Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Le révisionisme d’Alain Ménargues (RFI) sur Radio Courtoisie...

Le révisionisme d’Alain Ménargues (RFI) sur Radio Courtoisie...

Gilles William Goldnadel - Vice-Président de l’Association France Israël - Président d’Avocats Sans Frontières.

dimanche 17 octobre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Ainsi que je le craignais lors de ma précédente chronique, il semble bien que depuis la rentrée de septembre, la crise des otages et l’élan hystérique auquel il nous a été donné d’assister dans le cadre de ce qu’il a été convenu de nommer « la diplomatie des turbans » et qui a donné les résultats que l’on sait sur fond de l’équipée tragi-comique du réseau arabe de M. Julia, la France s’enfonce encore davantage dans le renoncement.

Sous ces tristes auspices, les médias français ont davantage encore sombré dans un anti-israélisme pathologique. Bien entendu, les mêmes vont dire que nous exagérons et nous taxerons même de paranoïa...

Pourtant, ce n’est pas nous, mais la presse arabe, mais les gouvernements arabes, mais les responsables politiques arabes en ce compris Yasser Arafat, le Hamas, le Hezbollah qui ont tenu à intervenir pour tresser des lauriers à la presse hexagonale.

C’est bien le journal Le Monde qui a consacré une première page en octobre aux propos non écrits du premier ministre israélien, pourtant tenus en juillet, les taxant de « négationnistes » au grand dam du médiateur du journal. La marque de l’obsession de ce quotidien pour les actes israéliens, fussent-ils aussi futiles qu’un discours vieux de trois mois est bien ici visible.

Dans le même temps, le génocide commis au Darfour par les milices islamistes de Karthoum sur des centaines de milliers de noirs faisait l’objet d’un entrefilet ridicule.
C’est bien la chaîne publique Arte qui manifeste la même pathologie obsessionnelle lorsque, jour après jour, elle diffuse des films, des reportages, des débats sur le problème juif ou la question palestinienne.

L’apothéose étant constituée par « les Portes du Soleil » encensées par une presse française extatique en dépit de nombreux mensonges et de lourdes comparaisons entre les troupes juives et l’armée nazie
Sur les justes observations du C.R.I.F. le PDG de la chaîne franco-allemande se contentera de répliquer que le conflit de Palestine est la question centrale : mais comment pourrait-il en être autrement, lorsque, dynamique perverse, on abreuve quotidiennement le téléspectateur de ce seul lait frelaté. Et tant pis pour le peuple noir du Soudan.

Enfin, le point d’orgue de cette décade prodigieuse a été, sans contestation, incarné par les déclarations du directeur de Radio France Internationale, j’ai nommé Alain Ménargues, décrétant, à l’instar de l’ONU de 1975, « que l’état d’Israël est un état raciste. ».
Même des syndicats aussi placides que le Syndicat des Journalistes de RFI ou la fédération CGC de Radio France ont condamné immédiatement cet antisioniste viscéral.
Ainsi, le responsable principal de « la voix de la France » à l’étranger peut contester aujourd’hui officiellement la légitimité de l’état juif et rester impunément à son poste.

Mais le pire est à venir, écoutez bien : sûr apparemment, de son impunité, Monsieur Ménargues s’est rendu le 12 octobre à Radio Courtoisie pour vanter son livre « Le mur de Sharon », édité par France Inter. Là, le responsable de Radio France Internationale s’est alors livré à un festival surréaliste d’antisémitisme primaire : contrairement à ce qu’on pourrait croire, la clôture de sécurité na pas été érigée pour endiguer le terrorisme, non, il s’agit de la vieille exigence du peuple élu et de « son esprit de ghetto ».

Relisez dit Ménargues le Lévitique et ses lois de pureté et de séparation avec les goys.
Plus hallucinant encore, le ghetto de Venise aurait été édifié à la demande des juifs et ce n’est qu’ensuite que ceux-ci ont été enfermés de force dans les ghettos.
Notre grand révisionniste ignorant de l’histoire ne sait pas que le ghetto de Venise date du XVIème siècle et que les papes ont enfermé les juifs depuis le XIIIème&
Mais, de cela il n’en a cure et si les juifs d’aujourd’hui se remparent derrière un mur, ce n’est donc pas pour se protéger des bombes, mais tout simplement des goys !

A la suite de cette dernière infamie, je lance donc solennellement un appel aux responsables communautaires ainsi qu’à l’ensemble des hommes de bonne volonté pour organiser une manifestation devant la Maison de la Radio, siège de R.F.I., pour exiger la démission de son directeur provocateur.

Nous ne devons plus tolérer de tels affronts sauf à tolérer l’intolérable.


« Inacceptables » pour le quai d’Orsay 
 
Le ministère des Affaires étrangères a jugé vendredi 15 octobre 2004 « inacceptables » les propos du journaliste Alain Menargues, directeur-général adjoint de Radio France Internationale (RFI), qualifiant Israël d’Etat raciste. C’était le 6 octobre dernier, devant le Centre d’accueil de la presse étrangère à l’occasion de la présentation de son livre « Le mur de Sharon ».

Alain Ménargues avait déjà qualifié Israël d’Etat raciste sur LCI le 30 septembre 2004.


La Société des Journalistes (SDJ) de Radio France Internationale (RFI) a dénoncé samedi « les amalgames indignes » du directeur de l’information de la radio, Alain Ménargues, concernant les juifs et l’Etat d’Israël.

« Le 12 octobre, sur l’antenne de Radio Courtoisie, il (Alain Ménargues) s’est livré à des amalgames indignes de la radio internationale que vous présidez », écrit la SDJ dans une lettre signée de son bureau et adressée samedi au Président directeur général de l’antenne, Antoine Schwarz.

« La SDJ considère que la frontière de l’intolérable est franchie et que la réputation de RFI est désormais gravement entachée », poursuit la lettre dont le le texte a été communiqué à l’AFP par ses auteurs.

En conclusion, la SDJ demande à M. Schwarz « de réagir au plus vite et de prendre (ses) responsabilités ».

Interrogé sur son livre « Le Mur de Sharon », M. Ménargues a déclaré le 12 octobre, selon une cassette fournie par la station : « j’ai été très choqué par le Mur, j’ai été voir des gens, des rabbins, des hommes politiques, si vous regardez le Lévitique dans la Torah, qu’est-ce-que c’est ? La séparation du pur et de l’impur. Un Juif pour pouvoir prier doit être pur, tout ce qui vient contrarier cette pureté doit être séparé (...) Lisez le Lévitique, c’est écrit en toutes lettres ».

« Quel a été le premier ghetto au monde ? Il était à Venise. Qui est-ce qui l’a créé ? C’est les Juifs mêmes pour se séparer du reste. Après, l’Europe les a mis dans des ghettos », avait-il poursuivi.


Le B’nai B’rith dénonce des propos de M. Ménargues

« Nous dénonçons ces déclarations et demandons à M. Ménargues de s’excuser publiquement de tels propos qui constituent une incitation à la haine raciale », a déclaré à l’AFP Thierry Lachkar, responsable de la communication du B’nai B’rith Europe. « Ces propos sont très dangereux, surtout dans le contexte de l’affaire Gollnisch ».

Me Gilles William Goldnadel, président d’Avocats sans frontières et vice-président de l’association France-Israël, a de son côté déclaré à l’AFP qu’il avait l’intention de porter plainte.

« On est dans le cadre d’un antijudaïsme primaire et le fait que ce soit le directeur de RFI, la voix de la France à l’étranger, qui ait proféré ça quelques jours après avoir été rappelé à l’ordre par les syndicats de journalistes de RFI pour avoir dit qu’+Israël est un Etat raciste+ prouve qu’il a un sentiment d’impunité totale », a dit M. Goldnadel.

Alain Ménargues a déclaré de son côté à l’AFP vendredi : « Encore une fois, les associations de protection d’Israël ou de défense d’Israël pratiquent l’amalgame pour faire passer les commentaires sur la loi politique sioniste comme étant du racisme ou de l’antisémitisme ».

« Je réaffirme publiquement tout ce que j’ai écrit dans mon livre +Le mur de Sharon+ à ce sujet », a-t-il poursuivi. « Israël est un pays comme les autres et comme les autres il doit être critiqué. Il n’y a aucune exception dans ma vision du monde, aucun pays n’est au-dessus des lois internationales ».


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette