ou leurs soutiens qui négocient des accords (politiques, médias, associations ou ONG) et ce sont leurs éléments infiltrés qui protègent les actions de subversion. Celles-ci sont très simples : il s’agit de créer une veille dans les médias pour y trouver la faille à exploiter afin d’ultra sensibiliser les musulmans et de culpabiliser les non musulmans : dénoncer des propos anodins en les transformant en insulte envers les musulmans, déposer des plaintes tout azimut pour insulte envers le prophète ou la religion ou les deux en même temps afin d’augmenter le niveau de soumission à l’islam...Ce faisant, les groupes de sécurité des islamistes savent qu’ils se prémunissent d’éventuelles actions de dénonciations car la peur du procès ou de recevoir l’opprobre publique ainsi que des menaces physiques, empêche toute réaction et dénonciation des méthodes islamistes.

C’est sûr, l’attentat nous répugne, mais curieusement, on finit par lui trouver des raisons légitimes. En 2001, tous Américains après les attentats du WTC, et tous Anglais et Espagnols après ceux de Londres et de Madrid...Oui, tous...pendant une semaine... !

Mais comment fait-on pour oublier si vite ? Comment fait-on pour accepter ce qui va à l’encontre de la totalité de nos principes et de nos valeurs ? Et bien c’est simple, cela se nomme lâcheté ! Ce terme est très dur, j’en suis conscient, mais regardons les choses en face, c’est ce que nous dirions ailleurs d’une même situation, alors, il n’y a pas d’autre terme ! Les Français se laissent volontairement endormir grâce aux manipulations des islamistes. Celles-ci ne sont pas subtiles, et pourtant, même grossières, elles ne suscitent comme réaction qu’un déplacement de tête vers la droite ou vers la gauche, pourvu qu’il y ait moyen de regarder ailleurs le temps voulu.

Cette phrase, cette recommandation me revient à l’esprit sans cesse : ne pas sous estimer les terroristes islamistes. Pendant ce temps, ils observent, nous étudient et s’adaptent pour ne pas être systématiquement en confrontation directe, car ce n’est pas bon pour leur image et parce qu’ils doivent conserver un lien de soi disant dialogue. Pour y parvenir, il leur faut un mode d’action très précis, c’est-à-dire utiliser une terminologie spéciale, qui constituera un véritable outil de manipulation de la perception de l’information. Le bénéfice sera de fabriquer le doute et la confusion. Grâce à un orateur, il leur reste à distribuer les messages dans nos populations. En créant le doute et la confusion, ils parviendront à générer une paralysie psychologique et intellectuelle de l’Occident.

Définitions :

Le Doute :
État de l’esprit qui doute, qui est incertain d’un fait, de la vérité d’une énonciation, de la conduite à adopter dans une circonstance particulière = Hésitation, incertitude, incrédulité, indécision, irrésolution, perplexité.
La Confusion :
Trouble qui résulte de la honte, de l’humiliation, d’un excès de pudeur ou de modestie = Embarras, gêne.
II, 1 (1370) État de ce qui est confus = Désordre, trouble.
Mettre la confusion dans les rangs d’une armée. Une confusion indescriptible = Brouillamini, chaos, embrouillamini, embrouillement, fouillis, imbroglio, mélange, méli-mélo, pêle-mêle.
Situation confuse, embrouillée (souvent mêlée de violence). =Anarchie, bouleversement, désordre, désorganisation, déstabilisation.

Doute et confusion sont en effet tous deux de redoutables outils de manipulation des masses, mais, seuls, ces outils ne peuvent être véhiculés. Il leur faut un support médiatique de masse pour toucher le plus de population possible : la presse écrite, à travers les quotidiens et les hebdomadaires, ainsi que la presse audio-visuelle. De plus, sans un orateur, rien ne serait possible. Pour plaire, l’orateur doit s’adapter. Il se fabrique une « tenue de camouflage » afin de se fondre parmi nous et de pouvoir distiller le prosélytisme islamiste. L’objectif est de faire douter.

Pensez à cela. Toute intervention quelle qu’elle soit, ne peut être possible qu’avec la certitude ou au moins l’apparence de la légitimité. Qu’il s’agisse d’une intervention armée, d’un décret ou d’une loi, il faut que la population et le gouvernement soient convaincus du bien fondé de l’action. Faire douter permet justement et précisément d’empêcher le processus de conviction. Ces changements de perceptions et de nos valeurs sont l’équivalent d’une éducation. Les islamistes nous éduquent. La subversion présente cet effet insidieux de faire assimiler à des masses des informations pourtant radicalement opposées à leur culture sans que ces masses ne s’en aperçoivent. Les manuels scolaires musulmans programment les enfants musulmans à la haine des juifs et de l’occident. Les islamistes rééduquent les Européens et les Français afin que ceux-ci assimilent de plus en plus les valeurs fondamentales de l’islam, de la charia et du Jihad. Ne dites plus terroristes mais militants ou activistes. L’image de la terreur n’a plus de raison d’être....

Néanmoins ce camouflage cède facilement et les vrais visages apparaissent très vite. Même avec l’islamiste camouflé en citoyen tolérant, il existe des tests quasi imparables. Dites que Jésus était un naïf, un faible et un lâche car il s’est laissé prendre par les Romains, vous serez entendus, vous aurez aussi des contradicteurs mais pas UNE menace de mort. Dites que les Juifs sont pingres, sournois et traîtres et là, certains vous promettent le paradis. Vous aurez aussi des contradicteurs...mais on vous laissera vous exprimer sans AUCUNE menace de mort. Mais dites que Mahomet était un assassin, un voleur et un violeur, là, c’est la suprême insulte, l’inadmissible, l’intolérance et la peine de mort assurée, combien même des Européens catholiques, protestants, juifs et athées diraient qu’il ne faut pas bafouer l’islam et son prophète. Voila l’expression d’une tolérance musulmane à deux vitesses et la solidarité inutile des Européens tolérants à outrance. Cette tolérance ne suffit pas à calmer leurs désirs de châtiment malheureusement.

La France est un pays souverain, nous sommes d’accord. (... n’est-ce pas ?) Alors, fort de ce constat, la question importante qui se pose est : avec toutes les concessions, compromis et tolérance dont font preuve les populations d’Occident, et notamment française, envers les musulmans et dont les islamistes profitent allègrement, quels sont les compromis, concessions et quelles sont les actions de tolérance que nous offrent les musulmans en général et les islamistes en particulier ? Nous ne devons pas attendre quoi que ce soit de positif des islamistes. Nous devons nous attendre à devoir faire encore plus de compromissions et à céder davantage de ce qui est nos traditions, de nos valeurs et de nos territoires. Je me répète mais c’est important, car les islamistes ne cessent de se répéter.

Pendant que les éléments subversifs implantés en France rééduquent notre population, les groupes terroristes consolident la soumission grâce à la peur créée par l’assassinat et l’attentat. Il est nécessaire de faire alors une autre répétition. Les terroristes fondamentalistes islamistes d’aujourd’hui sont des tueurs de masse, ayant des pathologies psychiatriques graves. L’image romantique du combattant de liberté ou du guérilléro n’a plus aucune raison d’être. En fait, la nouvelle génération de tueurs islamistes est formée essentiellement à la haine de l’occident et surtout du juif. Eduquée dès le plus jeune âge à grands coups de Coran et de sourates (le manuel du jihadiste), cette génération a développé une incapacité sociale irréversible. Pire, les repères sociaux n’existent uniquement qu’entre islamistes. Les jeunes filles doivent obligatoirement porter un foulard ou une Burqa. Au delà de la prétendue coutume islamique, il y a une réification de la femme, donc de l’être humain. Cette réification de la femme permet d’analyser et de mieux cerner l’état d’esprit du jihadiste et la valeur qu’il donne à la vie des autres. Cette femme donc devient objet. Objet de fantasme, objet sexuel. Comme celle-ci doit cacher ses formes, elle n’a donc plus de personnalité puisque plus de forme humaine. La seule façon de voir son dos, ou ses jambes est d’être musulman et d’être le possesseur de son corps, donc le mari. Cela confère implicitement au mari, à l’homme, un pouvoir sur l’être. Pas l’être humain dans le sens occidental, mais un être d’une sous catégorie dans le sens du Coran, dans lequel il est écrit qu’un musulman vaut deux femmes...La supériorité de l’homme est donc un sentiment qui aura grandi en lui depuis sa petite enfance.

Oui mais voilà, cela génère des frustrations inouïes. Puisque la femme est un être inférieur, l’homme n’a d’égal qu’un autre homme. Si l’islamiste ne peut s’adonner sous peine de mort, à l’homosexualité pour au moins assouvir son désir d’aimer une autre personne (puisque même la mère et les sœurs sont des êtres inférieurs) et qu’il ne peut aimer comme son égal, c’est-à-dire sans arrière pensées, une femme, il vit alors une frustration permanente et sans cesse grandissante. Des occidentaux sont atteints aussi de ce type de frustration, mais ils sont soignés, réprimandés mais certainement pas encouragés. Il peut parallèlement défouler cette frustration dans la violence accordée par l’islam : tuer les juifs et les infidèles. Le Jihad sera sa voie. La grande majorité des tueurs en série est de type narcisso-sexuel, c’est-à-dire qu’ils tuent par frustration sexuelle. Cette frustration sexuelle accumulée peut être contenue très longtemps chez un occidental, car celui-ci refusera d’abord ses fantasmes macabres et les refoulera le plus longtemps possible. Un tueur narcisso-sexuel s’acharnera sur ses victimes afin d’éprouver un sentiment de soulagement, de domination et de puissance qui doit lui faire défaut dans sa vie quotidienne. Les tueurs en série d’occident le sont devenus très souvent à cause d’un choc ou de traumatismes psychologiques multiples dans leur enfance. Si chez les islamistes il ne s’agit pas de traumatisme, il s’agit d’une éducation à la haine présentant malgré tout les mêmes frustrations. Cette frustration créée et entretenue sera soulagée par la force et l’influence de leur religion, qui les autorise à tuer et à avoir des défoulements sadiques sur d’autres êtres (amputation des mains, lapidation, etc). Leurs victimes sont dépersonnalisées de différentes façons : mutilations et démembrements, insultes écrites sur le corps, décapitation, etc.

Chez les terroristes islamistes, ont retrouve à peu près les mêmes principes de dépersonnalisation (réification). Un terroriste islamiste ne ressent aucune culpabilité à abattre des femmes et des enfants par arme blanche ou par arme à feu, du moment que sa religion lui dit que c’est un infidèle ou un apostat. Il est totalement déresponsabilisé et sera motivé par un sentiment de puissance. Comme le tueur en série qui sévit en Occident, les tueurs islamistes ont un mode opératoire précis, c’est-à-dire qu’ils ont au préalable des victimes déjà présélectionnées ainsi qu’une méthode et une signature. La victime sera un juif, un infidèle ou un apostat, quel que soit son âge, sa race et que cette personne soit une femme ou un homme.

Là réside la grande différence de doctrine entre le combattant issu d’une force armée d’un pays libre et la doctrine des fondamentalistes islamistes. Le soldat en retour d’opération militaire, recevra un débriefing afin de sonder son état d’esprit, ses peurs, phobies et traumatismes que la guerre et la violence auraient pu déclencher. La vue de la mort de civils, d’enfants, de femmes et d’hommes est très mal vécue après la période de combat, une fois que le stress s’estompe et pire encore quand le soldat est responsable. Pas chez les combattants terroristes islamistes. Au retour de leurs actions de terreur, ils sont acclamés par la foule et par leurs responsables. Ils ne confessent pas avoir tué des femmes et des enfants, eux, ils s’en vantent et sont félicités pour cela.

Ils ne changeront pas, comment le pourraient-ils ? Il n’y a rien à espérer d’eux si ce n’est qu’ils aillent jusqu’au bout de leur objectif. Comme je l’avais annoncé dans l’une de mes précédentes analyses, les USA sont isolés et l’Europe commence à faire des gestes de conciliation envers les groupes terroristes. J’avais annoncé que le Président de la République française, en recevant la délégation du Hezbollah, obligerait d’autres pays à en faire de même. Nous apprenons ainsi que l’Angleterre serait pour un dialogue avec le Hamas, le Hezbollah et les frères musulmans...rien que ça ! Pour démontrer cette attitude munichoise, cette même Angleterre annule une livraison d’armes de défense destinées à Israël. Coïncidence ou ...calcul ???

Voilà où nous mène la politique de conciliation : à dialoguer et considérer comme interlocuteurs légitimes des tueurs de masse, rêvant de conquête planétaire. Pour disséquer cette dynamique, replaçons donc ces terroristes dans le contexte géopolitique. Les préparatifs syriens doivent être considérés avec gravité. Le monde musulman, qui s’offense si vite mais qui ne condamne jamais, n’empêchera pas une action militaire syrienne ou iranienne, quelle que soit l’endroit (la frontière libanaise ou syrienne) ou la forme (armée ou milice). Au contraire, comme pour les précédentes guerres israélo-arabes, la passivité des musulmans servira les intérêts stratégiques, militaires et diplomatiques.

La plupart des guerres sont préparées à l’avance, mais sont déclenchées par une opportunité. Autrement dit, on ne prend pas rendez-vous sur le champ de bataille. La situation aux frontières libanaise et syrienne est tellement tendue qu’à l’heure actuelle il ne manque plus que le plus petit prétexte pour déclencher le conflit. Tous les paramètres sont réunis, cela peut être demain, dans quelques semaines ...ou pas ! Il faut un prétexte.

Voici donc un schéma des actions potentielles à venir. Nous savons que le Hezbollah s’est réarmé et qu’il possède désormais des missiles de plus longue portée et plus puissants. Nous savons que la Syrie a recruté plusieurs milliers d’hommes de troupes supplémentaires et qu’elle a amassé à ses frontières des lance-roquettes, et des missiles pouvant atteindre Tel-Aviv. Nous savons que le système de défense anti-missiles israélien n’est pas encore opérationnel et que de ce fait, Israël vit une phase de très grande vulnérabilité. Israël ne peut seul supporter militairement plusieurs fronts, sauf dans un espace temps très court. Il lui faudrait alors combattre vite et très fort afin de détruire totalement le bras armé syrien et iranien, ainsi que toutes les unités syriennes déployées le long de la frontière du Golan. Je ne vois pas l’intérêt pour les Syriens de se cantonner comme l’a fait le Hezbollah l’année dernière, à lancer quelques Katiouchas. La communauté internationale reconnaîtrait les agresseurs même si les condamnations feront vite place à l’amnésie collective. Non, il faut justement que les Syriens, Iraniens et leurs bras armés au Liban fassent oublier leur agression par la médiatisationàoutrance de la riposte israélienne. Il faut d’autres condamnations de cette riposte. Pour que cela soit réellement rentable pour les dictateurs syrien et iranien, il faudrait que la force de frappe d’Israël soit cette fois particulièrement importante, donc en proportion à des attaques d‘envergure lancées par la Syrie et le Hezbollah. Tsahal a certes les moyens de gagner la guerre militaire, mais perdrait à coup sûr la guerre de communication. Nous savons désormais que le parti pris de nos médias rendrait les reportages subjectifs, et donc pro islamistes.

Stratégiquement, il faudrait que le Hezbollah lance des attaques à partir du Liban sud et que simultanément, la Syrie bombarde à partir de ses positions le reste d’Israël, en attendant l’invasion terrestre israélienne. Pour y faire face, la Syrie enverrait elle aussi ses troupes dans l’espoir d’affaiblir Israël dans une guerre de plusieurs fronts, d’usure et de dépense. L’année dernière, la communauté internationale était d’accord pour déclarer que le Hezbollah avait déclenché les hostilités. Mais outre le fait que le gouvernement d’Olmert n’était pas compétent pour mener cette guerre, très rapidement le reste du monde se pressait pour condamner « la riposte disproportionnée » d’Israël. Avec ce test, ayant pour objectif d’évaluer le seuil de tolérance du monde libre envers les islamistes et leurs actions, ceux-ci savent que désormais ils peuvent attaquer, kidnapper, bombarder les Israéliens et les tuer sans que cela ne leur soit en fin de compte préjudiciable. La guerre de 2006 était très différente des précédentes. Cette fois, la Syrie, l’Iran et le Hezbollah savent que même s’ils agressent Israël, ils bénéficieront d’acquis précieux : ils auront notamment l’avantage de la sur-médiatisation des bombardements et destructions causés par Tsahal, et profiteront d’une mobilisation de la communauté internationale pour stopper la défense israélienne. Ensuite, ils seront reçus par notre Président de la République !

Ce sera donc conjointement que les miliciens terroristes du Hezbollah ainsi que la Syrie pourront lancer leurs attaques sur Israël, en sachant que la retranscription dans nos médias leur sera favorable. Nous constaterons alors de nouveau l’abondance de reportages en Syrie ou au Liban, avec sur l’écran des maisons détruites, des morts, des évacuations, des blessés, des gens qui pleurent (souvent les mêmes) et des sans abris qui lanceront des appels à la communauté internationale pour qu’Israël cesse son agression militaire et « l’escalade de la violence ». On verra quelques rares reportages en Israël sur les sites de bombardements, mais du furtif, avec en voix off les commentaires sur la « riposte israélienne au Liban et en Syrie ».
Je ne crois pas à l’attitude suicidaire syrienne ou iranienne. L’objectif de Bechar el Assad à court terme est de pouvoir bénéficier de l’avantage stratégique qu’offrent les côtes libanaises. Un conflit mené pour rien ne peut servir ses intérêts ni ceux de l’Iran. La supériorité militaire israélienne est connue des dictateurs. L’étude des guerres précédentes leur a permis d’anticiper et de développer une stratégie asymétrique. Ils initieront probablement le prochain conflit mais pour le gagner, ils miseront sur leurs influences diplomatiques afin que l’ONU, la France, l’Angleterre et d’autres nations fassent barrages.

En effet, nous conservons encore trop cette image ancienne, l’idée que la victoire par la guerre se fait militairement. Pas avec l’idéologie islamiste, il faut revoir ce concept. Le fanatisme islamiste s’accompagne désormais d’un fanatisme pacifiste. Ces pacifistes représentent désormais l’équivalent d’une force armée. Ils ont un état major et coordonnent leurs actions avec celles des combattants fous de dieu : les islamistes sur le terrain et les pacifistes chez les chefs d’état. Quelle que soit la forme et l’issue du combat, ils se déclarent sans cesse vainqueurs. Que le Hezbollah perde encore les ¾ de ses effectifs et que la Syrie perde les ¾ de ces bataillons, ils crieront victoire. Ils seront aidés pour cela par les résolutions ONU et le discrédit médiatique d’Israël, avec à l’issue la perte de soutien économique de certaines nations. S’ensuivraient logiquement des pressions afin d’exiger d’eux de nouveaux retraits des frontières envahies militairement à des fins de défense et, dans le même temps, la question des Palestiniens serait intégrée dans ce qui serait exigé d’Israël. Une force internationale de paix (casques bleus) pourrait être déployée sur la totalité des frontières et celle-ci, comme à l’accoutumée, tournera ses canons vers Israël. Le Hezbollah quant à lui, gagnera davantage d’influence au pays des Cèdres. Rien de telle qu’une guerre pour unifier et rassembler. De facto, l’Iran aura son accès libre aux côtes libanaises.

La guerre, même avec l’évidence d’une défaite, leur rapportera plus de pouvoir, plus de moyen et même de l’argent. Pourquoi penser que la Syrie et l’Iran ne peuvent pas déclencher une autre guerre, même d’usure ? Ils le peuvent, parce que nous avons légitimé le terrorisme en recevant le Hezbollah, parce que nous avons légitimé l’expansion géographique et que, malgré les menaces d’Amadinejehad, les élus français le courtisent encore, y compris pour « dialoguer » concernant le Liban. Ces pays et ces terroristes ont réussi à faire que le terrorisme et la haine de l’autre deviennent payants. Kadhafi recevra une usine d’armement clefs en main ainsi que la technologie nucléaire, sans oublier les millions d’€uros pour la libération des soignants bulgares.

Si la Syrie était en partie détruite, l’Europe et le reste du monde subventionneraient la reconstruction, car nous n’allons pas abandonner un pays qui a subi les bombardements d’Israël ! L’Iran partiellement détruit ? Nous subventionnerons la reconstruction et offrirons même des centrales nucléaires toutes neuves pour compenser et apaiser les martyrs iraniens, le tout bien entendu avec des promesses de non conversion du nucléaire civil en nucléaire militaire. Des promesses...

La martyrologie sera, avec la guerre de communication, l’outil de conquête en vue de notre soumission. Que le Président iranien soit officiellement tué, en exil ou disparu, il touchera sa part quand même. Ce n’est pas son nom ni sa personne qui compte fondamentalement, car il est remplaçable. Ce qui compte, c’est de comprendre que l’objectif du monde islamiste est de détruire Israël et d’acquérir les côtes libanaises pour avoir une influence stratégique sur la méditerranée, avec « vue » sur l’Europe. Ce qui compte également est de comprendre que même si l’Iran et la Syrie bluffent, ils gagnent quand même dans les deux cas. Si l’Iran s’arme réellement avec le nucléaire et que des frappes préventives réalisées par les USA et Israël (menacé concrètement ne l’oublions pas) détruisent les installations nucléaires, l’Iran sera subventionné pour sa reconstruction. Bien sûr, cela prendra du temps mais l’indignation internationale sera telle qu’Israël sera boycotté et les USA isolés comme jamais ils ne l’ont été par le passé, on peut faire confiance à la pensée unique et aux pacifistes extrémistes pour cela. L’exemple de la guerre en Irak est un échantillon représentatif concret. Les condamnations et résolutions systématiquement contre Israël en sont un autre. Les chancelleries du monde entier se proposeront pour aider, avec la France, l’Allemagne, l’Angleterre en tête, sans oublier le Venezuela et Cuba. Il faut aussi observer une chose importante. Le montant des aides accordées par la communauté internationale permet à un pays de tenter de se redresser. Je dis tenter car, s’agissant d’un pays musulman, il ne s’agit que d’une illusion de reconstruction. La communauté internationale établira une sorte de plan Marshall afin de gérer et d’organiser la vie future du pays subventionné. Oui, mais c’est sans compter sur la duplicité de l’Iran ou de la Syrie. Washington, Paris, Berlin et Moscou obtiendront des promesses et des engagements, qui, bien entendu, ne seront pas tenus. Les aides très généreuses votées et apportées aux pays en reconstruction correspondent à terme à des sommes astronomiques (des centaines de millions de dollars). Pensez que tant que l’Iran voudra par sa propre initiative posséder le nucléaire civil ou militaire, les pays libres et menacés s’y opposeront très naturellement...ce qui ne veut pas dire qu’à l’usure, l’Iran n’obtienne pas quand même le nucléaire. Mais si un conflit s’est déclenché, ce pays sera en partie à reconstruire. Dès lors, comme pour la Libye, l’Irak ou l’Afghanistan, on leur offrira des usines, des armes, des subventions et des millions d’€uros.

Par contraste, des pays d’Afrique, qui bénéficient de sommes nettement moins importantes, progressent bien plus rapidement (Sierra Leone, RDC, Angola). Les subventions accordées ne servent pas non plus à armer le bras qui nous fouettera. Kadhafi l’a très bien compris. Chantage, kidnapping, menaces, tout cela n’est qu’un investissement à long terme. Bechar El Assad ne sera pas destitué même dans le pire des cas, il a trop « d’amis » et ce n’est pas un fanatique islamiste, alors, mieux vaut lui qu’un autre. La communauté internationale, ONU en tête, trouvera l’arrangement qui convient, c’est-à-dire, sur le même principe que la résolution 1701 : la résolution « spécial FINUL 2 », celle qui dit qu’il faut désarmer les milices et restituer les otages. On sait ce que cela vaut.

Que le « Président » de l’Iran soit destitué ou pas, cela n’a aucune importance, on retrouvera d’autres illuminés au gouvernement avec dans le fond les mêmes objectifs. En réalité, rien ne changera et les subventions diverses serviront aussi de « dédommagement ». Cette guerre, pourtant vitale, affaiblira diplomatiquement et militairement Israël et, parallèlement, elle isolera les USA de la communauté européenne pour très longtemps. Elle fera surtout en sorte que les pays agresseurs (devenus agressés ) seront davantage soutenus par l’Europe.

Néanmoins, cette lutte est nécessaire, il faut la faire, car mieux vaut être isolé que soumis. Il est impératif d’identifier la menace pour s’en prémunir. Alors, pour ceux qui pensent encore qu’il est possible de « négocier » avec des fanatiques fondamentalistes, il y a ceci à intégrer impérativement. C’est un extrait du Coran , dont se réclament ces nouveaux « ambassadeurs » légitimés par nos élus, qui semblent leur faire confiance :

Sourate 66.

« AT-TAHRÎM (L’Interdiction)

Allah vous a prescrit certes, de vous délier de vos serments. Allah est votre Maître ; et c’est lui l’Omniscient, le sage »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette