Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Après le « coma » , la quille !

Après le «  coma » , la quille ! 

Pierre Caïn, INFO’SION, Jérusalem-capitale (Israël) ’Glanes d’Eretz Israël’ n° 173

samedi 30 octobre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

En recevant Arafat , la France accueille l’auteur d’ actes de génocide et de crimes contre l’humanité. Va-t-elle le mettre en état d’arrestation à sa sortie de l’hôpital ? 
 

1. Un nouveau bluff ?
2. Deux plaintes déposées contre Arafat à Paris
3. Arafat a choisi de venir se faire soigner en France : soit ! Qu’on applique la loi. La procédure en cours doit suffire à sa mise en examen



1. Un nouveau bluff, pour pouvoir « s’envoler »de la Moukata ?

a) Marwan Barghouti le chef des Tanzim emprisonné en Israël, a déclaré ne pas croire les ’’rumeurs’’ concernant l’état de santé de Yasser Arafat. (Guysen.Israël.News 28 OCT 04)

Le malade, Yasser Arafat était joyeux et souriant ,sur sa chaise devant de son domicile face aux caméras , et à la porte de l’hélicoptère , prêt à donner l’accolade , carressant les bras de ceux qui l’entourent , faisant signe de la main à la foule etc.... Etait-il vraiment dans le coma le matin même ? Au moins sept médecins à son « chevet ! » ( cf les dépêches ) Bluff ? (Pierre Caïn )

b) Le docteur Aaron Lerner, directeur de l’IMRA (Independent Media Review & Analysis), a rapporté ce soir les déclarations de la correspondante de la télévision israélienne Ayala Hasson.

Celle-ci a révélé, dans son reportage sur Yasser Arafat, qu’ Israël s’était engagé à n’effectuer aucun contrôle sur les personnes qui quitteraient la Moukata en compagnie d’Arafat, transporté par hélicoptère à Amman où il prendra l’avion pour Paris. Il ne faut pas oublier que la Moukata sert depuis longtemps de retraite à de nombreux terroristes qui sont venus se réfugier auprès de leur chef.

En outre, ajoute le docteur Lerner, la presse n’a pas précisé combien d’hélicoptères seraient utilisés pour le déménagement d’Arafat. CDP (Arouts 7 , www. a7fr.com 28oct2004)

c) D’ailleurs, « le gouvernement israélien est divisé sur le retour d’Arafat à Ramallah. Le ministre des Affaires étrangères, Sylvain Shalom, ainsi que des responsables du ministère de la Défense déclarent que l’éventuel retour de Yasser Arafat n’a pas été complètement décidé contrairement à ce qu’affirme Raanan Gissin, le porte-parole du Premier ministre . » (Arouts 7 29 oct 04) I.S

2. Rappel : deux plaintes déposées contre Arafat à Paris

Le 3 mars 2003

COMMUNIQUE DE PRESSE

Deux plaintes avec constitutions de partie civile ont été déposées auprès du Doyen des Juges d’Instructions du Tribunal de Grande Instance de Paris

Par :

Sept personnes de nationalité française, qui ont été elles-mêmes victimes de crimes perpétrés par les défendeurs, ou qui ont perdu un enfant, un parent, un époux ou une épouse ;

Contre

1. Yasser ARAFAT, actuellement à Ramallah, Cisjordanie,

a) en sa qualité de Président de l’Autorité exécutive palestinienne, supérieur de tous les agents de l’Administration palestinienne et de la Société de télévision palestinienne, et des Ministres - membres de cette Autorité en charge des Ministères des affaires religieuses et de la culture et de l’information,
b) en sa qualité de Ministre de l’éducation,
c) en sa qualité de Président du comité exécutif de l’O.L.P.,
d) en sa qualité de dirigeant des forces de police de l’Autorité exécutive palestinienne,
e) et enfin en sa qualité de chef du Fatah et de ses bandes armées dénommées Fatah, Tanzim (organisation) et Brigades des Martyrs Al-Aqsa.

2. D’autres personnes et

3. Contre X et contre toute personne impliquée dont l’information permettra de révéler l’identité.

La présente plainte est introduite conformément à la loi du 16 décembre 1992 (modifiée par la loi du 19 juillet 1993) relative aux crimes contre l’humanité du chef de :

• actes de génocide (article 211-1 du Code Pénal),
• autres crimes contre l’humanité (article 212-1du Code Pénal),
• participation à un groupement formé ou à une entité établie en vue de la préparation caractérisées par un ou plusieurs faits matériels, de l’un des crimes définis par les articles 211-1 et 212-1 (article 212-3 du Code Pénal)
La plainte est également fondée sur le droit international coutumier et sur le jus cogens.

Elle est également introduite pour :

• Meurtre (et tentative et complicité) prévu et réprimé par les articles 221-2 et 4 du Code Pénal,

• Assassinat (et tentative et complicité) prévu et réprimé par les articles 221-3 et suivants du Code Pénal,

• Atteintes volontaires à la vie (et tentative et complicité), prévues et réprimées par l’article 221-1 du Code Pénal, et

• Actes de terrorisme (articles 421.1, 421-2-3, 421-4, 421-5, 422-4 et 422-5 du Code Pénal.

• Association de malfaiteurs en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur (article 706-17 et suivants du Code de Procédure Pénale).
Ces plaintes précisent en 50 pages les circonstances entourant les actes criminels, les attaques suicide à la bombe, les tirs de francs tireurs, etc. qui ont causé la mort ou des blessures graves aux victimes de ces crimes.

Soixante six documents sont joint aux plaintes, auxquels s’ajoutent des vidéo cassettes de sermons d’Imams des mosquées de Gaza incitant directement et publiquement à tuer des juifs, de même que des extraits de livres d’écoles et de guides d’enseignants incitant à la haine des juifs, et des discours de Yasser Arafat, allant dans le même sens.

Selon le droit international humanitaire (et le droit français), depuis un demi siècle, un supérieur est responsable, des actes commis par ses subordonnés. Les supérieurs, civils ou militaires ont l’obligation de prévenir les actes criminels de leurs subordonnés et de punir les auteurs.

Les plaintes démontrent que Yasser Arafat avait le pouvoir et les moyens de prévenir les actes de terrorisme, les assassinats et la violence, aussi qu’il les a organisés et les a financés avec le budget de l’Autorité Palestinienne financé aussi par l’Union Européenne, réalisant ainsi la Jihad (guerre sainte) qu’il a instauré.

L’actuelle Intifada a été planifiée à l’avance, fait qui a été reconnu par plusieurs responsables palestiniens. Yasser Arafat a relâché des criminels dans le cadre de la politique des portes tournantes.

Yasser Arafat, en sa qualité de responsable de l’Autorité Palestinienne et de Chef de l’OLP et du Fatah, est responsable des crimes mentionnés plus haut.

Rappelons que de 1978 aux accords d’Oslo de 1993, soit en 25 ans, 254 personnes ont été tuées dans des attentats commis par des palestiniens. Depuis les accords d’Oslo, du 13 septembre 1993 au 24 septembre 2000, soit en 7 ans, 256 personnes ont été tuées.


Du 29 septembre 2000 et au 13 février 2003, 727 personnes dont 506 civils ont été tués et 5.071 personnes dont 3.595 civils ont été blessés dans des attentats.

L’acte de tuer des civils pour des motifs politiques est constitutif de crimes contre l’humanité dès lors que ces crimes sont organisés en exécution d’un plan concerté.

Tenter ou porter volontairement atteinte à la vie en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction partielle d’un groupe racial ou religieux constitue un génocide.

Notons qu’aucun attentat n’a eu lieu à Hum El Fahm ou à Nazareth, villes arabes israéliennes, et que les attentats commis visaient des juifs, c’est la raison pour laquelle les crimes contre l’humanité commis sont aussi qualifiés de génocide.


Après plus de 565 morts et 4.200 blessés AMNESTY INTERNATIONAL a reconnu que les massacres provoqués par les Palestiniens constituent des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre (ce qui peut être juridiquement discutable). AMNESTY INTERNATIONAL constate que « ces attaques contre les civils par des groupes armés palestiniens présentent un caractère étendu, systématique et s’inscrivent dans le cadre d’une politique explicite d’attaques de civils ».



Pour en savoir plus , consultez son site :
www.ledossierarafat.com
Le dossier Arafat
Livre publié par Albin Michel
par Karin Calvo-Goller
Michel A.Calvo


_________________________________________________________


3. Contrairement à Georges Habache,
Yasser Arafat fait l’objet de poursuites
en France

Sr le site de PRIMO-Europe, à l’URL : http://www.primo-europe.org/
PRIMO-Europe souhaite rappeler qu’une procédure judiciaire est engagée à l’encontre de Yasser Arafat, Président de l’Autorité palestinienne, sur demande des familles des victimes françaises d’attentats commandités par le Fatah, organisation se réclamant de Yasser Arafat.
Dans le même temps, l’Elysée a choisi d’accueillir à Paris celui qui, vraisemblablement, est à l’origine du financement et de la demande d’exécution d’actes criminels contre des populations civiles, parmi lesquelles figuraient des Français.
Nous interpellons le Garde de Sceaux, le Ministre de l’Intérieur et le Premier ministre : la France va-t-elle une fois de plus se fourvoyer en se comportant comme elle l’a fait voici douze ans ?
Elle avait alors accueilli Georges Habache, chef du FPLP, sous protection policière et de la « neutralité » de la Croix-Rouge, pour le laisser repartir libre trois jours plus tard, non sans l’avoir soustrait à la garde à vue du juge Bruguière !
Va-t-elle également renouveler l’épisode peu glorieux de l’exfiltration d’Abou Daoud, cerveau de l’assassinat de onze athlètes, lors des jeux olympiques de Münich de 1972 ?
La France va-t-elle encore pouvoir longtemps prétendre à cette attitude bicéphale qui consiste à se présenter comme le pays des Droits de l’Homme, mais qui les foule aux pieds en accueillant des criminels pour leur réserver un traitement de faveur ?
M. Arafat a choisi de venir se faire soigner en France : soit ! Qu’on applique la loi. La procédure en cours doit suffire à sa mise en examen.
Nous demandons solennellement que le gouvernement français prenne ses responsabilités et les mesures indispensables, afin que la justice ne soit pas entravée par des dispositions d’exception indignes d’une nation démocratique et fidèle aux valeurs républicaines.
PRIMO-Europe, le 28.10.2004

Conception thématique :INFO’SION Pour diffuser , mentionner les sources.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette