Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Igal Palmor : « Il est trop tôt pour parler d’une force multinationale (...)

Igal Palmor : « Il est trop tôt pour parler d’une force multinationale »

Propos recueillis par Patrick Saint-Paul à Jérusalem. - Le Figaro

mardi 18 juillet 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a répondu hier aux questions du « Figaro ».

LE FIGARO. - Le gouvernement israélien a-t-il perçu les déclarations des chefs d’Etat réunis au sommet du G 8 comme un feu vert à la poursuite de sa campagne militaire au Liban ?

Igal PALMOR. - Nous nous félicitons que le G 8 ait appelé à la libération de nos soldats et à l’arrêt des tirs de roquettes du Hezbollah sur le nord d’Israël. Nous avons noté que le président Jacques Chirac a fait porter de très lourdes responsabilités au Hezbollah dans cette affaire. Bien qu’il appelle Israël à la retenue, le G 8 nous apporte son soutien lorsqu’il déclare qu’Israël a le droit de se défendre. On peut interpréter cela comme un feu vert afin d’agir militairement, le temps de parvenir à un règlement politique. Les opérations de l’armée ont pour objectif de stériliser la capacité militaire du Hezbollah en détruisant ses infrastructures et ses stocks de roquettes.

LE FIGARO. - Une sortie de crise diplomatique est-elle envisageable ?

Igal PALMOR. - Au terme de la campagne militaire, il faudra forcément un règlement politique, pour assurer le maintien de la paix sur cette frontière. La dissuasion de Tsahal ne suffit pas, à elle seule, pour garantir le calme. Il faut un règlement imposé par les forces libanaises, avec l’assistance de la communauté internationale. Il faut un effort concerté de la communauté internationale afin de sortir de cette crise en faisant pression sur le Hezbollah et ses parrains syriens et iraniens. Sans l’Iran, le Hezbollah n’existerait pas, ni ses missiles. La communauté internationale doit imposer un règlement qui puisse tenir et qui neutralise la capacité du Hezbollah. A plus long terme, il est essentiel de neutraliser l’influence nocive de l’Iran au Liban et dans la région.

LE FIGARO. - Israël est-il favorable au déploiement d’une force multinationale au Liban-Sud ?

Igal PALMOR. - Il est prématuré d’en parler alors que les médiations n’ont pas encore réellement commencé. Tout le monde a pu constater les insuffisances de la Finul (la mission d’observation de l’ONU au Liban-Sud), qui a laissé le Hezbollah s’enraciner au Liban-Sud. Elle n’a pas pour mandat de surveiller la frontière. Il faut repenser totalement son rôle. Mais il est trop tôt pour commencer à discuter des modalités de déploiement d’une telle force et de son mandat.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette