Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Liban : La seule stratégie pour sortir de la crise,

Liban : La seule stratégie pour sortir de la crise,

Charles Krauthammer © Washington Post - Traduction française : Menahem Macina

mercredi 19 juillet 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

C’est une crise et une opportunité. Tandis que, de toutes parts, on se tord les mains de désespoir à propos de l’escalade, apparemment sans fin, du combat entre Israël et le Hezbollah, chacun se demande : Comment cela se terminera-t-il ?

La réponse, claire et aveuglante, consiste à comprendre que cette crise constitue une rare opportunité qui ne se reproduira peut-être plus.

Toutes les forces politiques importantes de la région et du monde, à l’exception des islamistes radicaux de Téhéran et de leurs clients de Damas, veulent le désarmement du Hezbollah et son expulsion du sud-Liban, afin qu’il ne soit plus en mesure de déstabiliser la paix au Liban et dans l’ensemble du Moyen-Orient.

De quelles forces politiques s’agit-il ? Commençons par les grandes puissances. En septembre 2004, elles ont fait adopter la Résolution 1559 <http://www.upjf.org/detail.do?noArt...> du Conseil de Sécurité, exigeant que le Hezbollah désarme et que l’armée libanaise reprenne le contrôle du sud-Liban.

La résolution a bénéficié du patronage des Etats-Unis et - mais oui ! - de la France. En tant qu’ancienne puissance mandataire au Liban, la France a été d’une aide importante pour aider les Libanais à expulser la Syrie durant les dernières heures de la Révolution au pays du Cèdre. Mais la France comprend que l’indépendance et la sécurité sont vaines tant que le Hezbollah -milice privée, illégale et terroriste, aux ordres de la Syrie et de l’Iran - occupe le sud-Liban, où elle constitue un micro-Etat voyou.

Et puis, il y a les Arabes, à commencer par les Libanais qui veulent l’expulsion du Hezbollah. La majorité des Libanais - chrétiens, Druzes, musulmans sunnites et laïques - ressentent avec amertume le fait que leur pays soit otage du Hezbollah et sa transformation en une zone de guerre. Et ce au nom de quels intérêts libanais ? Israël a évacué jusqu’au moindre pouce de territoire libanais il y a six ans.

Les autres Arabes ont parlé, eux aussi. Dans un développement stupéfiant, les 22 membres de la Ligue Arabe ont critiqué le Hezbollah pour avoir provoqué la crise actuelle. C’est un fait sans précédent, de la part de la Ligue Arabe, que de critiquer un membre du camp arabe en conflit ouvert avec Israël. Mais les Etats arabes savent que le Hezbollah, milice chiite au service de l’Iran perse, constitue une menace non seulement pour le Liban, mais également pour eux. L’Egypte, l’Arabie Saoudite et la Jordanie ont ouvertement critiqué le Hezbollah pour avoir commencé une guerre sur la base de ce qui est essentiellement un calendrier iranien (pour détourner l’attention de l’assignation en cours de l’Iran devant le Conseil de Sécurité en vue de sanctions pour son programme nucléaire). Ils sont bien plus inquiets de l’Iran et de ses satellites que d’Israël, et sont donc impatients de voir le Hezbollah désarmé et affaibli.

Bien. Tout le monde est d’accord sur le fait qu’il faut passer à l’acte. Mais qui doit s’en charger ? Personne. Les Libanais sont trop faibles. Les Européens n’envahissent personne. Après leur amère expérience, il y a 20 ans, les Etats-Unis sont allergiques au Liban. Et Israël ne pouvait agir à l’improviste, sous peine d’être immédiatement stigmatisé comme l’agresseur et contraint à faire marche arrière.

D’où l’occasion en or, sans précédent, de l’erreur fatale commise par le Hezbollah. Il franchit la frontière internationale tracée par les Nations Unies, pour attaquer Israël, tuer des soldats et prendre des otages. Cette agression est si grossière, que même la Russie se rallie au communiqué du G 8, qui condamne le Hezbollah pour la violence et appelle à la restauration de la souveraineté libanaise sur le sud du pays.

Mais un seul pays a la capacité de réaliser cela : Israël, dont le monde reconnaît maintenant qu’il a été contraint à cette offensive par l’agression du Hezbollah.

La voie vers une solution est donc claire : Israël libère le sud-Liban et le restitue aux Libanais.

Il commence par préparer le terrain par des bombardements aériens, exactement comme pour la Guerre du Golfe, qui a commencé par une campagne aérienne de 40 jours. Mais si l’on s’en tient à cela, le résultat sera un échec. Le Hezbollah restera en place, Israël continuera d’être soumis à des tirs, le Liban restera divisé et non libéré. Et cette guerre reprendra, à l’heure que le Hezbollah et l’Iran choisiront.

Comme au Kuweit, en 1991, la campagne aérienne doit être suivie d’une invasion terrestre pour nettoyer le terrain et chasser l’occupant. Israël doit reprendre le sud-Liban et en expulser le Hezbollah. Il déclarera alors ce qui est évident, à savoir : qu’il n’a aucune visée territoriale sur le Liban et qu’il est prêt à se retirer et à remettre le sud-Liban à l’armée libanaise (peut-être appuyée par une force internationale), accomplissant ainsi finalement ce que le monde avait demandé : l’exécution de la Résolution 1559 <http://www.upjf.org/detail.do?noArt...> et le retour du Sud Liban sous souveraineté libanaise.

Restent seulement deux questions : la volonté d’Israël et la sagesse de l’Amérique. Le Premier Ministre Ehoud Olmert aura-t-il le courage de faire ce qui est si manifestement nécessaire ? Et le voyage prochain de la Secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, au Moyen-Orient, en vue de négociations de paix, imposera-t-il un cessez-le-feu prématuré qui lui épargnerait l’humiliation de revenir au pays les mains vides, mais empêcherait justement le seul genre de résultat militaire décisif, capable de garantir les intérêts d’Israël, du Liban, des Arabes modérés et de l’Occident ?


Toujours aussi incontournable, Charles Krauthammer nous gratifie, une fois encore, d’une analyse pertinente et pénétrante, dans laquelle il pose les bonnes questions. Reste à savoir si les intéressés y apporteront les bonnes réponses. (Menahem Macina).

http://www.upjf.org/actualitees-upj... <http://www.upjf.org/actualitees-upj...> 19/07/06

Sur le site du Washington Post.

Texte original anglais : « Lebanon <http://www.washingtonpost.com/wp-dy...>  : The Only Exit Strategy <http://www.washingtonpost.com/wp-dy...>  ».


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette