Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Vraies bombes, faux arguments

Vraies bombes, faux arguments

Par Richard Prasquier et Marc Knobel*

mardi 16 août 2005
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Peut-on dire que la guerre en Irak rend les Occidentaux responsables du terrorisme ?
Dans un récent article, intitulé « La guerre crédibilise Al-Qaeda » (1), Pascal Boniface nous donne son explication sur le terrorisme.

Nous pouvons résumer simplement son argumentation par les phrases suivantes, reproduites telles quelles ou presque de l’article, réélaborées pour en faire apprécier la logique interne, sans aucune distorsion.

1) Les terroristes éprouvent de la haine pour les sociétés démocratiques occidentales.

2) De ce fait, nous vous lecteur, moi Pascal Boniface risquons d’être victimes du terrorisme.

3) Il est vrai qu’ils nous attaquent pour ce que nous sommes.

4) Mais cela ne suffit pas à expliquer le développement actuel du terrorisme.

5) Ce développement est dû à ce que nous faisons.

6) Car nos actions (lire : celles des Etats-Unis et de leurs alliés) nourrissent la haine : mensonges sur les armes de destruction massive irakiennes (événements de Guantanamo, Abou Ghraib, Fallouja, manque de respect envers la population irakienne, situation des Palestiniens).

7) Il faut donc mettre nos actions en conformité avec nos proclamations pour ne pas faciliter la tâche de nos adversaires et réduire l’impact du discours de Ben Laden.

CQFD...

S’il nous paraît utile de l’analyser, c’est que ce discours, presque chacun l’a entendu peu ou prou autour de lui, mezza voce : les attentats de Londres ont provoqué un sentiment de révulsion qui a masqué dans les déclarations officielles et les éditoriaux de journaux la petite voix sous-jacente, et si nous étions nous-mêmes, nous les Occidentaux, les responsables de cette atrocité ? Dans cette démonstration, le point le plus important est le point 6 : la guerre d’Irak a aggravé le risque de terrorisme au lieu de le diminuer ; ce n’est pas une hypothèse, c’est une constatation, même Samuel Huntington, l’homme du « choc des civilisations », même le conservateur Royal Institute for International Affairs (RIIA) l’admettent, explique Pascal Boniface dans son article.

La litanie des attentats en Irak conduit donc certains à penser que les Américains, pris dans un enchaînement de violences et contre-violences, sont en train de déclencher l’apocalypse terroriste et de provoquer une haine bien compréhensible dans le monde musulman. Mais réfléchissons : qui sont les auteurs des attentats quotidiens en Irak et des morts par centaines ? Des groupes musulmans, sunnites pour la plupart. Qui sont les victimes quotidiennes de ces attentats qui ciblent parfois des enfants ? Des musulmans, souvent chiites. Faut-il en déduire que, par leur présence, les Américains seraient responsables, seuls responsables ? Et que se passait-il en leur absence, à l’époque « heureuse » où Saddam Hussein, une arme de destruction massive à lui seul, faisait la loi : des massacres par centaines, par centaines de milliers probablement, de chiites en général, kurdes souvent, ou d’opposants présumés de toute origine, mais toujours musulmans, dans le silence des islamistes, malgré le caractère laïque du régime... Il faut, pour déclencher le sentiment de révolte islamiste internationale envers des crimes commis contre les musulmans, la présence de non-musulmans, même s’ils ne sont pas les auteurs des crimes. Quant aux comportements humiliants, écoeurants, imbéciles, de certains gardiens d’Abou Ghraib et de Guantanamo sur leurs prisonniers, peuvent-ils justifier une bombe qui massacre de façon indiscriminée femmes et enfants dans une rame de métro ? Dans les geôles de Saddam, les mutilations (langue, etc.) semblent avoir été assez courantes : ont-elles déclenché les mêmes foudres ?

On peut penser ce que l’on veut de l’intervention américaine en Irak, qu’elle n’aurait pas dû se faire, qu’elle aurait dû se faire d’une autre façon, pour d’autres motifs, avec d’autres méthodes, avec une autre phraséologie, etc., mais on ne peut pas laisser croire que le mauvais comportement des troupes alliées est une raison objective suffisante pour un déchaînement du terrorisme dans le monde, car nul n’a tué plus de musulmans que Saddam Hussein. Ce que dit le RIIA est que l’espace d’action des mouvements terroristes s’est accru depuis l’intervention américaine et que la propagande pour le jihad y a trouvé de nouveaux arguments, mais ces arguments sont aussi fallacieux que les précédents.

Ce n’est pas ce que nous faisons qui provoque le terrorisme, mais c’est bien ce que nous sommes (phrase 3 de l’argumentation de Pascal Boniface, écrite apparemment à regret). Nous, c’est-à-dire une population de mécréants (juifs, chrétiens, mais aussi musulmans bien-pensants ou autres...) dont la mort ­ pensent les terroristes ne peut que réjouir Allah. La mort de « bons » musulmans au cours d’actions terroristes (« martyres ») doit être traitée comme un simple dommage collatéral. Dans cette optique, toute action, toute décision contraire à la loi de Dieu telle qu’elle est définie par les chefs du jihad, peut être montée en exergue : l’Irak, la Palestine, sont d’excellents arguments de propagande, mais, au regard d’un jihadiste bien endoctriné, la loi sur le voile, l’interdiction de la polygamie, un comportement considéré comme déviant ou la moindre remarque critique, voire la seule existence d’un membre hors du groupe de référence pourront aussi bien faire l’affaire. Le lavage de cerveau haineux, et combien efficace, tel qu’il est pratiqué par les madrasas pakistanaises ou autres, par les prédicateurs classiques ou techno-modernistes, relayés par Internet et par l’argent du pétrole, a fait des ravages bien antérieurs et bien supérieurs à la guerre d’Irak.

Et Israël dans tout cela ? Il n’apparaît dans l’article que comme une simple mention « politiquement correcte » : le jour où « les Palestiniens auront un Etat viable ». Eh bien, ce jour que nous espérons nous aussi, si rien n’est fait par ailleurs pour éradiquer le terrorisme islamiste, un autre argumentaire (le même en réalité, il suffit de lire les déclarations du Hamas...) se développera sur la nécessité de « récupérer la dernière parcelle de terre arabe ». L’émergence du terrorisme international islamiste n’a aucun lien avec les difficultés du peuple palestinien, rappelons qu’en 1993, l’année des accords d’Oslo, eut lieu le premier attentat contre le World Trade Center à New York. Les attentats de Bali, la guerre du Cachemire ou les talibans afghans n’ont rien à voir avec la Palestine, qui a été longtemps oubliée par les islamistes, néanmoins la référence s’est révélée si efficace en milieu musulman comme en milieu occidental qu’elle sera réutilisée tant qu’il se trouvera des commentateurs atteints du syndrome de Stockholm, qui devraient méditer les fortes paroles de Churchill sur la guerre et le déshonneur après les accords de Munich.


  • Richard Prasquier membre du bureau exécutif du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) et Marc Knobel historien.

    (1) Libération, 29 juillet 2005.

http://www.liberation.fr/page.php?A...

© Libération


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette