Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > L’Europe fait face à une vaste campagne de prosélytisme de l’islamisme (...)

L’Europe fait face à une vaste campagne de prosélytisme de l’islamisme radical. Repenser la lutte antiterroriste

Mahor Chiche et Michaël Chetrit *

lundi 25 juillet 2005
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

En réaction aux attentats de Londres, Tony Blair a rappelé que la répression ne pouvait pas être la seule réponse au terrorisme.

Cette volonté ne transparaît pas du plan de lutte contre le terrorisme élaboré par le Conseil des ministres de l’Union européenne le 13 juillet. « Il n’y a pas d’initiative vraiment nouvelle sur la table », indique-t-on à Bruxelles. Dès lors, de quels autres moyens de lutte les démocraties disposent-elles ? A quel arsenal le premier ministre britannique faisait-il donc allusion ?

L’Europe fait face à une vaste campagne de prosélytisme de l’islamisme radical.

En France, la participation de Français aux attentats du 11 septembre 2001, la constitution de filières afghanes ou irakiennes ou le fort rythme des conversions à l’islam politique, l’islam salafiste, mis en évidence dans un rapport de juin des renseignements généraux remis au ministre de l’Intérieur, établissent désormais sans ambiguïté le travail de sape de ces réseaux.

Si ce phénomène demeure minoritaire, il n’en est pas moins inquiétant. Les terroristes ne sont plus des éléments extérieurs à nos Etats, ce sont des enfants de l’Europe. Ce sont de jeunes Européens instruits à l’école de la République ou du Royaume-Uni qui décident de s’engager dans la lutte armée. Le nombre de combattants étrangers en Afghanistan ou en Irak atteste de la réalité de cette « internationale djihadiste ». On se souvient de Zacarias Moussaoui et des sept Français détenus dans la prison américaine de Guantanamo.

Le djihadisme sème partout où existe de la frustration. Une frange de notre jeunesse européenne est en train de se laisser séduire par les sirènes du martyr au service d’une nouvelle ère de lutte contre l’Occident. Ces jeunes sont ainsi conditionnés par des recruteurs qui leur font miroiter un destin héroïque.

Mais quel facteur nouveau explique la réceptivité de cette jeunesse élevée à l’humanisme européen ?

La grande nouveauté au sein des populations immigrées depuis dix ans est l’essor des chaînes de télévision par satellite extra-européennes captées au moyen d’antennes paraboliques, implantées sur les toits et les balcons, et dont al-Jezira ou al-Manar sont les plus connues. Plus de 10 millions de personnes y ont accès en France, plus de 100 millions en Europe. Certaines populations immigrées ont ainsi trouvé un moyen de rester en contact avec leurs communautés d’origine, et en particulier de conserver des attaches linguistiques et culturelles.

Néanmoins, au-delà de cet aspect positif, il s’avère qu’en pratique, certains programmes véhiculent des idées contraires aux idées démocratiques ou de tolérance, d’autant que certains, par rejet de la télévision « occidentale », voient leurs sources d’information réduites à ces seuls outils de propagande.

Lorsqu’on sait que les Européens regardent la télévision « en moyenne » trois heures par jour, cela permet de saisir l’énorme pouvoir de propagande que peuvent avoir ces chaînes de télévision, mais également les sites Internet.

En effet, la problématique posée par l’Internet n’est pas fondamentalement différente. S’affranchissant des frontières, l’Internet est devenu un vecteur de diffusion privilégié de matériels antidémocratiques, xénophobes, racistes et terroristes.

Dès lors, si les échanges culturels et la liberté d’expression doivent certes être favorisés, il convient de limiter au maximum les abus qui pourraient en être faits.

Il est plus qu’urgent d’agir. Le paysage audiovisuel européen, devenu irresponsable car laissé à l’abandon, est devenu un terreau majeur du terrorisme et de la défiance à l’encontre de l’Occident. Ce laisser-faire entretient un climat qui nuit aux processus d’intégration et fait le lit des réseaux salafistes.

On sait quels effets délétères peut avoir une seule émission de télévision. Il appartient aux autorités de régulation de l’audiovisuel de contrôler le respect des droits fondamentaux des citoyens dans les contenus diffusés à la télévision. Mais ces autorités n’ont aujourd’hui qu’un champ d’intervention et des moyens limités au territoire national, ce qui s’avère être insuffisant pour réguler les télévisions en langues étrangères.

En l’état actuel de la réglementation européenne, une directive européenne de 1997 « Télévisions sans frontières » prévoit un mécanisme long et complexe lorsqu’un Etat entend faire cesser la diffusion sur son territoire d’une chaîne ressortissant d’un autre Etat membre. Ce processus est une usine à gaz qui n’a d’ailleurs jamais été mobilisé par un Etat membre, pas même pour la télévision al-Manar, récemment interdite par la France, qui diffusait impunément ses programmes dans toute l’Europe depuis 2000.

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) attire depuis plusieurs années l’attention des autorités sur ces nouvelles formes de propagation du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie sur Internet.

Afin de faire cesser la diffusion de chaînes étrangères appelant à la haine raciale et diffusant des images violentes, il convient d’instituer une Autorité européenne indépendante de régulation de l’audiovisuel (ARA). Cette autorité connaîtrait des contenus de programmes diffusés sur toute l’Europe, quel que soit le média utilisé, qu’il s’agisse de la télévision ou de l’Internet.

La compétence d’attribution de l’ARA, en coopération avec les autorités nationales, serait bien évidemment limitée aux cas d’appel à la haine et à la violence, ou d’atteinte à la dignité humaine. Les autorités de régulation nationales de l’audiovisuel continueraient ainsi à être compétentes pour l’organisation et le contrôle de leur paysage audiovisuel national .

L’ARA aurait également l’avantage de mettre en commun les moyens d’une veille télévisuelle, y compris dans des langues extra-communautaires, qui font aujourd’hui défaut à l’Europe. Cela permettrait de mettre au point des parades efficaces sur l’ensemble du territoire européen.

Pour autant, une telle volonté de régulation pourrait ne pas être limitée à l’Europe. Les Etats-Unis avaient suivi l’exemple de la France en interdisant dans la foulée la chaîne al-Manar de la flotte américaine de satellites Intelsat.

Aujourd’hui, la mise en place d’une autorité européenne de régulation de l’audiovisuel est une priorité pour défendre nos démocraties. Peut-être cette instance était-elle l’un des moyens alternatifs à l’action policière envisagé par Tony Blair. Elle constitue en tout cas un outil primordial pour ne pas abandonner des pans entiers de nos communautés nationales à la propagande et à l’exclusion.


  • Respectivement conseiller du XIXe arrondissement de Paris et membre du Bnai Brith, ONG représentée à l’ONU et au Conseil de l’Europe.

Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette