Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Olmert : Le Likoud me soutient

Olmert : Le Likoud me soutient

Par Tovah Lazaroff

lundi 8 décembre 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Jerusalem Post -Edition française
Confiant, le ministre de l’Industrie et du Commerce Ehoud Olmert a déclaré dimanche 7 décembre que le Likoud soutenait son plan de retrait unilatéral de la plupart des territoires, même si très peu de membres du parti se sont exprimés en sa faveur et si certains sont allés jusqu’à demander sa démission.

S’adressant à des journalistes lors d’une conférence d’affaires à Tel-Aviv, Olmert a expliqué que l’idée de renoncer à ces terres n’était pas nouvelle. « En quoi mes propos vous surprennent-ils ? » a-t-il demandé. « Quand [le Premier ministre] Ariel Sharon a dit qu’il fallait créer un Etat palestinien, il n’a pas dit qu’il le voyait situé au Barheïn. »

Olmert a ajouté que la seule différence entre ses déclarations et la politique du gouvernement résidait dans la mise en application du projet. « La question n’est pas de savoir si nous le ferons, mais si nous le ferons unilatéralement ou non », a-t-il précisé.

« La majorité du Likoud croit de tout son coeur à ce que j’ai dit, même si elle aime cette terre et les implantations. Elle comprend que nous n’avons d’autre choix que d’agir pour la pérennité d’un pays à la fois juif et démocratique. »

Le cabinet ministériel et le Premier ministre Ariel Sharon n’ont consacré que peu de temps à la proposition d’Olmert, qui a monopolisé le débat politique en Israël ces deux derniers jours. Pendant ce temps, la police recherchait les ceux qui ont affiché dans la nuit de samedi à dimanche des posters présentant Olmert comme un nazi.

« Vous avez fait la Une des journaux ce week-end », lui a lancé Sharon au début de la réunion du cabinet. Le Premier ministre n’a toutefois pas attaqué la proposition, dévoilée vendredi par le quotidien Yediot Aharonot, bien au contraire. Il lui a apporté son soutien, refusant de dire si Olmert avait pris l’initiative seul ou s’il avait été chargé d’ouvrir la voie au plan que Sharon a promis de dévoiler prochainement.

Ce dernier, qui a également évoqué la possibilité de « mesures unilatérales », avait en effet annoncé que quand son plan serait prêt, il le soumettrait au cabinet ministériel.

Pendant la réunion, le chef du parti de l’Union National Avigdor Lieberman s’en est pris à Ehoud Olmert, affirmant que les Accords de Genève, qui proposent un plan de paix détaillé répartissant les terres entre Israéliens et Palestiniens, sont plus pertinents que la proposition d’Olmert. Selon Lieberman, les déclarations du ministre de l’Industrie et du Commerce ne sont pas sincères, car motivées par des considérations politiques.

« Le gouvernement n’a ouvert aucun débat dans un cadre formel. Il est clair qu’Olmert agit en fonction d’un agenda politique, et que sa première bataille se livrera au sein même du Likoud », a en effet déclaré Lieberman.

Selon Olmert, des mesures unilatérales doivent être prises, car Israël s’approche dangereusement du moment où les Arabes seront plus nombreux que les Juifs. Sans tracer de frontière, il a expliqué que ces retraits unilatéraux conduiraient à un Israël composé de 80 % de Juifs et de 20 % d’Arabes.

Sur la Première chaîne israélienne, l’ancien Premier ministre travailliste Ehoud Barak a expliqué qu’il avait compris il y a plus de deux ans qu’Israël n’avait pas de partenaire pour la paix et qu’une action unilatérale était la seule solution.

« Près de mille personnes ont été tuées. Ca me brise le coeur. Mais il faut aller de l’avant et ne pas pleurer sur le lait renversé », a-t-il affirmé. Pour lui, c’est une honte que les leaders politiques aient pris tant de temps à comprendre que « nous pouvons prendre notre destin en main » et « agir sans partenaire ».

Si une solution n’est pas trouvée rapidement, a poursuivi Barak, les Palestiniens constateront qu’aucun progrès n’a été fait vers l’existence de deux Etats pour deux peuples, et défendront la solution « un Etat pour deux peuples ».

La ministre de l’Intégration Tzipi Livni a également exprimé son soutien à un plan de retrait unilatéral, expliquant que le Likoud devait prendre des initiatives, car s’il ne le faisait pas, les autres le feront à sa place.

« Pour conserver le caractère juif et la majorité juive de l’Etat d’Israël, il est clair que nous devons renoncer à certains territoires », a-t-elle dit sur la radio de l’armée. « Que ce soit par un accord de paix ou par un plan de retrait unilatéral, nous devons quitter certaines des zones dans lesquelles nous nous trouvons aujourd’hui ».

L’ancien ministre de la Justice Dan Meridor a déclaré qu’Olmert « avait dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas », ajoutant que les sondages montraient que le Likoud soutenait ce genre d’idées. « Le Likoud doit diriger, et non être dirigé », a-t-il affirmé, soulignant qu’il était temps de prendre les choses en main.

Pour le ministre sans portefeuille Meïr Chetrit, les déclarations d’Olmert ont pour but d’apaiser les Etats-Unis et l’Europe. Le ministre sans portefeuille Gideon Ezra s’est prononcé contre Olmert, soutenant que la Feuille de route était encore la marche à suivre et accusant Sharon de céder au terrorisme.

« C’est exactement le contraire de ce qu’il nous faut aujourd’hui », a-t-il affirmé. « Si nous suivons Olmert, les Palestiniens de Jordanie viendront en Samarie, le problème démocratique continuera d’exister avec la menace anti-israélienne. »

Lire l’édition française du Jerusalem Post


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette