Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Bilan 2013 de B’Tselem, où comment une ONG anti-israélienne fait obstacle à la (...)

Bilan 2013 de B’Tselem, où comment une ONG anti-israélienne fait obstacle à la paix

Hélène Keller-Lind

mardi 31 décembre 2013
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Fin 2013, période de bilans. L’ONG B’Tselem n’y déroge pas, pas plus qu’elle ne déroge au parti-pris résolument anti-israélien qui est le sien en occultant toute relation de cause à effet. Dans le communiqué de presse annonçant son rapport 2013 elle ne dit mot de la centaine d’attaques terroristes perpétrées chaque mois contre des Israéliens, ne mentionne pas les blessés israéliens, semble se fier à des dires de son propre aveu peu fiables. Des chiffres manipulés repris largement par les médias, B’Tselem participant ainsi à la diabolisation d’Israël, confortant les Palestiniens dans leurs attaques et, de ce fait, faisant obstacle à la paix.

Des chiffres manipulés, des témoignages non vérifiés, des faits essentiels occultés, des gros titres tendancieux

« Nombre record de Palestiniens tués ces cinq dernières années » titre l’agence de presse palestinienne Maan News dans une dépêche consacrée au Rapport 2013 de l’ONG israélienne B’Tselem dont le propos a été « pendant plus de deux décennies de défendre les droits de l’homme en Cisjordanie et à Gaza », déclaration qui a le mérite d’être claire btselem.org/. Louable en soi, si ce n’est que l’impartialité de B’Tselem, largement financée depuis l’étranger, peut être sérieusement mise en doute. Ce que montre l’analyse datant de novembre 2013, qu’en fait NGO Monitor, Observatoire des ONG. Rappellant, entre autres, que B’Tselem donne une interprétation fausse de ce qu’est la législation internationale, des statistiques erronées, se base sur des dires venant de Palestiniens dont elle reconnaissait en mai dernier qu’elle ne peut toujours les vérifier, utilise à l’encontre d’Israël un vocabulaire délibérement inexact, s’inscrivant dans la droite ligne de Durban, tels « qu’apartheid », « crimes de guerre », etc.≤. Bref, une ONG dont les travaux très orientés n’ont rien de fiable. Elle annonce aujourd’hui la sortie d’un rapport 2013 qui participera à la diabolisation d’Israël.

Une dépêche de l’AFP, reprise par YnetNews titre d’ailleurs : « les forces israéliennes tuent 27 personnes en Cisjordanie en 2013, selon une ONG ». Précisant que « selon B’Tselem pour la première fois en dix ans plus de Palestiniens ont été tués en Cisjordanie que dans la Bande de Gaza. »Personne n’est tenu pour responsable de ces meurtres", dit un porte-parole de l’ONG".

Des médias qui vont au-delà de la simple reprise de données manipulées

Le Jerusalem Post, lui, ne se borne pas à rapportrer le contenu du rapport avec ce titre « B’Tselem : violences de Tsahal contre les Palestiniens en baisse à Gaza mais en hausse en Cisjordanie », suivi de ce chapeau : « augmentation de 238% des violences en Cisjordanie par rapport à 2012 ». Car le quotidien souligne dans le même temps, et c’est essentiel, que "le rapport n’analyse pas les raisons pour cette augmentation du nombre de morts en Cisjordanie ou sa baisse à Gaza". Ce qui est, en effet, capital.

Les raisons des chiffres donnés par B’Tselem que l’ONG occulte largement : une centaine d’attaques terroristes mensuelles par mois pour terroriser les populations civiles

Les raisons de cette augmentation et de ces chiffres, qu’occulte très largement l’ONG dont ce n’est d’ailleurs pas le propos puisqu’elle entend défendre les seuls Palestiniens, se trouvent dans les rapports mensuels du Shabak, Service de Sécurité israélien. Qui détaillent le nombre d’attaques terroristes palestiniennes, où qu’elles se produisent et pas seulement en Judée en Samarie et à Gaza, mais aussi à l’intérieur de la Ligne Verte. Une zone très peu étendue, ce qui a, bien entendu, son importance. Rapports qui donne le nombre de morts mais aussi de blessés, ce qui n’a rien d’anodin, puisque le but des terroristes, faut-il le rappeler, est de terroriser, notamment les populations civiles visées, les faisant vivre dans un sentiment d’insécurité permanente. On y voit, ce qui est évident, que ce que l’ONG qualifie de « meurtres » de Palestiniens, sont en réalité des morts causées dans des affrontements dûs à des troubles initiés par des Palestiniens, s’inscrivant dans un contexte de violences occultées ou minimisées, voire niées. Quant l’ONG ne parle pas de morts d’enfants, terme dont on aimerait avoir sa défintion lorsque l’on sait qu’à Gaza on se marie dès 14 ans et que 17 % des mariés ont moins de 18 ans en « Palestine »...

En janvier de cette année le rapport du Shabak notait que « un total de 83 attaques ont été enregistrées, montrant une baisse de leur nombre par rapport aux 112 attaques de décembre 2012. Il n’y a pas eu d’attaques depuis Gaza en janvier alors qu’il y en a eu une en décembre dernier. Il y a également eu une baisse du nombre d’attaques en Judée Samarie, soit 56 attaques contre 81 en décembre. Une légère baisse a également été enregistrée à Jérusalem, avec 27 attaques contre 40 en décembre ».
Autre précision, toujours pour janvier, : « Trois Israéliens ont été blessés :un citoyen israélien a été modérement blessé lorsqu’il a été poignardé en Samarie ( 29 janvier ), et deux officiers des forces de sécurité ont été blessés en Judée par un cocktail Molotov près d’Al Aroub ( 3 janvier ) et des jets de pierre près de la Tombe de Rachel ( 13 janvier ) »

Cent soixante-sept attaques terroristes en novembre 2013

Constat du Shabak pour novembre 2013 : « on a vu en novembre 2013 une augmentation du nombre des attaques terrrorites : 167 attaques contre 136 en octobre. L’augmentation principale est constatée en Judée Samarie avec 107 attaques contre 99 en octobre ; il y a eu une augmentation à Jérusalem avec 53 attaques contre 32 en octobre. Cinq attaques pour la Bande de Gaza, soit le même nombre d’attaques qu’en octobre ». Le rapport poursuit : "deux attaques à l’arme blanche... toutes deux à l’intérieur de la Ligne Verte ont causé la mort d’un soldat israélien qui a été poignardé à Afula (13 novembre), et les blessures légères d’une femme soldat israélienne à Jaffa (22 novembre).
En outre, trois citoyens israéliens ont été blessés ce mois-ci : un bébé, une petite fille âgée d’environ deux ans, assise dans un véhicule, a subi des blessures modérées causées par des lanceurs de pierres palestiniens près du quartier Armon Hanatziv à Jérusalem (28 novembre), et un couple a été blessé légérement lorsqu’une bombe incendiaire a été lancée sur leur véhicule qui a pris feu près de Teqoa (Judée).

Rappel : la population palestinienne des Territoires est de quelque deux million et demie. Son taux de criminalité anti-israélienne est donc très élevé, avec plus de 1.200 attaques terroristes par an. Une violence encouragée de mille et une manière par l’Autorité palestinienne et le Hamas...Exemples relevés récemment par Palestinian Media Watch, PMW, Observatoire des Médias Palestiniens : fin novembre et pour la cinquième année consécutive la télévision de Mahmoud Abbas montre des enfants palestiniens qui disent leur haine des Juifs pour avoir « tué Arafat » – accusation n’ayant jamais été prouvée – vidéo martiale du Fatah, parti au pouvoir dans les Territoires, avec musique entrainante, visionnée à ce jour par plus de trente trois mille personnes, où l’on voit des hommes armés jusqu’aux dents, des rangées de roquettes et autres fusils d’assault – qui fournit et paie ces armes ? – incite les Palestiniens à kidnapper, frapper, tuer les Israéliens On y voit clairement à quoi Israël est confronté...

Benyamin Netanyahou : « On peut saisir ce qu’est l’essence de la différence entre nous et nos voisins en une image... »

Lors de la 7ème Conférence de Galilée à Tibériade, se référant à la libération de vingt-six terroristes ayant du sang sur les mains et aux scènes de liesse lors de leurs retrouvailles familiales, Benyamin Netanyahou déclarait le 31 décembre : "On peut saisir ce qu’est l’essence de la différence entre nous et nos voisins en une image. Alors que nous sommes prêts à prendre des mesures très douloureuses dans un effort fait pour tenter de parvenir à un accord qui mettrait fin au conflit, avec leur plus hauts dirigeants, ils font la fête. Des meurtriers ne sont pas des héros. Ce n’est pas ainsi que l’on éduque pour la paix. La paix ne pourra advenir que lorsque cessera une éducation qui incite à la violence et à la destruction d’Israël. Il n’y aura la paix que si nos intérêts en matière de sécurité et pour nos communautés sont garantis. La paix ne sera établie que quand nous pourrons nous défendre par nous-mêmes contre toute menace ".


Le photo reportage de l’agence de presse palestinienne Maan News


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette