Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > « La lutte des Palestiniens est sans espoir et inutile ».

« La lutte des Palestiniens est sans espoir et inutile ».

samedi 27 septembre 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Extraits d’un entretien avec Abraham Poraz, ministre de l’intérieur Israélien et numéro deux du parti Shinouï dans « Le Monde »

Après trois ans d’Intifada, quel regard portez-vous sur les deux sociétés, l’israélienne et la palestinienne ?

Je crois que la société israélienne, fondamentalement, n’a pas changé. Il y a eu un grand choc, au début de l’Intifada, mais elle est restée la même.

La société israélienne est très forte. La vie continue. Il y a, c’est vrai, une récession économique, mais notre niveau de vie nous permet de nous serrer la ceinture. On peut passer d’un revenu annuel de 17 000 dollars par tête à 15 000, ce n’est pas une grande catastrophe.

Je ne suis pas qualifié pour parler des Palestiniens, cependant, quand je vois le délire aujourd’hui autour d’Arafat, le fait qu’il est encore le leader des Palestiniens, c’est quelque chose qui me paraît bizarre. Ces trois dernières années sont une catastrophe pour eux. Leur lutte est une lutte sans espoir, le rêve de faire céder Israël, de le faire se retirer des territoires sans avoir conclu au préalable un accord n’est pas réaliste. Donc cette lutte est inutile et elle n’apporte que la souffrance. Certes, nous avons fait une erreur il y a deux semaines en disant que nous allions nous débarrasser d’Arafat. Ce n’est pas à nous de décider qui doit être le leader des Palestiniens. Mais je ne comprends pas pourquoi, au cours de ces trois dernières années, les Palestiniens ne se sont pas mobilisés contre lui.

Vous êtes le seul au gouvernement à avoir voté contre le principe de se débarrasser de Yasser Arafat. Pourquoi ?

Je ne suis évidemment pas un supporter d’Arafat, je crois qu’il est un désastre pour les Palestiniens, mais ce n’est pas notre affaire. L’expulser, c’est prendre un risque. S’il est tué, ce sera un martyr. Et même si on parvient à le chasser, on n’en sera pas débarrassé pour autant. Menacer, c’est une erreur. Il y a des situations dans la vie dans lesquelles on ne peut rien faire, c’est triste mais c’est comme ça.

(...)

Israël a-t-il fait assez de gestes pour aider Abou Mazen ?

Je dirais que nous en avons trop fait. Les libérations de prisonniers, les évacuations -du nord de la bande de Gaza et de Bethléem- n’étaient qu’un début. Il fallait être patient, mais Arafat n’a pas supporté qu’Abou Mazen devienne une alternative crédible, il est le seul responsable de cette démission.

Propos recueillis par Gilles Paris


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette