Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Bush à Abou Mazen : Les Palestiniens doivent commencer par s’aider (...)

Bush à Abou Mazen : Les Palestiniens doivent commencer par s’aider eux-mêmes

DEBKAfile Rapport exclusif - Adaptation française de Simon Pilczer, volontaire de l’IHC

dimanche 23 octobre 2005
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Des sourires, oui ; un État, non. Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas n’a pas eu de grandes chances d’exposer sa liste habituelle d’exigences et de plaintes lors de ses pourparlers à la Maison Blanche avec le Président des USA George W. Bush jeudi 20 octobre.

Au lieu de cela, par contraste avec l’humeur joviale de leur conférence de presse conjointe, Bush a brisé les espoirs de son visiteur d’un État palestinien dans un avenir prévisible. « Pas pendant mon mandat », a déclaré le Président fermement, selon des sources exclusives de DEBKAfile à Washington.

Abou Mazen est décrit à la sortie de la réunion pâle et secoué, sans rien à rapporter de son voyage à Washington. La plus grande partie de leur conversation de 45 minutes était unilatérale. Bush a à peine laissé Mazen placer un mot, lui coupant la parole plusieurs fois.

Selon nos sources, le Président des USA a posé un nouvel ensemble de règles, inhabituelles pour les Palestiniens. En un mot, personne n’aidera les Palestiniens s’ils ne s’aident pas eux-mêmes - et cela vaut pour moi, le Président des USA, aussi. Si vous pensez que vous pouvez désarmer le Hamas en les laissant prendre part aux élections, allez-y, vous êtes chez vous. Nous pensons que vous commettez une énorme erreur, mais nous n’interférons pas.
Mais il y a un prix à payer. Un régime dominé par les terroristes ne peut s’attendre à être traité comme une démocratie.

Il a rappelé à Abou Mazen qu’il a été le premier président américain à adopter la vision un Etat palestinien indépendant et à en faire un objectif de sa politique étrangère, mais les Palestiniens ne se sont pas élevés à la hauteur du défi. Il a informé Abbas que pour obtenir un État, ils doivent répondre à trois conditions catégoriques :

A. Un État palestinien doit vivre en paix avec Israël.

B. La paix seule n’est pas assez. Les Palestiniens doivent se montrer capables d’être de bons voisins.

C. L’État palestinien doit être débarrassé du terrorisme.

Selon l’état des événements aujourd’hui, a déclaré Bush, je ne vois pas de perspectives de faire exister un État palestinien avant que je ne quitte la Maison Blanche.

Le Président des USA a dit qu’il continuerait à soutenir le dirigeant palestinien. Cependant, ses termes ont été à l’inverse de ce que Abbas voulait entendre.

1. Les négociations sur le statut final ne doivent pas encore commencer. (Cela s’est abattu sur la tête d’Abbas pour son objectif le plus chéri, qui est de passer les préliminaires de la feuille de route pour sauter à l’étape finale).

2. Washington retient le calendrier pour progresser vers l’indépendance palestinienne (cela a été un revers stupéfiant pour les projets d’Abbas, et sa réputation chez lui).

3. Le feuille de route pour la paix au Moyen-Orient ne sera pas activée pour l’instant. Elle restera sur le papier aussi longtemps que des « gangs armés » palestiniens sont aux responsabilités.

Abou Mazen a tenté de formuler en un mot les exigences palestiniennes, telles que le statut non résolu des passages de la frontière Égypte - gaza, un lien direct entre la rive occidentale et Gaza souveraine, un arrêt de la barrière de défense israélienne, et des plaintes diverses, mais Bush les a balayées, déclarant qu’il est informé de ces problèmes et qu’il les délègue à ses conseillers - « Jim Wolfensohn », ou le « Général Ward ».

Il accorda quelque support à la demande palestinienne d’armes et de munitions pour armer leurs forces de sécurité, mais déclara que cela devrait attendre qu’un nouveau coordinateur militaire prenne la suite du Général Ward. Le Président des USA dit qu’il était encore à la recherche d’un candidat adapté, un militaire avec une bonne expérience du renseignement qui avait aussi travaillé avec la CIA. Il donna aussi son accord pour obtenir davantage de concessions économiques de la part d’Ariel Sharon.

Au total, la réunion s’est achevée sans résultats ni décisions.

A l’extérieur, quand ils fait face aux journalistes, le Président Bush profita d’une question posée par un correspondant palestinien pour renvoyer sur place son nouveau message. Interrogé pour savoir si un État palestinien naîtrait pendant son mandat de Président, il répondit : Mon objectif est de poser les fondations d’un État. Si cela survient ou non n’est pas mon problème ; cela dépend des Palestiniens.

Clairement, le Président des USA a fait plusieurs pas en arrière depuis son premier concept d’État palestinien comme objectif prioritaire de la politique américaine. Il laisse les Palestiniens se diriger. Pour la première fois, ils se sont entendus notifier clairement et fermement qu’aussi longtemps qu’ils hébergent des terroristes, ils peuvent oublier l’obtention de leur propre État.


http://www.debka.com/article.php?ai...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette