Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le « gang des barbares » : De probables motivations antisémites

Le « gang des barbares » : De probables motivations antisémites

revue de presse CID-Democratie et Moyen-Orient

samedi 18 février 2006
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Après un mois de traque, la police démantèle le « gang des barbares »

LE MONDE | 17.02.06

Depuis midi, vendredi 17 février, leur portables n’ont pas cessé de sonner. « Bravo ! », « enfin ! », « qu’est-ce que ça fait du bien ! », s’exclament collègues, amis et parents, depuis que les policiers de la Brigade criminelle de Paris, appuyés par les hommes de la Brigade recherche et intervention - une centaine de personnes au total auraient participé à l’opération - ont arrêté dans la nuit plus d’une dizaine de suspects, tous accusés d’appartenir au gang des kidnappeurs du jeune Ilan Halimi, retrouvé mort quatre jours auparavant.

« Ça va mieux, effectivement », témoigne l’un des policiers qui a participé à l’opération et qui, depuis plus de trois semaines, est, comme une centaine de ses collègues (brigade criminelle, anti-terroriste, scientifique...), « sur le pont » pour tenter de résoudre l’une des affaires de prise d’otage les plus « tordues » - et dramatiques - de ces dernières années en France.

Depuis le 13 février au matin, le moral était au plus bas au 36, quai des Orfèvres : ce jour-là, une passante découvre le corps d’Ilan Halimi, un vendeur dans une boutique de téléphonie mobile du 11e arrondissement de Paris âgé de 23 ans, agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), trois semaines après son enlèvement. Des traces de mauvais traitements, des blessures à l’arme blanche et des brûlures sont constatées sur « plus de 80 % » de son corps. Il a « vécu le martyre », selon les policiers : torturé, affamé, battu de façon particulièrement sauvage, il décède dans l’ambulance sur le chemin de l’hôpital. Les fonctionnaires de la « crim’ », pourtant coutumiers des faits les plus sordides, ont comme du mal à se remettre : pourquoi une telle barbarie gratuite alors que les négociations étaient à deux doigts d’aboutir ? Le jeune Ilan aurait même été aspergé d’essence...

UN IMPRESSIONNANT SYSTÈME DE TRAQUE

Depuis le début de cette affaire de kidnapping, les enquêteurs sont confrontés à une multitude de questions, les unes les plus déstabilisantes que les autres, autant sur l’identité des membres du groupe, que sur leur mode opératoire et leurs revendications. Dans la nuit du 20 au 21 janvier, Ilan se rend à un rendez-vous galant en région parisienne ; quelques jours auparavant, il avait été approché dans sa boutique par une jeune femme « avenante » : « l’appât » du groupe. Par la suite, la police établira que la bande a déjà testé avec plus ou moins de succès cette technique, utilisant tantôt une jeune femme blonde, tantôt une brune. Au moins trois autres tentatives, utilisant ce même mode opératoire, ont été mises au jour par les policiers. L’heureux hasard, ou les doutes suscités chez les victimes, ont fait qu’elles ont échoué.

Pour ce qui est des revendications, il s’agit à première vue d’extorquer de l’argent aux proches ou à la famille de la victime comme dans une affaire d’enlèvement classique. Le père et la petite amie d’Ilan recoivent très rapidement par téléphone, courrier éléctronique et SMS, des demandes de rançon oscillant entre 50 000 et 450 000 euros. Premier problème : la victime ne provient pas d’une famille fortunée. Un constat qui amène les policiers à se poser tout d’abord la question d’une éventuelle connivence entre le gang et sa victime, pour ensuite supposer qu’Ilan se serait « vanté d’avoir reçu un héritage ». Toujours est-il que le montant de la somme tombe vertigineusement (selon certaines sources la revendication aurait chuté à 5 000 euros vers la fin), sans que les kidnappeurs ne se décident à se « découvrir », selon la terminologie policière, c’est-à-dire proposer des modalités d’échange.
« Concernant les moyens d’approche, ils étaient parfaitement au point, c’était un sans-faute, témoigne une source proche de l’enquête. C’est lorsqu’il fallait conclure que, soit ils se dégonflaient, soit ils ne savaient plus comment faire. Soit, encore, ils voulaient continuer à nous tourner en bourrique ». Pendant trois semaines, les policiers de la « crim’ » mettent pourtant en place un impressionnant système de traque, utilisant des filatures, des planques mais aussi une surveillance technique sophistiquée qui les mobilise 24 heures sur 24. Au moins à une reprise, ils seront à quelques minutes de mettre la main sur celui qui semble être le chef, ce jeune homme noir qui apparaît le visage caché par une écharpe sur l’une des photos prises par le dispositif de surveillance.

« YO-YO » DES REVENDICATIONS

Des policiers se relaient également nuit et jour au domicile de la victime où ils réceptionnent et traitent les communications avec les ravisseurs. Les négociations traînent en longueur, s’enlisent ; les ravisseurs donnent des rendez-vous fantaisistes pour aussitôt les annuler, jouent au « yo-yo » avec les nerfs des enquêteurs et les sommes demandées. Leur principale demande, jugée « irréaliste » par les policiers, consistait à faire virer de l’argent via Western Union dans un pays africain et, selon les enquêteurs, « ils se sont enfermés dedans ». Au vu de cette situation, les policiers vont jusqu’à se demander s’ils n’ont pas affaire à une résurgence du groupe AZF - dont les revendications fantaisistes ont tenu en haleine les autorités françaises en 2004 et 2005.

C’est la découverte du corps supplicié d’Ilan qui accélère les choses. Alors que leurs chefs et les magistrats chargés du dossier sont obligés de « communiquer » sur cette affaire, jusque-là demeurée confidentielle, les policiers sont « dépités » : c’est pour la première fois qu’une affaire d’otage traitée par la « crim’ » en France se termine par sa mort. « Horrifiés » par la cruauté du groupe, ils redoublent d’efforts alors que les spécialistes se perdent en conjectures sur les motivations de la bande : « crime gratuit », « asocial », « raciste »... Plus terre à terre, certains enquêteurs mettent en garde : « C’est peut-être aussi un avertissement. Terrorisés, les proches de leur prochaine victime se contenteront de remettre la rançon, sans faire appel à nous. »

La Brigade criminelle détient également, depuis le début de la semaine, un homme soupçonné d’avoir été contacté par le gang pour servir d’intermédiaire dans la remise de rançon. Mais ce n’est pas lui, qui n’a pas l’air de les connaître, qui va les mener jusqu’à la bande. Le 16 février, une jeune femme qui s’est reconnue dans le portrait-robot de « l’appât » diffusé par la police se présente dans un commissariat de la banlieue parisienne : placée en garde à vue, elle avoue avoir attiré des jeunes garçons pour le compte du gang, précisant qu’elle ne savait pas ce qui risquait de leur arriver. Parallèlement, le piège monté grâce aux traques physiques et au traçage GPS se referme sur l’un des membres du groupe, qui sera trahi par son portable. Leurs deux témoignages, concordants, vont leur indiquer la piste de cet appartement de la cité du Tertre de Bagneux (Hauts-de-Seine) qui aurait servi de lieu de détention pour Ilan.

Après, ce n’était plus qu’une question d’heures. « Je n’ai jamais vu mes collègues aussi déterminés, tout le monde voulait en finir avec cette histoire », témoigne un fonctionnaire du 36, quai des Orfèvres qui a participé à l’opération. Plusieurs d’entre eux ont même écourté leurs congés annuels pour participer à l’interpellation de ceux qui ont torturé et tué Ilan Halimi et joué pendant plus d’un mois avec les nerfs de la « crim’ ».

Alexandre Lévy


De probables motivations antisémites, une mise en scène « à l’irakienne »

LE MONDE | 17.02.06

Dès le début de l’enquête, les policiers n’ont pas manqué de relever qu’Ilan Halimi faisait partie de la communauté juive séfarade française. Sa famille, originaire d’Afrique du Nord, était respectueuse des traditions et lui-même ne cachait pas sa judéité.

Aurait-elle constitué pour autant un mobile supplémentaire pour ses ravisseurs ? Alors que, selon le procureur de la République, Jean-Claude Marin, cette piste ne semble pas « avérée », plusieurs éléments ainsi que les témoignages de certains enquêteurs laissent à penser le contraire.

Selon eux, les ravisseurs n’ignoraient nullement qu’Ilan était juif. Lors de leurs échanges avec son père, ils auraient proféré à plusieurs reprises des insultes ouvertement antisémites ; ils semblaient également persuadés que le fait qu’il soit juif faisait automatiquement de lui quelqu’un de fortuné. Au moins un des treize interpellés, vendredi 17 février, aurait également avoué que la bande aurait identifié de manière claire des « cibles juives », selon une source proche de l’enquête.

DES PHOTOS DE LA VICTIME NUE, LE VISAGE COUVERT

Alors que le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a appelé la communauté à « garder son calme » dans l’attente des résultats de l’enquête, d’autres organisations communautaires n’ont pas manqué de relever que parmi les tentatives d’enlèvement opérées par le groupe figuraient d’autres victimes juives. L’émotion est également très vive dans la communauté qui a suivi heure par heure les rebondissements dans l’enlèvement du jeune homme. Des rabbins ont appelé à « prier pour Ilan Halimi ».

Par ailleurs, les photographies envoyées par le gang à la famille Halimi font apparaître des mises en scène qui semblent s’inspirer de l’actualité irakienne, à la fois celle des sévices dans les prisons que celle des affaires de prises d’otages. On y voit notamment la victime nue, le visage couvert. Une « répétition de scènes connues par ailleurs », selon le procureur de la République, Jean-Claude Marin.

Le Monde.fr


Enlèvements à Paris : le chef en fuite

NOUVELOBS.COM | 17.02.06 | 17:07

Quinze interpellations ont eu lieu en lien avec le gang soupçonné de torture et meurtre.

Quinze personnes ont été arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi alors que le chef du gang se trouvait toujours en fuite dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du jeune Ilan, a indiqué vendredi 17 février le procureur de la République de Paris, Jean Claude Marin, lors d’une conférence de presse conjointe avec le directeur de la police judiciaire, François Jaspart.

Le chef présumé de la bande, âgé de 26 ans et qui se fait appeler « brain of barbarians » (le cerveau des barbares), a été identifié. Il s’agit d’un « individu extrêmement dangereux » qui a de nombreux « antécédents » judiciaires, a indiqué le procureur de la République de Paris Jean-Claude Marin.

Lundi, Ilan Halimi, 23 ans, domicilié à Paris a été retrouvé près de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). Le corps portant de nombreuses traces de brûlures. Découvert menotté et nu le long d’une voie de chemin de fer, il est décédé lors de son transfert à l’hôpital.
Le 1er février, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour « enlèvement, séquestration avec actes de torture et de barbarie, association de malfaiteurs » le tout « en bande organisé ». Mardi, le chef d« ’assassinat » a été ajouté à la liste.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) ’’partage la grande émotion de la communauté juive de Paris, et du 11e arrondissement de la capitale en particulier, suscitée par la mort du jeune Ilan H.. Il adresse à la famille ses condoléances et sa sympathie’’.

’’D’abord d’origine crapuleuse, ce crime nous inquiète car le gang suspecté d’avoir déjà commis 2 ou 3 tentatives d’enlèvement, semble cibler ses proies. Nous craignons que le fait qu’Ilan soit juif ait aggravé son cas et conduit ses ravisseurs à se comporter comme les islamistes. Pourquoi les ravisseurs, comprenant que la famille d’Ilan n’était pas fortunée comme ils le croyaient, n’ont-ils pas relâché Ilan et l’ont-ils torturé à mort ? Nous demandons que tout soit mis en œuvre par la police judiciaire et le Procureur de la Répub lique de Paris pour retrouver les auteurs de ce crime, et déterminer si l’homicide est ou non assorti d’une manifestation d’antisémitisme’’. Le BNVCA déclare à GIN : ’’Depuis décembre 2005, quatre jeunes Juifs ont pu échapper à ce traquenard tendu par des professionnels utilisant des moyens sophistiqués (internet, portables)’’.

Le 13 février a été découvert le corps du jeune Ilan H., agonisant près de la gare de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), dénudé, bailllonné, menotté, portant des traces de tortures et de brûlures, Ilan est mort à l’âge de 20 ans des suites de blessures infligées par des ravisseurs qui l’avaient kidnappé le 21 janvier.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) déclare : ’’Attiré par une jeune femme d’origine maghrébine, Ilan H. avait disparu le 21 janvier. Une rançon de 450 000 euros était réclamée à sa famille. Réalisant peut être qu’ils se trompaient sur la fortune de cette famille, les ravisseurs auraient abaissé leurs prétentions à 50 000 euros, et fait parvenir via internet une photo d’Ilan, avec des menaces de mort’’. GIN ne sait pas encore les raisons pour lesquelles les négociations sur la rançon ont capoté et les raisons ayant entraîné le meurtre du jeune homme.


Le précédent des « diaboliques » avait déjà inspiré le film « L’Appât »

Le figaro
[15 février 2006]

A bien des égards, le sort infligé au jeune homme découvert mort lundi évoque le fait divers qui a servi de trame au film L’Appât, réalisé en 1994 par Bertrand Tavernier. Le long-métrage retrace la sanglante dérive de Valérie Subra et de ses deux complices, Laurent Hattab et Jean-Rémi Sarraud, au mois de décembre 1984. A l’époque, le trio, qui opère dans les beaux quartiers de Paris, utilise les charmes de Valérie, 18 ans, pour attirer et séquestrer successivement un avocat et un commerçant du Sentier. A leur domicile, les deux hommes seront torturés pour de l’argent et tués par les trois « diaboliques », qui envisagent de rançonner ensuite d’autres victimes pour financer une fuite vers l’Amérique. Arrêtés quelques jours seulement après le second meurtre, les trois jeunes gens seront condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie de peines de sûreté de 16 et 18 ans, par la cour d’assises de Paris.

C. L.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette