Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Théories de complot autour de la capture de Saddam Hussein

Théories de complot autour de la capture de Saddam Hussein

Par Dr Nimrod Raphaeli * - MEMRI

dimanche 21 décembre 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Presque tous les malheurs qui s’abattent sur le monde arabe suscitent des théories de complot qui ne tardent pas à prendre les formes les plus complexes, dans le but de prouver l’innocence de certains et la culpabilité d’autres. Les événements du 11 septembre ont donné lieu à de telles théories, ainsi que les attentats perpétrés en Arabie Saoudite. Quant à la capture de Saddam Hussein, elle aurait été le fait, pour reprendre l’expression chère à Saddam, de « la mère de tous les complots. »

L’origine des complots dans l’histoire arabe remonte, selon Mushari Al-Dhayidi, chroniqueur au quotidien londonien Al-Sharq Al-Awsat , à l’époque du troisième calife musulman, Othman ben Affan, dont le meurtre au septième siècle a suscité de nombreuses théories de complot. D’après Al-Dhayidi, cet événement historique indique « la propagation des théories de complot qui atteignent jusqu’à l’esprit des historiens, lesquels sont censés mener des études scientifiques précises et non répandre des mythes ou pire, en créer, comme dans le cas des [dizaines] de complots historiques qu’il reste encore à découvrir. » Al-Dhayidi mentionne le mythe selon lequel le Mossad et la CIA seraient responsables des attentats du 11 septembre, mythe qui prétend en outre qu’une unité américaine spécialisée se serait chargée des attentats du World Trade Center et du Pentagone, afin de permettre au président Bush de mener à bien son projet de nuire au monde musulman. Ce mythe affirme également que l’Amérique est responsable des attentats de Riyad, comme le prouverait l’avertissement annonçant l’attaque. Une autre théorie de complot mentionne le prétendu traitement suivi par Oussama Ben Laden dans un hôpital, sous la surveillance de la CIA, car Ben Laden agirait sous ses ordres. (1)

Complots concernant la capture de Saddam

Aussitôt après la capture de Saddam, des théories de complot ont trouvé leur chemin jusque dans la presse arabe. Les partisans de Saddam Hussein en Irak et dans le monde arabe ont été choqués de constater que Saddam, qu’ils avaient appris à considérer comme « le chevalier des chevaliers, courageux et vaillant », s’était montré conciliant, vaincu et humilié sur les écrans télévisés, et n’avait pas cherché, comme ses fils, à se battre envers et contre tout.

Théorie de complot sur les drogues qu’aurait absorbé Saddam Hussein

La sœur de Saddam, Nawal Ibrahim Al-Hassan, dans une conversation téléphonique avec Al-Qods Al-Arabi , à partir d’une capitale arabe non-identifiée, fut la première à évoquer le complot en affirmant que son frère avait été drogué. Elle a déclaré qu’il n’était pas possible que son frère « se soit rendu de cette façon, à moins d’avoir subi une anesthésie ou de s’être vu administrer un gaz neurotoxique lui ayant paralysé les membres. » Elle a précisé : « S’il avait été en pleine possession de ses moyens, il aurait résisté jusqu’à la mort. Il n’est pas homme à se rendre de manière aussi honteuse. » (2)

Raghad, fille aînée de Saddam, a exprimé des sentiments similaires. Dans une interview télévisée d’ Al-Arabiyya , Raghad affirme : « Il est clair pour tous que notre père a été drogué (…) Quand on m’a décrit en détails son état, je leur ai dit qu’il n’est pas possible [qu’il ait été dans on état normal]. Il a dû être drogué. » (3)


Théorie de complot impliquant les intérêts du président Bush

Le quotidien saoudien Al-Riyad estime qu’il est impossible de douter de l’existence d’un complot. On peut y lire : « (…) On peut penser que Saddam était [déjà] aux mains des Américains, et que son apparition publique était préparée dans le but de calmer une situation explosive, de relâcher la pression psychologique et militaire exercée par les forces américaines en donnant un nouvel élan au président américain au moment où il en avait le plus besoin (…) » (4)


Théorie de complot impliquant la seconde femme de Saddam

Le quotidien saoudien Okaz estime que la seconde femme de Saddam Hussein, Samira Al-Shahbandar, qui réside au Liban sous une fausse identité avec le seul fils encore vivant de Saddam, Ali, aurait pu être la source de l’information qui a conduit à la capture de Saddam. « Il est possible », publie Okaz, que « pour avoir livré la tête de son mari, elle recevra la récompense de 25 millions de dollars », offerte par les Etats-Unis contre une information conduisant à l’arrestation ou à l’exécution de Saddam. (5)

La théorie d’Okaz repose sur une interview de Samira Shahbandar, fortuitement parue dans le Sunday Times le 14 décembre, et le jour suivant dans Al-Sharq Al-Awsat, quotidien édité en arabe à Londres. (6) Al-Shahbandar a révélé que Saddam l’appelait à peu près une fois par semaine. Okaz soupçonne les services de renseignements américains d’avoir mis les conversations sur écoute, précisant que la dernière conversation en date avait été prolongée par Al-Shahbandar dans le but d’accorder aux Américains le temps de situer la cachette de Saddam Hussein. (7)


Théorie de complot selon laquelle Saddam serait un agent américain

Un éditorial du quotidien irakien Al-Shira intitulé : « Le serviteur est tombé dans la cage du maître » résume la politique de Saddam Hussein, de 1963 jusqu’à sa capture, estimant qu’elle fut toujours conforme aux ordres de ses maîtres américains. Selon le journal, Saddam a mené la guerre contre l’Iran en 1980 pour sortir les Etats-Unis de leurs difficultés avec l’Iran. L’occupation du Koweït en 1990 aurait fourni aux Etats-Unis et à Israël « tout ce qu’ils ont toujours rêvé d’obtenir ainsi que ce dont ils ne rêvaient [même] pas », dont l’élimination du problème palestinien, le renforcement de la présence américaine dans le Golfe, laquelle a permis d’assurer la main mise américaine sur les sources de pétrole arabes, ainsi que la pénétration du capital arabe par Israël. L’occupation du Koweït aurait en outre permis de réduire à néant le rôle régional de l’Irak et de créer un déséquilibre des forces entre les pays arabes et leurs ennemis, ce qui équivalait à offrir l’Irak sur un plateau d’argent à l’Amérique.

Le dernier service rendu par le « super serviteur » fut « un service gratuit à l’Amérique, et à Bush en particulier, avec ces images honteuses qui seront utilisées en autocollants pendant la campagne présidentielle (…) » (8)


Théorie de complot : Saddam prisonnier de ses partisans

Les adeptes de cette théorie avancent que Saddam a été kidnappé par ses partisans après avoir émis son dernier message radio, le 16 novembre, puis emprisonné dans le « trou » où il fut découvert trois semaines plus tard. Cela expliquerait son apparence négligée et sa conciliante rémission face aux soldats américains, en qui il aurait en fait vu des « sauveurs. » Les partisans de cette théorie soulignent que les cheveux de Saddam étaient noirs, ce qui implique qu’il ne se trouvait pas depuis longtemps dans la fosse, car sinon ils auraient grisonné. (9)


La mère de tous les complots

La plus étonnante théorie de complot a été mise au point par Abd El-Bari Atwan, rédacteur en chef du quotidien Al-Qods Al-Arabi, édité en arabe à Londres, seul quotidien, hormis les quotidiens affiliés au régime de Saddam (qui n’existent plus), à être resté loyal au « président Saddam Hussein. » (10)

D’après Atwan, « les Etats-Unis et leur puissante machine de propagande sont impliqués dans une campagne de désinformation qui atteint le niveau du terrorisme » et dont le but est de tromper l’opinion publique. Voici, en quatre points, les preuves qu’il avance :

Premièrement, sur les images diffusées par les Américains, on peut apercevoir un dattier derrière le soldat qui a découvert la fosse où se cachait Saddam. Le dattier portait une grappe de dattes jaunes pas encore mûres, ce qui laisse penser que Saddam a été arrêté au moins trois mois plus tôt, car les dattes mûrissent en été, où elles prennent alors leur couleur brune définitive. Atwan en conclut que l’arrestation était « une mise en scène » et que « le véritable lieu de l’arrestation était entièrement autre. »

Deuxièmement, s’il y avait bien deux pièces dans la fosse, comment expliquer que Saddam « soit apparu crasseux, tel un homme qui ne s’est pas lavé depuis des semaines, si ce n’est des mois ? », interroge Atwan.

Troisièmement, les déclarations sur la prétendue coopération de Saddam étaient en contradiction les unes avec les autres : l’ambassadeur Paul Bremer a affirmé qu’il coopérait, alors que le Secrétaire Donald Rumsfeld a assuré le contraire.

Quatrièmement, Atwan dit avoir aperçu des contusions sur le visage de Saddam, et sur son front en particulier. Qui plus est, Saddam se serait comporté comme un robot pendant son examen. Les vidéos le montrent la main sur la joue ; Atwan conjecture qu’il se passait la main sur le visage comme « s’il venait tout juste de sortir du coma. » Atwan estime que Saddam a respiré un gaz neurotoxique pendant le raid pour le capturer, un gaz apparenté à celui employé par les Russes contre les rebelles tchétchènes au moment de la prise du théâtre de Bolshoi, gaz qui avait provoqué une paralysie de plusieurs heures. Ce recours au gaz expliquerait l’absence de réaction de Saddam ; Atwan prône l’intervention d’ « experts impartiaux (…) chargés d’analyser la saleté de la cachette et des environs afin de révéler la vérité. » (12)


Conclusion

Dans son article, mentionné plus haut, Al-Dhayidi conclut : « Le temps est venu pour nous de lire l’histoire passée et le présent en fonction de la réalité et non de nos désirs. Ces épaisses couches d’illusions et de mensonges, qui enrobent nos esprits depuis trop longtemps, nous privant d’air et de lumière, sont nos pires ennemis. Notre véritable ennemi est notre ignorance. Pire encore : notre bonheur et notre satisfaction dans l’ignorance. Nous sommes le produit de notre histoire. C’est nous qui avons perpétré les attentats du 11 septembre, et ensuite ceux du 12 mai [2003] ; nous sommes également responsables de la non moins importante explosion du complexe de Muhaya [à Riyad], nous et non le Mossad ou Ibn Saba [figure mythique dont on raconte qu’elle était impliquée dans l’assassinat du troisième Calife]. Cessons donc de boire de l’eau souillée, car notre soif ne s’en trouvera pas étanchée, quelle que soit la quantité d’eau que nous absorbons. » (13)

* Le Dr Nimrod Raphaeli est responsable du programme d’études économiques de MEMRI (Middle East Media Research Institute)

[1] http://www.memri.org/bin/#_ednref1 Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 16 décembre 2003.

[2] http://www.memri.org/bin/#_ednref2 Al-Qods Al-Arabi (Londres), le 16 décembre 2003.

[3] http://www.memri.org/bin/#_ednref3 Interview en arabe avec Raghad Hussein, fille de Saddam Hussein. Al-Arabiyya News, le 16 décembre 2003.

[4] http://www.memri.org/bin/#_ednref4 Al-Riyadh (Arabie Saoudite), le 15 décembre 2003.

[5] http://www.memri.org/bin/#_ednref5 Okaz (Arabie Saoudite), le 15 décembre 2003.

[6] http://www.memri.org/bin/#_ednref6 Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 15 décembre 2003.

[7] http://www.memri.org/bin/#_ednref7 Al-Zaman (Irak), le 14 décembre 2003 : le journal rapporte que selon des sources américaines, aucun téléphone n’aurait été découvert au moment de l’arrestation de Saddam Hussein.

[8] http://www.memri.org/bin/#_ednref8 Al-Shira (Bagdad) le 17 décembre 2003.

[9] http://www.memri.org/bin/#_ednref9 Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 17 décembre 2003.

[10] http://www.memri.org/bin/#_ednref10Al-Qods Al-Arabi (Londres), le 17 décembre 2003.

[11] http://www.memri.org/bin/#_ednref11 Un expert de l’agriculture a déclaré au quotidien arabe Al-Sharq Al-Awsat (le 17 décembre 2003),édité à Londres, que certains types de dattes mûrissent en hiver après les pluies. D’autres part, certains arbres ne produisant pas suffisamment de pollen, les dattes restent jaunes et non comestibles, et sont en général utilisées à l’alimentation des animaux.

[12] http://www.memri.org/bin/#_ednref12 Abd El-Bari Atwan a toujours été partisan du régime de Saddam Hussein, ainsi que du « cheikh » Oussama Ben Laden, comme il continue de l’appeler. Les sources de financement du journal d’Atwan ne sont pas connues. Ce qui est sûr est que son journal, un journal commercial, ne comporte pas la publicité, et que la presse arabe a, à plusieurs reprises, posé la question de savoir comment un journal à tirage limité, n’ayant pas recours à la publicité, pouvait avoir ses bureaux dans un imposant immeuble londonien. Le 7 décembre 2003, l’hebdomadaire égyptien October publie : « La personne connue sous le nom d’Abd El-Bari Atwan est un journaliste mercenaire, l’un des mercenaires ayant défendu Saddam corps et âme ! Et ils continuent de le défendre aujourd’hui par loyauté et cupidité. »

[13] http://www.memri.org/bin/#_ednref13 Al-Sharq Al-Awsat (Londres), le 17 décembre 2003.

Pour lire ce document (version anglaise) en format HTML, cliquer ici : http://memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=IA15503

L’Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif qui traduit et analyse les médias du Moyen-Orient. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d’ordre général, sont disponibles sur simple demande.

The Middle East Media Research Institute (MEMRI),

tel : 44 - (20) - 7730 8576

fax : 44 - (20) - 7259 0274

e-mail : memri.eu memri.org.uk <mailto:memri memri.org.uk>

site web : www.memri.org/french

Si vous ne désirez plus recevoir le service de MEMRI, nous vous prions de bien vouloir nous écrire en spécifiant « UNSUBSCRIBE » dans votre e-mail.

MEMRI détient les droits d’auteur sur toutes les traductions. Les textes ne peuvent être cités qu’avec mention de la source.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

MEMRI
Internet : un djihadiste menace les civils français sur le territoire français - janvier 2013
Un chroniqueur saoudien compare l’idéologie salafiste djihadiste au nazisme - octobre 2005
La psychothérapeute tunisienne Radhwa Farghali : « Dans les pays arabes, les femmes sont traitées comme des mineures. » - septembre 2010
Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Abou Al-Gheit avertit qu’un Iran nucléaire propulserait les pays Arabes dans la course à l’armement nucléaire - avril 2010
Le président du syndicat des écrivains syriens : la Syrie n’héberge que de nobles combattants, pas des terroristes - janvier 2004
L’ancien président du Comité des fatwas d’Al-Azhar présente les vingt défauts des Juifs tels qu’ils sont énoncés dans le Coran - avril 2004
Le directeur de la chaîne télévisée Al-Arabiya : il n’existe aucune différence entre les attentats suicides de Kaboul, Al-Anbar, Islamabad, Riyad, Alger, Paris, Damas et Taba. - octobre 2004
Affrontements sur la « piste Ho Chi Minh » palestinienne déjà en Août 2001 - octobre 2003
Un feuilleton iranien de science-fiction met en scène une reine juive maléfique - décembre 2006
Dailymotion, le grand entrepôt de vidéos djihadistes - juin 2012
Irak
Les meurtres et les enlèvements suscitent peur et colère chez les Palestiniens de Bagdad ... - juin 2006
Une « confession » vidéo après les attentats de Bagdad - août 2009
Les Kurdes irakiens à la croisée des chemins - avril 2004
Irak : un groupe rebelle sunnite dénonce « l’alliance » Bush/Sarkozy - janvier 2008
L’Irak et la Turquie : une coopération régionale qui pourrait changer la région - août 2008
Apocalypse Now - février 2007
Moqtada Al-Sadr privé du soutien des guides irakiens - avril 2004
Osirak : sous la pression de Téhéran, Bagdad réclame des indemnités à Israël ! - février 2010
Saddam avait transféré ses armes de destruction massive en Syrie - janvier 2006
« La honte de Mossoul » - octobre 2008
Raphaeli Nimrod
Tensions croissantes au sujet du Nil - mars 2004
La « débaasification » de l’Irak : avantages et inconvénients - juin 2004
La naissance douloureuse de la souveraineté irakienne - janvier 2004
Les options de l’Iran en cas d’offensive - septembre 2006
Ingérence iranienne en Irak - mai 2004
Théories de complot autour de la capture de Saddam Hussein - décembre 2003
Les Kurdes irakiens à la croisée des chemins - avril 2004
Moqtada Al-Sadr privé du soutien des guides irakiens - avril 2004
Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette