Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Issa Abd Rabbo, un héros palestinien, raconte complaisamment ses assassinats (...)

Issa Abd Rabbo, un héros palestinien, raconte complaisamment ses assassinats de deux jeunes gens, commis de sang froid

Hélène Keller-Lind

mardi 28 janvier 2014
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Chacun a les héros qui lui ressemblent. Ceux de l’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas, ont le plus souvent pour nom celui d’assassins. Comme Issa Abd Rabbo, décrit comme héroïque par le Président palestinien lors de sa sortie de prison négociée avec Israël, avec celle de quelque cent quarante personnages de son acabit, pour que l’OLP accepte de reprendre des négociations dites de paix avec l’Etat hébreu. Son acte héroïque ? L’assassinat de deux jeunes radonneurs israéliens sans armes, Ron Levi et Revital Seri, qu’il kidnappa avant de les exécuter de sang froid...

Deux jeunes randonneurs par une belle journée d’octobre 1984 et un jeune Palestinien en mal d’action terroriste

En cette belle journée de fin octobre Revital Seri et Ron Levi, tous deux étudiants à l’Université hébraïque de Jérusalem, avaient décidé de faire une randonnée dans une vallée au sud de Jérusalem. Quelque temps après avoir garé leur voiture ils s’assirent sous un pin pour s’y reposer...ils ne se savaient pas observés par un jeune homme palestinien très frustré de ne pas avoir pu attaquer un bus transportant des soldats comme cela avait été prévu, le bus attendu n’étant pas venu...Armé, le jeune homme décide alors, selon ses propres termes, de mener à bien une autre opération et « d’improviser »...C’est alors qu’il vit la voiture des deux étudiants. L’occasion rêvée pourlui qui, dit-il aujourd’hui, « ne voulait pas rentrer les mains vides »...

Commence alors sa traque. Il s’approche des deux jeunes gens assis sous le pin. Comme il est armé, Ron Levi, raconte-t-il, lui demande s’il est garde. « Non, je suis chez moi, vous n’avez pas le droit d’être ici », répondit-il. Il dit aujourd’hui, mais cela ressemble fort à un embelissement à tonalité se voulant révolutionnaire, avoir ajouté « c’est notre terre et notre pays. Vous l’avez volé et vous l’occupez et je vais prendre des mesures contre vous ». Ron Levi et Revital Seri furent, dit-il « surpris »...on imagine plutôt leur terreur...Il pousuit en expliqnat que, bien entendu, il les attacha. Puis, on est à nouveau dans le conte révolutionnaire, il prétend les « avoir jugés et condamnés à mort au nom de la révolution ». Il omet dire qu’il a placé des sacs sur la tête de ses victimes avant de les assasiner...

« Au lieu d’un, on en a eu deux »...et sa tante de crier de joie...

Pseudo « sentence » qu’il mit, en effet, à execution en les tuant chacun d’une balle tirée à bout portant, avant d’aller se cacher dans les montagnes. Puis de se rendre chez sa tante pour lui dire « nous avons vengé le sang de Mohamed ». Le journaliste qui le reçoit explique que cette tante est la mère du « martyr Mohamed Abd Rabbo ». Mort pour Allah, donc, dans l’idéologie islamique,... Et l’assassin de préciser avoir dit à cette tante « au lieu d’un on en a eu deux ». Et, dit-il, « elle en a alors crié de joie »...

Le tout est raconté posément, complaisamment même par l’assassin interviewé par l’agence de presse palestinienne indépendante Maan News trois mois après qu’il a été relâché de prison par Israël le 30 octobre 2013. Israël qui avait accepté de libérer quelque cent quarante condamnés palestiniens coupables d’assassinats, ce qui s’est fait par tranches, au fur et à mesure de l’avancée des négociations de paix en cours. Mahmoud Abbas, le prenant par la main, et faisant avec lui un signe de vitoire, l’avait alors qualifié de « héros ».

Des primes juteuses pour les assassins terroristes, à nos frais...

Le jeune assassin, venant d’un village de « réfugiés » en Judée Samarie avait été arrêté et condamné à vie en avril 1985. A sa sortie de prison l’Autorité palestinienne lui a remis 50.000 $ et donné un poste officiel avec un salaire mensuel de 4.000 $, comme pour tous les condamnés libérés ayant été en prison pendant plus de vingt-cinq ans. Particulièrement apprécié, Issa Abd Rabbo a reçu un bonus de 60.000 $. Tout cela en dépit du déficit constant de l’Autorité palestinienne en faveur de qui François Hollande promettait lors d’un déplacement à Ramallah qu’il allait organiser une nouvelle Conférence de Paris des Donateurs en 2014.

Ces salaires et primes versés à des terroristes peuvent donc l’être grâce à l’argent des contribuables des pays donateurs...

Un exemple parmi tant d’autres...

Palestinian Media Watch, Observatoire des Médias Palestiniens, a traduit et mis en ligne cette vidéo, parmi tous les exemples relevés et répértoriés par cette ONG portant sur la glorification systématique des terroristes par l’appareil de l’Autorité palestinienne... terroristes présentés comme modèles à suivre....


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette