Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le Conseil de l’Europe soutient une « initiative française pour la paix » qui (...)

Le Conseil de l’Europe soutient une « initiative française pour la paix » qui encourage les dirigeants palestiniens à prôner la destruction d’Israël

Hélène Keller-Lind

mardi 21 juin 2016
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Stupéfiant acharnement de la France et du Conseil de l’Europe. Alors qu’au Moyen- Orient ils sont impuissants devant la situation en Syrie ou en Irak, devant l’État islamique ou le génocide des Yazidis, ils entendent tenter de contraindre Israël à accepter l’inacceptable, notamment « mettre fin à l’occupation qui a commencé en 1967 ». Israël dit et répète que seules des négociations directes mèneront à la paix alors que, forts ce ce soutien, les dirigeants palestiniens, y compris l’Autorité palestinienne, multiplient les incitations à la violence, prônant ouvertement la destruction d’Israël au nom de l’islam.

Le Conseil de l’Europe entérine une initiative inacceptable qui éloigne la paix


Le 3 juin dernier la France réunissait à Paris vingt-sept pays ou organisations internationales dans le but affiché de poser en une matinée les bases de ce qui serait un règlement d’un conflit vieux de plusieurs décennies. Le ministre des Affaires étrangères du pays hôte fit un discours de parti-pris, désignant clairement les fautifs, Israël et son « occupation ». Les deux parties concernées n’avaient officiellement pas été invitées. Hypocrisie de plus car si Israël n’était pas présent, la partie palestinienne, elle, l’était bel et bien car elle est membre de la Ligue arabe qui faisait partie des invités. Un communiqué de presse commun insipide venait conclure cette matinée, désignant clairement « occupation » et « colons » comme devant disparaître et mentionnant pudiquement par ailleurs des « violences » non précisées, alors qu’Israël subissait une vague sanglante de terrorisme palestinien.

C’est pourtant ce communiqué que vient d’approuver le Conseil de l’Europe réuni le 20 juin 2016, mentionnant expressément que tout accord doit avoir pour but « la fin de l’occupation qui a commencé en 1967 ». Le Conseil prétend par ailleurs travailler avec ses « homologues israéliens et palestiniens et toutes les parties concernées dans la région et au-delà pour élaborer une solution à deux États ». Or, on sait parfaitement qu’Israël dit et répète qu’une solution ne pourra être trouvée que par le biais de « négociations directes, bilatérales et sans préconditions », comme le fait à nouveau le ministère des Affaires étrangères israélien dans un communiqué publié le 20 juin en réaction à celui de Bruxelles.

Israël souligne aussi à nouveau que ce type d’ingérence ne fait qu’éloigner toute perspective de paix, donnant à croire aux Palestiniens qu’ils peuvent se dispenser de négociations directes et de tout compromis. Ce retrait israélien sur les positions de 1967, posé en préambule et donc en précondition, est, en effet, ce que réclament les Palestiniens. La petite farce ridicule jouée dernièrement à l’UNESCO avec la participation honteuse de la France, va d’ailleurs dans ce sens et bien plus loin encore car il s’agissait tout simplement, au mépris des réalités historiques, de nier tout lien entre Jérusalem et le peuple juif.

Encouragée par « l’initiative française » l’Autorité palestinienne s’aligne sur le Hamas en prônant la destruction d’Israël au nom de l’islam

Côté palestinien, ce qui se passe dans les faits sur le terrain montre à quel point cette initiative est nocive. Car c’est sans vergogne et sans se cacher le moins du monde que l’Autorité palestinienne, censée être un partenaire de paix fiable aux yeux de la France et de l’Europe, adopte le credo du Hamas terroriste, incitant quotidiennement à la haine et la violence en accusant l’État hébreu d’avoir « volé » les terres palestiniennes et de n’avoir donc aucune légitimité. Mais on assiste aujourd’hui à une escalade car cet interlocuteur privilégié qu’est le Fatah, prône désormais aussi, comme il vient de le faire ou comme le fait le Hamas, une guerre religieuse et la destruction totale d’Israël au nom de l’islam.

Des déclarations irréversibles dès lors qu’est affirmé que toute la terre d’Israël, « jusqu’à son moindre grain fait partie de la Palestine bénie et la Palestine bénie est un wakf. Il est donc interdit d’en céder le moindre grain ». L’Institut de recherche Palestinian Media Watch - PMW- qui a relevé cette déclaration faite dans le cadre d’un programme intitulé « La Palestine dans le Coran », une leçon donnée par le chef de « l’Académie de l’héritage et des antiquités du Wakf de la mosquée d’Al-Aksa », diffusé dans le cadre du Ramadan par la télévision palestinienne officielle le 11 juin dernier, explique qu’en droit islamique « wakf » signifie : « dotation religieuse inaliénable ». Ce qui ne permet donc ni compromis, ni reconnaissance ni changement. »

Voir la vidéo ici https://www.youtube.com/watch?v=JoejElxUfXI

Renforçant cette interdiction religieuse, divers jugements palestiniens condamnaient des Palestiniens pour la vente de terres. En septembre 2010 un magistrat palestinien rendait un jugement selon lequel la vente de terres à « un État étranger » était un délit criminel passible de la peine de mort. Une décision renforçant la législation existante estimait alors le Procureur général israélien. Une information de l’agence de presse Maan News reprise par Haartez.

Pour Fatah ou Hamas, le conflit israélo-palestinien est « le projet d’Allah contre le projet de Satan »

Le 23 mars 2015 Muhammad Hussein, grand mufti de Jérusalem et des Territoires palestiniens nommé par Mahmoud Abbas, faisait une déclaration similaire reprise par le quotidien officiel de l’Autorité palestinienne, Al-Hayat Al-Jadida, appelant « les dirigeants et les peuples de la nation islamique à libérer Jérusalem et la Palestine ». Cinq mois plus tôt c’est Mahmoud Al-Habbash, conseiller de Mahmoud Abbas pour les affaires religieuses et Juge Suprême pour la Sharia, qui expliquait que l’Islam interdit l’existence d’Israël ne serait-ce que sur un millimètre de cette terre. C’est ce même conseiller qui décrivait dans un prêche Israël comme étant l’incarnation du mal et le conflit israélo-palestinien en ces termes : « le projet d’Allah contre le projet de Satan »....

Voir la vidéo ici https://www.youtube.com/watch?v=C3qMq_YuhFg

Des déclarations identiques à celles du Hamas, note PMW qui cite l’article 11 de sa Charte...

Une incitation à la guerre sainte, une négation du droit à l’existence d’Israël que feignent de ne pas voir la France ou l’Union européenne qui entendent tenter de contraindre Israël à un accord suicidaire. Un aveuglement qui n’est pas celui des États-Unis à ce jour, ceux-ci estimant comme Israël que des négociations bilatérales sont de mise
Tout ceci se jouant sur fond de guerre civile sanglante en Syrie et en Irak ou d’exactions barbares de l’État islamique, avec, entre autres, un génocide commis contre les Yazidis, suscitant des migrations de population d’une ampleur sans précédent. Situation devant laquelle France et Europe sont impuissants, préférant intervenir contre l’État hébreu


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Articles associés

Keller-Lind Hélène
Énième « réconciliation » OLP et mouvement terroriste du Hamas soutenue par Qatar, Turquie et Tunisie - avril 2014
Assassinat des deux otages japonais : condoléances de Benyamin Netanyahou et rappel de la nécessité d’un combat commun contre le terrorisme - février 2015
Douzième Festival International du Film de Moqavemat (Résistance) en Iran et neuf pays dans sa mouvance : auto-glorification et haine - septembre 2012
Plus de Premier ministre palestinien : après quelques voltes-faces, la démission de Rami Hamdallah est finalement acceptée - juin 2013
Diabolisation, délégitimation : le maillage. Le cas de J Street - mars 2012
Leila Zerrougui, une magistrate juge et partie, l’ennui, c’est qu’elle vient de commettre un Rapport biaisé pour le compte de Ban Ki-Moon - juin 2015
Pour l’Autorité palestinienne les Juifs qui prient au Mur des Lamentations sont « péché et ordure. » - septembre 2010
Le Cabinet de Sécurité israélien lance un « Index de la culture de la paix et de l’incitation » pour tenter d’infléchir l’incitation à la haine de l’Autorité palestinienne - novembre 2010
Benyamin Netanyahou réaffirme que reconnaître Israël en tant qu’Etat juif est au cœur de la paix entre Israël et les Palestiniens. Pierre-André Taguieff explique pourquoi tant de monde reste sourd à cette évidence - juillet 2011
Troubles de voisinage : le Liban, la Syrie et l’Autorité palestinienne - novembre 2010
Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette