Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > A propos d’éminentes personnalités, auto-proclamées

A propos d’éminentes personnalités, auto-proclamées

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

jeudi 25 avril 2013
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le journal Le Monde, a publié, dans son numéro daté du 25 avril un appel, signé par un « collectif », composé d’une vingtaine d’anciens responsables politiques européens, qui se présente, lui-même, modestement, comme un «  Groupe européen d’éminentes personnalités sur le processus de paix au Prochain-Orient -  » (souligné par nous).

Si nous partageons, volontiers, l’inquiétude de ces personnalités, dont nous préférons ne pas qualifier les qualités, eu égard à la modestie des résultats que certains d’entre eux ont obtenus dans leur pays, nous sommes, en revanche, particulièrement choqués, par le parti pris anti-israélien, dont cet « appel » témoigne.

Certes, il est fait mention de l’ « incapacité des parties en présence à engager une discussion constructive » (souligné par nous).

Mais ces « âmes sensibles » n’hésitent pas à déplorer que « les droits humains soient bafoués dans les territoires occupés ».

On ne voit d’ailleurs pas en quoi cette situation, arbitrairement présentée comme telle, porterait atteinte « (à la) sécurité et…(à la) stabilité israéliennes » ».

Dans leur « naïveté » ces « personnalités » font appel à Catherine Ashton, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité pour l’Union européenne plutôt que de faire confiance au président Obama, dont ils évoquent, cependant, l’intérêt qu’il porte à la question, alors que Madame Catherine Ashton a été pourtant plutôt discrète, jusqu’à présent.

Le scandale c’est de voir cet appel évoquer, rapidement, « l’instabilité régionale », mais souligner, tout aussi arbitrairement, « l’amertume provoquée par les déplorables conditions d’occupation ».

Non sans humour, ces « personnalités » considèrent que « l’Autorité palestinienne devrait pouvoir compter sur l’aide d’Israël en matière de sécurité ».

Mais, peut-être s’agit-il d’un lapsus, car nous pensons, pour notre part, que c’est plutôt Israël, qui devrait s’attendre à ce que la dite Autorité (sic) ne porte pas atteinte par son inertie, voire par de nombreux encouragement hypocrites, à sa sécurité, du fait des actions terroristes menées par des ressortissants palestiniens.

Tout aussi, abusivement, cet appel considère que « l’expansion des colonies, y compris à Jérusalem-Est et l’emprise israélienne sur les territoires occupas, en violation du droit international, témoignent d’un déni des droits territoriaux palestiniens ».

Ce n’est pas en martelant à l’envi des contrevérités qu’on en fera des vérités.

Pour aussi inopportune que puisse apparaître pour certains, dont nous sommes, la politique de développement des constructions dans les Territoires, nous ne cesserons d’affirmer que cette politique ne viole, en l’état actuel de la situation, aucune règle de droit international.

Par ailleurs, nolens volens, même l’actuel Premier ministre israélien a, depuis quelque temps déjà, admis la légitimité de l’existence de deux Etats.

On aimerait qu’il en soit de même du côté palestinien, ce que l’appel se garde bien d’évoquer.

Or, il est évident que non seulement l’une des fractions palestiniennes, le mouvement terroriste du Hamas conteste formellement le droit à l’existence de l’Etat d’Israël, mais, même, l’autre partie, le Fatah, aboutit à la même attitude, en revendiquant un droit pour des millions de Palestiniens d’envahir l’Etat d’Israël, au nom d’un pseudo-droit de retour.

De même, il est inadmissible que des personnes ayant occupé des responsabilités politiques importantes, dans leur pays, persistent à se fonder sur une erreur juridique fondamentale : il n’y a jamais eu de « frontières de 1967 ».

On ne peut, donc, pas revenir sur ce qui n’a jamais existé en tant que « frontière », c’est à dire en tant que délimitation du territoire entre deux entités, mais qui n’a constitué qu’une « ligne de cessez-le-feu ».

Pour conclure ces quelques réflexions, nous nous étonnerons de l’indifférence de ces « personnalités » à l’égard du drame beaucoup impressionnant que constitue la situation en Syrie, car le « processus de paix au Moyen-Orient » ne peut être dissocié de la situation dans ce pays.

A terme, la situation en Syrie et l’évolution politique de ce pays sont de nature à menacer la sécurité d’Israël, dont ces « personnalités » n’ont pas, encore, saisi toutes les composantes.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette