Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Damas prône un nouveau Moyen-Orient, sans « l’ennemi » israélien

Damas prône un nouveau Moyen-Orient, sans « l’ennemi » israélien

Le Figaro

mardi 15 août 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le président syrien, Bachar al-Assad, a rendu hommage, mardi, aux actions « légitimes » du Hezbollah contre l’Etat hébreu, en vilipendant avec force l’axe israélo-américain. Au même moment, le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, a estimé qu’il était nécessaire de préparer les conditions d’un dialogue avec la Syrie.

Et si la guerre avait servi l’un des principaux objectifs de Damas ?

Retrouver une emprise sur le Liban, que les forces syriennes ont dû quitter l’an dernier sous la pression internationale. Mardi, Bachar al-Assad a loué le « Nouveau Moyen-Orient tel que nous le voulons et comprenons », intervenu après un mois de conflit armé entre Israël et le Hezbollah au Liban. « Je suis heureux de vous rencontrer dans ce nouveau Moyen-Orient, maintes fois annoncé par la Syrie. Il est nouveau par les réalisations de la résistance » du Hezbollah, le mouvement chiite libanais soutenu par Téhéran et Damas, a expliqué le leader syrien, dans un discours prononcé à Damas, à l’ouverture du Congrès de l’union des journalistes. L’occasion pour lui de dénoncer le Nouveau Moyen-Orient prôné par les Etats-Unis, devenu « une illusion », selon lui. « Leur Moyen-Orient est construit sur la soumission, l’humiliation. Il prive les peuples de leurs droits et de leur identité », a-t-il lancé.

Autre « provocation » aux yeux d’Israël et des Etats-Unis, Bachar al-Assad a rendu un hommage appuyé aux hommes du Hezbollah. En tenant tête à la machine de guerre israélienne, la milice chiite offre en effet à ses partenaires syriens et iraniens l’occasion de rabrouer Israël et son allié américain. « La résistance nationale libanaise est légitime, puisque les agressions israéliennes sont quasi quotidiennes depuis 2000 avec les violations de l’espace aérien libanais » par l’aviation israélienne, a-t-il dit. « La résistance libanaise a brisé le mythe de l’armée invincible », a poursuivi le président Assad, en allusion à l’armée israélienne. « Je dis à tous ceux qui accusent la Syrie de se tenir du côté de la résistance que cela est, pour le peuple syrien, un honneur », a-t-il affirmé, accusant l’Etat hébreu d’avoir pris prétexte de la capture par la milice chiite de deux soldats israéliens, le 12 juillet, pour lancer une offensive au Liban. « Israël a planifié cette guerre depuis des années ».

Israël est « un ennemi »

Le président Assad a en outre imputé à la Maison-Blanche le gel du processus de paix au Proche-Orient. « Cette administration américaine adopte le principe de la guerre préventive, qui est en contradiction totale avec le principe de la paix ». Washington accuse Damas de soutenir le Hezbollah, considéré par les Etats-Unis comme une organisation « terroriste ».

« Israël est un ennemi. Nous ne nous attendons pas à une paix prochaine », a-t-il également lancé contre son voisin. L’Etat hébreu « comme je l’ai dit ne veut pas la paix. La paix impose à Israël de restituer les territoires occupés à leurs propriétaires et à rétablir leurs droits », selon lui.

Peretz pour un dialogue

Par ailleurs, le chef de l’Etat syrien en a profité pour dénoncer avec virulence les « Forces du 14 mars », la majorité anti-syrienne au Liban, les accusant de servir les intérêts israéliens. « Sauver le gouvernement israélien actuel figure parmi les tâches de ces forces. Après l’échec de la guerre, ces forces veulent provoquer une sédition au Liban en tentant de faire déposer les armes de la résistance », a-t-il ajouté. Elles « ont commencé à parler d’un désarmement du Hezbollah alors que le sang (des victimes) est encore frais mais moi je leur dis qu’elles ont échoué ».

Suite à ce discours corrosif, le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a annoncé depuis Amman qu’il annulait son déplacement prévu dans l’après-midi en Syrie, en raison des propos du président syrien jugés « négatifs ». Damas a de son côté évoqué une « différence dans l’interprétation » de la résolution 1701 des Nations unies.

Au même moment, le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, a affirmé la nécessité pour l’Etat hébreu de préparer les conditions d’un dialogue avec la Syrie. « Toute guerre crée des occasions d’un processus politique élargi. Il faut établir des pourparlers avec le Liban et préparer les conditions d’un dialogue avec la Syrie ». Les négociations avec Damas, portant essentiellement sur l’exigence syrienne de restitution du plateau du Golan, annexé par Israël en 1981, avaient été interrompues en janvier 2000. A cette date, le gouvernement travailliste israélien dirigé par Ehoud Barak avait envisagé un retrait de la quasi-totalité du Golan, excepté une bande étroite de terre longeant la rive orientale du lac.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Syrie
« Je suis venu aujourd’hui vous féliciter et féliciter le peuple iranien » a dit M. Assad au président Ahmadinejad. - août 2009
Syrie. Librez Kamal al Labwani - mai 2007
Les contacts israélo-syriens portent sur les frontières, affirme Damas - août 2008
Visite en France du Président Syrien Bachar Al-Assad - novembre 2009
Syrie : Assad menace l’Occident d’un séisme au Proche-Orient - octobre 2011
SYRIE : le massacre se poursuit. La France appelle ses ressortissants à quitter la Syrie, Moscou déconseille la Syrie aux Russes - mai 2011
Les derniers mots de Jebrane Tuieni avant son assassinat : « (...) Le Liban n’a jamais fait partie et ne fera jamais partie de la Syrie (...) » - décembre 2005
Obama a mis son veto sur un plan franco-saoudien pour éliminer Assad en bombardant son Palais. - mai 2012
Le verrou syrien est-il en train de sauter et au profit de qui ? - avril 2011
Assad : « Israël pousse à la guerre » ; Netanyahu : « Je ne le comprends tout simplement pas, je ne sais pas ce qu’Assad veut » / Barak Ravid, Amos Harel et Avi Issacharof – Haaretz - février 2010
Liban
Hezbollah : Israël et les Etats-Unis sont nos ennemis - janvier 2009
Arrêtez le massacre...d’Israël - août 2006
Tsahal a attaqué 70 cibles au Sud Liban - août 2006
30 enfants israéliens de Naharya à Issy-les-Moulineaux - août 2006
La guerre au Proche-Orient n’a fait que des perdants - août 2006
Un convoi de l’ONU touch dans le camp de Nahr el-Bared : au moins un bless - mai 2007
Le Hezbollah et le chef de la Sécurité de l’aéroport de Beyrouth seraient impliqués dans le crash de l’avion éthiopien au large du Liban - mai 2010
Israël, le droit d’exister - août 2006
Une embuscade planifiée / Amos Harel et Avi Issacharof – Haaretz - août 2010
Les médias lancent leurs missiles - août 2006

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette