Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Renforcement des liens Syrie-Iran : les ministres [Israliens] ragissent

Renforcement des liens Syrie-Iran : les ministres [Israliens] ragissent

Par Sheera Claire Frenkel | Jerusalem Post dition franaise

dimanche 22 juillet 2007
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Affirmant que le renforcement des liens entre la Syrie et l’Iran reprsente une menace srieuse pour Isral, le ministre des Affaires stratgiques, Avigdor Lieberman, a appel samedi 21 juillet la cration d’un gouvernement d’union nationale, charg de protger l’Etat juif face « l’axe du mal ».

Les propos de Lieberman font suite à des informations selon lesquelles l’Iran aurait décidé d’offrir à la Syrie de nouveaux armements sophistiqués d’une valeur d’un milliard de dollars. Téhéran aurait également proposé de participer aux programmes de recherche nucléaire et chimique syriens. Assad se serait également engagé auprès d’Ahmadinejad à cesser toute tentative de pourparlers de paix avec Israël si l’Iran soutenait les intérêts syriens au Liban.

« Le renforcement des relations entre [le président syrien Bachar] Assad et [son homologue iranien, Mahmoud] Ahmadinejad, exige qu’Israël réorganise ses stratégies politiques et militaires », a déclaré Lieberman. « J’appelle le Premier ministre et le chef de l’opposition à reconsidérer l’option [de former] un gouvernement d’union nationale d’urgence. »

Le dernier gouvernement d’union nationale avait été formé en 1984, lorsque ni le parti travailliste ni le Likoud n’avaient pu recueillir suffisamment de sièges à la Knesset pour créer leur propre coalition.

Les détails de la réunion des deux dirigeants jeudi 19 juillet à Damas ont été repris samedi par le quotidien panarabe Asharq al-Awsat sur la base des propos d’une source iranienne anonyme.

Le cabinet du Premier ministre s’interrogeait samedi sur la véracité des informations, alors que la nouvelle a poussé les députés de tous bords politiques à réévaluer la stratégie israélienne face à la Syrie et l’Iran. « L’ouverture syrienne vers l’Iran prouve la nature hâtive et dangereuse d’Assad. Contrairement à son père, Hafez, Bachar prend des risques exagérés et place l’existence même de son régime en danger », a déclaré le président de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, Tzahi Hanegbi (Kadima). « L’Iran est une menace croissante. Non seulement pour Israël, mais pour la stabilité de la région, des Etats arabes pragmatiques et pour l’hégémonie de l’Occident », a ajouté Hanegbi.

Le député Arye Eldad (PNR), membre de la commission, a déclaré que l’accord entre Téhéran et Damas « rappelait des pactes signés à la veille de la guerre des Six Jours et de Yom Kippour ». « La décision iranienne implique qu’Israël va être la cible d’attaques depuis Gaza, la Judée-Samarie, le Liban, la Syrie et l’Iran », selon Eldad.

Selon le député Israël Katz (Likud), ce nouvel accord prouve que le monde arabe considère le gouvernement du Premier ministre Ehoud Olmert comme faible. « Combien de fois vont-ils continuer à croire aux ouvertures de paix [d’Assad] ? Il nous a prouvé une nouvelle fois qu’il nous approche à la manière d’une colombe, alors qu’il n’est qu’un serpent », a affirmé Katz.

Pour le chef de file du parti Meretz, Yossi Beilin, bien que ces informations soient préoccupantes, Israël doit réagir en engageant des pourparlers directs avec Damas. « La menace du Nord croît sous nos yeux et notre gouvernement réagit en rejetant les déclarations [d’Assad] », a déclaré Beilin. « Ceux qui refusent aujourd’hui d’entamer des pourparlers directs ou indirects avec la Syrie, pourraient être responsables d’un nouveau bain de sang inutile dans la région. »

Un responsable du cabinet du Premier ministre a déclaré qu’Israël était prêt à faire face à toute éventualité sur le front syrien, indépendamment de la rencontre de jeudi. Selon cet officiel, alors que l’Etat hébreu fait et fera tout pour parvenir à la paix avec la Syrie, la rencontre entre Assad, Ahmadinejad et le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, montre qu’Assad est toujours dans l’axe de mal.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette