Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Articles parus dans les médias du Hamas sur la façon dont les Juifs profitent (...)

Articles parus dans les médias du Hamas sur la façon dont les Juifs profitent de l’Holocauste

MeMRI Middle East Media Research Institute

jeudi 23 juin 2011
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Le 19 janvier 2011, le site Palestine-info.info, associé au Hamas, mettait en ligne un article antisémite du chroniqueur Abdel Aziz Kahil. Le lendemain, le journal Falastin, basé à Gaza, publiait un autre article antisémite de Huda Baroud. Ces articles négationnistes, qui remettent en question le nombre des victimes de l´Holocauste et l´existence des chambres à gaz, affirment que les Juifs auraient cyniquement exploité le récit du génocide pour créer en Occident un sentiment de culpabilité, dans le but d´atteindre leurs objectifs nationaux et économiques. Ci-dessous des extraits de ces deux articles :

Abdel Aziz Kahil sur Palestine-info.info : "L’Holocauste est l’une des principales portes d’entrée des Juifs dans le monde occidental. Grâce à lui, les Juifs ont bénéficié de soutien, suscité de l’émotion, formé des idées, empêché les gens de se servir de leurs têtes, et accumulé une immense fortune. En son nom, ils ont commis et continuent de commettre [plusieurs] actes de terreur mentale et idéologique et ont pris le contrôle des médias. Ils ont fait de la persécution des Juifs par les nazis – sans égards pour la véracité des faits, leur étendue et leurs secrets – un péché que le monde entier porte sur les épaules…, [en présentant l’Holocauste] non comme un événement historique, mais comme une vérité scientifique qui ne pourra jamais être réévaluée… mais uniquement confirmée ou exacerbée, à tel point qu’en Europe de l’Ouest, l’étudier est devenu un crime abjecte, qui envoie les [enquêteurs] devant le tribunal, même s’ils se reposent sur des documents officiels, des témoignages de rescapés, des recherches journalistiques et des articles universitaires.

Ce faisant, les Juifs ont créé une accusation grave et infâme pour ‘antisémitisme’, dont ils se servent pour salir quiconque ose critiquer l’entité sioniste ou toute autre organisation juive pour quelque raison que ce soit, sans s’intéresser au fait qu’ils aient raison ou tort, que leurs conclusions soient, ou non, fondées.

Ainsi, les Juifs ont réussi à mettre en place un dangereux [mécanisme] par lequel les bourreaux endossent le rôle de la victime et s’autorisent à commettre tous les crimes qu’ils veulent, vu que les médias ne montrent jamais le visage des méprisables bourreaux, mais plutôt celui de la victime agressée qui passe son temps à se défendre, se montrant même tolérante et pleine de retenue face aux bourreaux arabes et musulmans…

Recourant à une attaque médiatique soutenue depuis la création de l’entité sioniste en Palestine, et notamment depuis juin 1967, les Juifs ont réussi à imposer à l’opinion occidentale leur conception de l’ ‘Holocauste’, ainsi que de la lutte au Moyen-Orient, sous forme de faits indéniables. Cet [effort] médiatique soutenu a [même] affecté l’arène arabe politique et culturelle, appelant la sympathie de certains de ses membres influents. Ces derniers ne se sont pas contentés de se laisser convaincre, mais ont adopté ces opinions et entrepris de les défendre en les présentant comme justifiées et irréfutables.

Ce changement a représenté une première ouverture vers une normalisation clandestine évidente des relations avec l’ennemi sioniste, fissurant le tissu mental arabe, autrefois unifié dans sa perception des Juifs comme étant des agresseurs ayant usurpé la terre, commis des massacres, et ne méritant d’être mentionnés qu’avec des paroles d’aversion et de haine, jusque la réhabilitation de nos droits.«  »L’Occident est en train de perdre son complexe de culpabilité vis-à-vis de l’Holocauste«  »L’un des paradoxes caractéristiques de la période de normalisation – ou plutôt de soumission arabe officielle – est que [l’opinion] occidentale, aussi bien officielle que populaire, sort peu à peu de l’ivresse de son soutien absolu pour l’Etat hébreu et de sa capitulation face aux marchandages juifs. Ce phénomène est de plus en plus visible, [même] aux Etats-Unis, gardien en chef de l’entité sioniste et peut-être aussi son serviteur – ainsi qu’en Europe de l’Ouest.

Un exemple de cela est le livre ‘Industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance juive’ de l’historien américain et expert en sciences politiques Norman Finkelstein. Cet ouvrage a été publié il y a dix ans, mais n’a pas eu d’écho déterminant auprès du public arabe, en dépit de son importance, prouvée par le travail sur le terrain basé sur des études poussées.

[Le livre précise] que les Juifs exploitent la question de l’Holocauste dans le but de rassembler une immense fortune à des fins privées et sectorielles, et d’exercer un contrôle tyrannique et agressif sur la scène mondiale, soulignant que l’Holocauste - dont la lourde question de la véracité historique n’est pas posée - n’est rien qu’une campagne de relations publiques intervenant en Occident de manière générale, et aux Etats-Unis en particulier. Cette démarche vise à accorder aux Juifs - en tant qu’individus, en tant qu’entité, et en tant que concept - une solide infrastructure financière et politique qui leur octroie l’immunité et leur ouvre l’accès à tous les domaines en tout lieu, tout en les préservant de la critique et des poursuites judiciaires...

Il n’a échappé à personne que les Juifs ont réussi à obtenir le contrôle - ou à tout le moins, un lobby – au sein des gouvernements et des organisations. C’est un fait que personne ne nie... Les Juifs ont atteint cet objectif en cultivant un sentiment victimaire, allié à un sentiment de culpabilité qui a été planté dans [l’esprit] du peuple allemand et d’autres peuples occidentaux, devenu complexe de culpabilité en raison l’exil et des nombreux crimes commis contre les Juifs par les nazis dans plusieurs pays européens au cours de la première moitié du 20ème siècle.

Il convient de mentionner que certains chercheurs estiment que les Européens ne souffrent pas d’un tel complexe, et que leur soutien pour l’Etat sioniste et les Juifs est [tout simplement] un moyen de les garder [les Juifs] loin [d’eux], après l’expérience amère de la vie à leur s côtés pendant des centaines d’années.« Les Juifs ont cyniquement exploité leur religion »Finkelstein apporte des détails sur les différentes méthodes employées par des Juifs en vue d’accumuler une fortune illégale tout en diffusant de fausses allégations au sujet de leurs souffrances. Il met l’accent sur trois aspects importants, qui sont :

Le nombre de survivants de l’Holocauste en 1998 était plus important qu’en 1945.

Dans leur propagande basée sur l’Holocauste et contre le nazisme, les Juifs ont ignoré les groupes non juifs qui ont souffert du régime d’Hitler, comme les Tsiganes et les Slaves. Ils les ont recouverts de terre, afin que seule soit retenue la souffrance [des Juifs].

De nombreux Juifs américains n’ont aucun lien avec la religion, mais ils l’utilisent pour leurs propres objectifs politiques et matériels. Cela est également vrai de leurs frères laïques et athées en Palestine occupée.

Bien que [certains] grands savants américains, et principalement Noam Chomsky, aient salué avec respect le livre de Finkelstein, d’autres l’ont condamné et ont lancé une dure campagne médiatique contre lui, l’accusant d’antisémitisme, bien qu’il soit juif.

Parce que le livre les a beaucoup impressionnés, ils l’ont appelé sur un ton moqueur ‘Le Protocole des Sages de Sion du XXIe siècle’, et en ont poursuivi [l’auteur] et l’éditeur en France pour propagation de la haine raciale.

Comme j’ai dit plus haut, les milieux officiels et populaires en Occident se libèrent peu à peu de la mainmise des Juifs, et commencent à oser critiquer les Juifs en général, et l’entité sioniste en particulier, pour leurs c omplots, leur hostilité et leur arrogance. Les sondages d’opinion ont montré que plus de la moitié des Européens pensent que les Juifs sont une menace pour la paix dans le monde.

L’un des plus grands hommes d’affaires américains, Mel Rockefeller, a déclaré à un journal arabe au début du mois de décembre 2010 [que l’entité] appelée Etat d’Israël est la source du terrorisme dans le monde et a noirci le visage des Etats-Unis en raison du pacte conclu entre ces deux pays. Il y a quelques années, nous n’aurions pu imaginer que soit exprimée une telle opinion.

C’est une occasion en or pour les médias arabes libres de lancer une campagne visant à dénoncer le [vrai visage] de l’ennemi sioniste qui se sert de chiffres et d’images et de présenter notre combat contre [cet ennemi], de soulever une fois de plus la question des torts que l’Occident, obéissant aux ordres juifs, a causé à la Palestine, aux Arabes et aux musulmans.

Une autre mission, complémentaire, nous attend : récolter le soutien des médias occidentaux et des milieux culturels qui se sont libérés du terrorisme idéologique juif, qui soutiennent notre cause et écrivent la vérité sur les Juifs autrefois et aujourd’hui. Telle est notre nouvelle campagne contre les Juifs. Nous devons y consacrer l’effort nécessaire et concentrer nos intérêts dessus..." [2]

Huda Baroud : L’Holocauste : une invention juive
Huda Baroud dans Falastin : "Chaque année, les Juifs font des discours sur ce qu’ils appellent le massacre de l’Holocauste contre leur peuple, commis par ‘le nazi Hitler’ et l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale, exigeant la compassion et la miséricorde du m onde à leur égard. Selon ces déclarations mensongères, ‘[les victimes de l’Holocauste] étaient des amoureux de la paix, qu’Hitler et ses soldats ont rassemblés dans des chambres à gaz qui ont transformé leur peau et leur chair en poussière, uniquement parce qu’ils étaient juifs.’

L’histoire de l’Holocauste a été racontée... de manière à convaincre tout le monde que seule une poignée de Juifs a réussi à y échapper. Des expositions présentant des témoignages de rescapés et de personnes ayant miraculeusement échappé à la mort, diverses photographies qui confirment l’implication des soldats d’Hitler [dans le massacre], ont servi cet objectif.

Quelques historiens qualifiés qui se concentrent sur l’histoire mondiale ont réfuté de nombreux points [en rapport avec] l’Holocauste, tandis qu’Israël [a inventé] des détails imaginaires pour forcer l’Allemagne à payer des indemnités, tout en tuant des Palestiniens lors d’événements beaucoup plus cruels et violents que l’Holocauste. Et, contrairement à l’Allemagne, [Israël a agi de la sorte] sans présenter d’excuses, ni payer de dédommagements, ni promettre de ne pas réitérer ces massacres.

Eh bien, quelle est la vérité concernant l’Holocauste juif, que certains nient et auquel d’autres croient ? Est-il vraiment digne de commémoration, alors même que des centaines de massacres commis contre les droits des Palestiniens passent inaperçus ? De quel oeil le citoyen arabe voit-il ce massacre ? Cette question, et d’autres questions, trouvent des réponses dans l’analyse suivante [du journal] Falastin :

Dans l’une de ses études, l’historien de l’islam Muhammad Al-Sayyad a qualifié l’Holocauste de ‘terme religieux juif qui désigne un sacr ifice à Dieu entièrement consumé sur l’autel’. [Selon lui], les Juifs ont utilisé ce terme pour décrire leurs fausses allégations de massacres. Dans son étude, publiée par l’université Al-Azhar du Caire en 2008, il ajoute que le terme ‘Holocauste’ est religieux, mais qu’en l’utilisant pour asseoir leurs fausses allégations de massacres, les Juifs l’ont sorti de son contexte historique et culturel, le dépouillant [ainsi] de son sens [religieux] sacré...

Plusieurs chercheurs et experts étrangers, qui n’ont pu trouver la moindre trace du gaz prétendument utilisé pour tuer les Juifs, ont nié l’Holocauste. Le chimiste allemand Germar Rudolf a prouvé dans son étude, dont la publication lui a valu de se retrouver en prison - qu’aucune trace de ce gaz qui aurait servi à tuer les Juifs n’a pu être trouvé dans aucun des camps de détention. Or il aurait été normal que des traces [de ce gaz] demeurent dans le sol pendant des centaines d’années. Mais ce n’est pas le cas.

Une autre confirmation [provient] du physicien et chercheur français Robert Faurisson, qui a écrit qu’aucune personne revenue du camp d’Auschwitz - censé être le plus grand camp de la mort pour les Juifs - ou d’un autre camp, ne peut nous présenter de modèle de ces abattoirs chimiques. Nul ne peut décrire avec exactitude leur apparence ou leur mode de fonctionnement. Il ne reste aucun vestige ou trace de leur existence, pas un seul plan ni schéma. Rien. Rien que des ‘preuves’ exposées, qui suscitent l’empathie, comme la chambre à gaz reconstruite du camp d’Auschwitz, dont les historiens et même l’administration du musée d’Auschwitz savent que c’est un faux.« L’Holocauste : une poule aux œufs d’or »Dans une émission du [programme télévisé] ‘Direction contraire’ sur Al-Jazeera, portant sur l’holocauste israélien et la création de l’Etat d’Israël, le militant politique et écrivain Dr Ibrahim Aloush, invité de l’émission, a réfuté le mythe de l’Holocauste... Il a déclaré que ce mensonge historique avait pris une [dimension] politique et médiatique, précisant : ‘[Ce mensonge] justifie la nécessité de [l’Etat d’Israël]... ainsi que le mépris du mouvement sioniste à l’égard des résolutions de l’ONU... C’est aussi un moyen d’extorsion politique et financière de l’opinion publique, par [l’exploitation] du complexe de culpabilité collectif de l’Occident face à la fiction de l’Holocauste’. Il entendait par là la restitution financière de 10 millions de d ollars par an, reçus par Israël pendant 12 ans, à partir de 1952.

Dans cette même émission, l’historien français Robert Faurisson a déclaré : ‘Nous avons prouvé... qu’il n’y a pas eu d’Holocauste juif, qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz pour les Juifs, et que le chiffre de six millions de victimes est exagéré.’

L’historien arabe D. Fares Al-Hajj Jum’a a cité [l’ancien] membre de la Knesset israélien Uri Avneri, dans une étude publiée en 2006 concernant les héros de l’Holocauste juif... : ‘L’intérêt porté par les sionistes à l’Holocauste s’explique plus [par le désir] de l’exploiter politiquement pour créer un Etat juif en Palestine que par leur compassion pour les Juifs.’ Dr. Jum’a ajoute que ‘l’Holocauste est une invention israélienne... et c’est, en outre, une poule aux [œufs] d’or...’

Adolph Eichmann, qui a été appelé ‘l’ingénieur de l’Holocauste’... a admis, lors de sa capture et du procès qui lui a été intenté pour crime de guerre, qu’il existait un accord secret entre lui et la Gestapo - la police secrète allemande – en vertu duquel les nazis garantissaient la sécurité de plusieurs centaines de sites juifs en échange du maintien de l’ordre dans les camps de détention. Pas même l’ ‘Ingénieur de l’Holocauste’ n’a mentionné l’Holocauste...

Cela confirme les soupçons portant sur l’implication des Juifs eux-mêmes dans le mal fait à leur propre peuple..." [2]


Notes :
[1] www.palestine-info.org, 19 janvier 2011
[2] Falastin (Gaza), 20 janvier 2011


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette