Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Le martyr mythique

Le martyr mythique

Par Stéphane Juffa© 2004, Dow Jones & Company, Inc.

mardi 30 novembre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Traduit de l’anglais par Patrick Choffrut, Maître de conférence, de l’édition du vendredi 26 novembre de The Wall Street Journal Europe

La première chose qui apparaît lorsqu’on tape le nom de Mohamed A-Dura pour faire une recherche sur le net est un poème de Cheikh Mohamed, des Emirats Arabes Unis. Il est ’dédié à l’âme de l’enfant martyr’. Cela donne une bonne idée des proportions mythiques que cet enfant assume au Moyen Orient. Les images représentant Mohamed A-Dura cherchant derrière son père à se protéger des tirs israéliens au début de la deuxième Intifada, mais qui finit pourtant par être atteint par les balles ennemies, ont choqué le monde entier. Pour des millions d’arabes et de musulmans, ce garçon est devenu le symbole des souffrances de la Palestine sous l’occupation israélienne.

Dans les émissions de la chaîne de télévision de l’Autorité palestinienne, dans les manuels scolaires palestiniens, on utilise son exemple pour encourager d’autres enfants à suivre son esprit de sacrifice. Même en occident, ces images, qui ont permis à certains de recevoir un grand nombre de prix journalistiques, sont devenues le symbole le plus évident de l’agression israélienne. Lorsque le premier ministre israélien Ehud Barak se rendit en visite à Paris, cette même année, le président français Jacques Chirac lui en fit la remarque cinglante. ’Ce n’est pas de la politique que de tuer les enfants’.
— -
Et pourtant, tout ceci est faux. Pour les lecteurs qui ont reconnu la fameuse image dont nous venons de parler, je comprends qu’il soit difficile de croire qu’il ne s’agit que d’une mise en scène. Mais je vais expliquer en détail plus loin comment il a été possible de prouver que les soldats israéliens n’ont pas pu tuer cet enfant. Certains vont sans doute se demander, à quoi bon désormais ? Trop d’innocents des deux côtés n’ont-ils pas depuis perdu la vie, et ne serait-il pas temps de regarder vers l’avenir ?

Eh bien, c’est justement pour cela qu’il est important d’en parler. Mohamed A-Dura est devenu bien plus que l’enfant emblématique de l’Intifada. D’après le rapport Mitchell, qui date de mai 2001, et qui a été rédigé par une équipe américano européenne, cette histoire est l’un des événements qui ont déclenché l’Intifada. Pour arriver à la paix nous avons besoin de la réconciliation, et pour arriver à la réconciliation, nous avons besoin de la vérité. Or, la chaîne de télévision d’Etat France 2, qui a produit et distribué les images de cette scène tragique, refuse de faire connaître les faits.

L’histoire commence le 30 septembre 2000, deux mois après que Yasser Arafat eut rompu les discussions de paix de Camp David. L’endroit est le carrefour de Netzarim à Gaza, où les soldats israéliens étaient postés pour protéger les implantations proches. Des manifestants palestiniens dans la foule jetaient des pierres et des cocktails Molotov sur les Israéliens, et les soldats leur tiraient dessus. C’est au cours de cette lutte que l’enfant serait mort.

Au prétexte qu’ils ne voulaient pas faire de l’argent sur la mort d’un enfant innocent, France 2 distribua gratuitement aux médias du monde entier le film de ces événements tragiques. L’armée israélienne fit connaître, en hâte, que l’enfant avait pu être tué accidentellement lors de l’échange des tirs. Ce n’est que plus tard, peut-être trop tard, que l’armée autorisa une enquête en bonne et due forme. Elle en confia la mission au physicien civil Nahum Shahaf, qui prouva scientifiquement qu’au vu de l’angle de la position israélienne par rapport à Mohamed A-Dura, il était impossible que les soldats aient pu tuer l’enfant. M. Shahaf découvrit ensuite une histoire incroyable. Il démontra que, puisque les tirs provenaient, soit depuis le dos du caméraman, soit juste à ses côtés, l’épisode tout entier ne pouvait qu’être une mise en scène. D’ailleurs, le film montrait que l’enfant n’était pas tué. En visionnant la scène au ralenti, il put même voir les doigts du caméraman qui faisaient le signe bien connu des professionnels - deuxième prise - pour indiquer qu’il s’agissait d’une reprise.

Il y a trois ans, j’ai interviewé M. Shahaf, et après avoir analysé toutes ses preuves, je me suis aperçu qu’il s’agissant sans doute de l’une des plus grandes manipulations médiatiques de l’histoire. C’est pourquoi nous avons commencé notre propre enquête, et nous avons écrit plus de 150 articles sur le sujet. Notre conclusion est que le reportage de France 2 est incontestablement bidonné.

Il ne nous est pas possible ici de citer toutes les autres preuves qui nous ont permis de confirmer les découvertes de M. Shahaf. Pour n’en donner qu’une : Nous avons le témoignage des Dr Joumaa Saka et Muhamad El-Tawil, deux médecins palestiniens de l’hôpital Shifa de Gaza, qui avaient annoncé qu’on leur avait apporté le corps sans vie du petit Mohamed avant 13 heures. Le problème, c’est que Charles Enderlin, le correspondant de France 2 à Jérusalem, avait annoncé dans son reportage que nous contestons que les tirs avaient commencé à 15 heures. Comment est-il possible de tuer quelqu’un avec des balles qui ne seraient tirées que plusieurs heures après la constatation de sa mort ? Il s’agit ici d’une des questions auxquelles nous aimerions que la chaîne d’Etat française veuille bien répondre.

Dans la controverse que nous avons avec France 2, nous nous sommes basés sur les déclarations des deux journalistes qui ont signé le reportage. Afin de les comprendre parfaitement, il est important de savoir que les images en elles-mêmes ne fournissent aucune preuve des accusations portées contre Israël. On n’y voit aucun soldat israélien, aucune arme (israélienne ou autre), aucun coup, aucune blessure, et pas une seule goutte de sang. Ceci, malgré les affirmations des sources palestiniennes selon lesquelles Mohamed avait été tué par des balles à grande vitesse, et que le père - Jamal A-Dura - avait été atteint par neuf de ces projectiles.

Ce qui a transformé ces images en une accusation moderne de meurtre rituel perpétré par Israël, c’est la voix off de M. Enderlin. Bien qu’il n’ait pas été lui-même présent à Gaza au moment où le soi-disant meurtre avait eu lieu, il déclare avec assurance que ’les tirs proviennent de la position israélienne. Encore une rafale, et l’enfant est mort’.

C’est sans doute pour compenser le manque de preuves réelles dans leur film que les deux auteurs de ce reportage, le caméraman palestinien Talal Abou Rahma (qui travaille pour France 2 et pour CNN) et M. Enderlin, un journaliste franco-israélien, ont fourni des déclarations supplémentaires. Par exemple la déclaration écrite de Talal Abou Rahma - sous serment - rédigée dans les bureaux du Centre Palestinien des Droits de l’homme et en présence de l’avocat Raji Surani (On pourra consulter sa déclaration sur le site web du Centre : www.pchrgaza.org/special/tv2.htm). M. Abou Rahma décrit avec force détails le soi-disant meurtre de l’enfant sous les balles des soldats israéliens. Les mots qui nous ont particulièrement frappés sont les suivants : ’J’ai passé environ 27 minutes à photographier l’incident, qui a duré 45 minutes.’


Note légale : La Ména a reçu l’autorisation de reproduction de cet article de la part de The Wall Street Journal Europe


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette