Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Fatah et Hamas au Caire : beaucoup de bruit pour rien, Benyamin Netanyahou (...)

Fatah et Hamas au Caire : beaucoup de bruit pour rien, Benyamin Netanyahou désapprouve, droit au retour en Israël même

Hélène Keller-Lind

jeudi 10 janvier 2013
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’Égypte se sera donné beaucoup de mal pour que Mahmoud Abbas et Khaled Mashal parlent réconciliation au Caire. Les deux dirigeants se sont parlé et ont décidé de se reparler fin janvier mais ont refusé une photo avec leur hôte Morsi... dans une déclaration laconique Benyamin Netanyahou ironise sur la volonté de paix du Président palestinien que dément la rencontre. Au Caire Abbas insiste sur le droit au retour des réfugiés et de leur descendance à l’intérieur même d’Israël, ce qui signifierait la fin d’Israël. Plutôt mourir en Syrie qu’y renoncer a-t-il déclaré...

Beaucoup de bruit pour rien et des coups fourrés en arrière-plan

Les responsables égyptiens se donnent beaucoup de mal pour faire croire que la rencontre Abbas – Autorité palestinienne et Fatah - Meshal – Hamas - a été un succès. Elle devait réactiver l’unité palestinienne annoncée en 2011 et restée en panne. Les deux dirigeants ont même refusé de rencontre ensemble le Président égyptien qui aura été floué de son opération bons offices en photos...Il semble que les deux dirigeants ont décidé de se reparler à la fin du mois.

Selon le quotidien égyptien al-Ahram ce qui bloque, semble-t-il, est le fait que Mahmoud Abbas veuille que dans un premier temps les Centres pour les Élections soient réactivés dans la Bande de Gaza alors que le Hamas veut une réconciliation en bloc. Par ailleurs Al-Ahram rappelle que ni Washington ni Israël ni d’autres pays occidentaux ne veulent que le Hamas, qui veut la destruction d’Israël, soit réintégré au sein de l’OLP s’il ne renonce pas à la violence. Bien qu’il soit précisé que le Hamas accepterait un État palestinien « dans les lignes de 67 »

Ces tractations et exigences semblent accréditer la thèse d’analystes estimant que la volonté de réconciliation affichée par le Hamas serait en réalité un piège tendu au Fatah, le Hamas étant quasiment certain de remporter d’éventuelles élections en Judée Samarie Une partie de poker menteur se déroulerait donc peut-être sous nos yeux...

Commentaire laconique de Benyamin Netanyahou ironisant sur la spi-disant volonté de paix de Mahmoud Abbas

Nommant Mahmoud Abbas par son nom de guerre, Abu Mazen, Benyamin Netanyahou a réagi laconiquement à la rencontre du Caire par ces mots il « embrasse le chef d’une organisation terroriste qui déclarait pas plus tard que le mois dernier qu’Israël doit être rayé de la carte. Ce n’est pas ainsi que se conduit quelqu’un qui veut la paix ».

« Mieux vaut mourir en Syrie que renoncer au droit du retour en Israël »

Lors d’une conférence de presse donnée par Mahmoud Abbas au Caire le dirigeant palestinien a évoqué par ailleurs son intervention auprès du Secrétaire général de l’ONU pour lui demander que les réfugiés palestiniens – en réalité leur descendance ayant un statut héréditaire unique au monde – en Syrie aient l’autorisation de « rentrer chez eux ». Il s’agissait notamment de Palestiniens du village de Yarmouk près de Damas, ayant dû fuir après avoir pris partie pour Bashar el-Assad dans le conflit interne syrien et avoir été attaqués par d’autres Palestiniens combattant, eux, avec les rebelles.

Selon Mahmoud Abbas s’exprimant au Caire, Ban Ki-Moon se serait alors adressé à Israël qui aurait répondu que pour que ces réfugiés de Syrie puissent entrer dans les Territoires palestiniens il fallait qu’ils s’engagent par écrit à renoncer à s’installer ultérieurement en Israël. On sait que cette menace brandie parfois par les dirigeants palestiniens revient à vouloir détruire Israël.

Mahmoud Abbas aurait alors refusé, affirmant qu’il valait mieux mourir en Syrie que renoncer au « droit au retour »...Les porte-paroles israéliens officiels ont refusé de commenter


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette