Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Chronique de Michael Bar-Zvi | Het Tichri 5772 , 6 octobre (...)

Chronique de Michael Bar-Zvi | Het Tichri 5772 , 6 octobre 2011

samedi 8 octobre 2011
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Boker Tov amis auditeurs de Radio J, ces dernières semaines la tension n’a cessé de monter entre la Turquie et la Syrie, mais depuis deux jours elle a atteint un niveau d’escalade sans précédent. Avant-hier, le chef d’état-major de l’armée turque a annoncé le début d’une série de manœuvres militaires avec le soutien de l’OTAN qui devraient durer une dizaine de jours.

Cet exercice n’est pas anodin, il se déroule à proximité de la frontière syrienne, région dans laquelle se trouvent déjà plus de 7000 réfugiés, qui ont fui la cruelle répression du tyran de Damas. A l’occasion de cet entraînement, la Turquie a mobilisé un millier de réservistes d’unités de blindés et le premier ministre Arduan a promis de se rendre sur les champs de manœuvre.

Les Syriens craignent une invasion de l’armée ottomane sur leur territoire et la création d’une zone tampon sous son contrôle pour y placer les réfugiés politiques, qui pourrait servir de base d’attaque et de repli pour les opposants au régime de Bachar el Assad. Ce durcissement de l’attitude de la Turquie face à la Syrie fait suite à la visite dans la région du ministre de la Défense américain Leon Panetta et du commandant en chef des forces de l’OTAN, le général James Stavridis.

En parallèle le gouvernement d’Ankara a annoncé une série de sanctions à l’égard de la Syrie, sans pour autant les détailler. En réponse à ces mesures, le président Bachar el Assad a immédiatement réagi en précisant que si la souveraineté territoriale de son pays était violée par les Turcs et leurs alliés, il enverrait des missiles longue portée sur Tel Aviv, qui serait détruite en l’espace de six heures, selon ses déclarations.

Cela est évidemment logique, puisque tout est de la faute des sionistes, ce sont eux qui fomentent les troubles en Syrie, téléguidés, on le sait bien de Tel Aviv. On pourrait sourire, mais malheureusement cette déclaration a immédiatement été suivie de communiqués du Hezbollah et du gouvernement iranien, par la voix de l’ayatollah Jafar Shoujouni, affirmant qu’ils se joindraient à Bachar el Assad pour rayer la métropole israélienne de la carte.

Il ne s’agit pas là de préparatifs ou de simples menaces mais d’une stratégie militaire mise en place par l’axe irano-syro-libanais pour maintenir le régime en embrasant la région par une attaque massive de Tel Aviv. Les responsables militaires israéliens ont transmis à Damas un message clair sur les conséquences d’une telle attaque pour la Syrie. La crainte du gouvernement de Jérusalem est que ce scénario devienne réalité si Assad y voyait le seul moyen de sauver son régime, acculé à la démission par les manifestations.

Sans être paranoïaque, et au vu des massacres qu’il comment envers son propre peuple, nous sommes bien obligés de croire qu’il est capable du pire.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette