Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La morale et les Palestiniens : poignarder à mort, oui, violer, (...)

La morale et les Palestiniens : poignarder à mort, oui, violer, non

Hélène Keller-Lind

dimanche 17 février 2019
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Il y a quelques jours, Ori Ansbacher, jeune fille de dix-neuf ans, se faisait attaquer et poignarder à mort par un Palestinien qui l’avait croisée dans la forêt. Lors de sa comparution devant un juge, on vit le meurtrier avec un petit sourire aux lèvres…Il savait qu’il serait désormais traité en héros et percevrait un salaire confortable à vie. Pourtant les choses se sont gâtées depuis. Car on a su qu’il avait violé la jeune fille. Et là, les dirigeants palestiniens sont un peu perdus car si, pour eux, assassiner est héroïque, violer n’est pas admis. Telle est l’éthique palestinienne.

Nous avions évoqué ici Ori, cette jeune fille si lumineuse, massacrée un jour de février 2019, et deux autres jeunes filles massacrées elles aussi, l’une, Moran, en février 2002, l’autre, Malki, en juillet 2.000. Massacrées parce que juives israéliennes. Parmi des milliers d’autres victimes de la même haine antisémite.
Le réalisateur Pierre Rehov lui consacrait un hommage sobre. On y apprenait déjà que l’assassin, appartenant à une culture barbare, l’avait également violée. Ce qui fut tu au départ, pour épargner ses parents…
https://vimeo.com/317062308

Elle s'appelait Ori from Pierre Rehov on Vimeo.

Était-ce cela qui fit sourire son assassin, prénommé Arafat, lors de sa comparution ? Pourtant c’est cela aussi, sans doute, qui facilita le travail de la police qui le retrouva rapidement, car il était déjà connu comme amateur de couteaux et terroriste en devenir. L’appât du gain devait bien y être pour quelque chose…et puis il savait qu’il pouvait compter sur un avocat payé par le Club des Prisonniers, financé par l’Autorité palestinienne – et les contribuables des pays donateurs -. On voit ici un tableau de ce que sont ces salaires, mirobolants pour la quasi-totalité des Palestiniens, mis à part les dirigeants corrompus et leur clique :


http://www.desinfos.com/IMG/png/san...

Assassiner, et comment, mais violer, non…

Pourtant s’il souriait, se voyant en héros fort bien payé des années durant, ce sourire a dû se figer depuis. Car il n’est pas certain que l’Autorité palestinienne lui verse un salaire. Car les dirigeants palestiniens ont une morale et pour eux tuer, de quelque manière que ce soit, mérite tous les honneurs et récompenses, le Paradis éventuellement, mais, dans cette société où le crime dit d’honneur est toléré, voire encouragé secrètement, le viol ne passe pas. Ainsi, l’Institut et Observatoire Palestinian Media Watch – PMW-, rapporte que le directeur du Club des Prisonniers, interviewé par Haaretz, examinera la demande d’avocat si elle est présentée, mais que si « agression sexuelle il y a eu », alors le jeune homme se passera de leur concours. Ce directeur, ne pouvant arguer que cette jeune fille était soldat – elle accomplissait un service civil auprès d’enfants en difficulté – la qualifie néanmoins de « colon »…- donc à ses yeux et à ceux de tous ceux qui soutiennent les Palestiniens, coupable..-
PMW rapporte aussi que « le spécialiste des affaires israéliennes » de la télévision officielle palestinienne estimerait que le motif « nationaliste » - terroriste- aurait été plaqué à tort sur cette affaire de viol. L’Observatoire rappelle toute une série de meurtres terroristes dans un cadre champêtre…
On ne sait, pour l’heure, s’il aura un avocat de l’Autorité palestinienne, ni s’il touchera son « salaire » de la terreur, expliqué ci en images par Pierre Rehov, mais sa maison sera démolie.
https://vimeo.com/316297466

Le Salaire de la Terreur from Pierre Rehov on Vimeo.

Gel par Israël des fonds palestiniens utilisés pour payer les terroristes et leur famille, décidé par le Conseil de sécurité ce jour

Cette mesure était attendue depuis longtemps. La loi avait été votée en juillet 2018 par la Knesset : déduire quelque 502.697.000 shekels – somme versée par l’Autorité palestinienne à des terroristes en prison ou à leur famille en 2017, venant en partie des contribuables des pays donateurs, dont la France - des sommes reversées à l’Autorité palestinienne. Il est clair que ces « salaires » du terrorisme constituent une incitation importante au terrorisme. Ils sont versés, bien entendu, en violation flagrante des Accords d’Oslo, l’Autorité palestinienne s’étant alors engagée à lutter contre le terrorisme.
Il aura fallu près de huit mois pour que cette loi soit appliquée, sans doute pour des considérations politiques concernant la fragilité d’Abbas, très contesté par la population et menacé par le Hamas. Ces versements aux prisonniers de tous bords lui servant donc à rester en place. Toutefois on peut supposer que l’horreur du massacre d’Ori, - Benyamin Netanyahu avait rendu visite à sa famille effondrée - s’ajoutant à tous les assassinats terroristes depuis des années aura été l’horreur de trop. Il avait annoncé ce matin en Conseil des ministres qu’il présenterait cette loi pour approbation au Conseil de sécurité. Ce qui est chose faite en ce 17 février 2019.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette