Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Gog change-t-il de camp ? La Russie et Israël font cause commune contre (...)

Gog change-t-il de camp ? La Russie et Israël font cause commune contre l’islamisme

Michael Hines, Ambassade Chrétienne de Jérusalem

mardi 7 septembre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

« Il existe un lien entre le massacre de ce week-end, dans l’école de l’Ossétie du Nord, le génocide du Soudan, les attentats de Madrid, ceux d’Istanbul et les attentats suicides de Beer Sheva », selon Ze’ev Schiff, journaliste au Haaretz. « Ce lien, c’est le terrorisme islamique, principalement arabe, et il pose une menace sérieuse à la paix dans le monde ».

Dans notre monde de l’après 11/9, où beaucoup continuent à considérer Israël comme une plus grande menace pour l’humanité que les camps de concentration nord-coréens ou les ambitions nucléaires de l’Iran, la nouvelle qu’au moins 10 des « combattants pour l’indépendance tchétchène » étaient des jihadistes arabes, ayant tué quelques 350 enfants, parents et enseignants de Beslan, a provoqué une onde de choc.

« Nous devons admettre que nous n’avions pas manifesté une bonne compréhension des signes de danger qui montent dans notre pays et dans le monde. Nous n’avons pas réagi de façon appropriée et à la place, nous avons montré de la faiblesse », avoua le président Poutine lors d’un sombre discours télévisé après une semaine dévastatrice en Russie, qui avait déjà subi la perte des deux avions et une bombe au métro par des actes terroristes. « Et les faibles sont toujours battus ».

Au Caire, M. Abdulrahman al-Rashed, auteur éminent et responsable de la chaîne de télévision Al Arabiya, a fait un grand aveu dans une colonne du Asharq Al-Awasat samedi intitulée : « La douloureuse vérité : Tous les terroristes mondiaux sont musulmans ».

« Nos fils terroristes sont les aboutissements de notre culture corrompue ». Il lance un appel aux musulmans afin que tous reconnaissent enfin que la plupart de ceux qui perpètrent les actes terroristes sont leur coreligionnaires.

Ce même samedi, M. Ariel Sharon a présenté ses condoléances à la Russie et proposé une plus étroite collaboration entre les deux pays dans la lutte contre le terrorisme islamique, à la veille de la rencontre prévue avec le ministre russe des affaires étrangères M. Sergei Lavrov.

De source israélienne citée dans le Jérusalem Post, le discours de M. Poutine après la sanglante prise d’otages a marqué un tournant significatif de la politique russe qui tentait, jusqu’à présent, d’isoler la terreur tchétchène de la mouvance plus large de l’islam radical, représenté par Al Qaeda.

Dans le passé, les Russes séparaient « leur problème » comme un fait spécifique qu’ils devaient traiter eux-mêmes. Maintenant, ils semblent prendre conscience qu’en Tchétchénie comme ici en Israël, il existe des organisations soutenues par l’extérieur, dans les pays « sanctuaires » où les terroristes jouissent de l’immunité totale.

M. Lavrov devait venir dimanche soir en Israël pour discuter du déroulement de la Feuille de Route ainsi que du retrait israélien du Gaza. Désormais, il est probable que la Russie soit davantage motivée par l’ouverture d’un dialogue sur la guerre contre le terrorisme.

Israël peut proposer une coopération sans précédent avec la Russie, y compris dans le domaine de partage de renseignements confidentiels. M. Sharon pourrait également offrir aux enfants victimes du drame un séjour en Israël, dans le cadre d’un soutien psychologique.

« Nos pays sont des cibles du terrorisme », M. Lavrov l’a dit au Haaretz la semaine dernière, avant les événements de Beslan. « La lutte vigoureuse contre ce mal universel est un domaine dans lequel nous pouvons et devons unir nos efforts ».

« La lutte contre le terrorisme n’a rien en commun avec la lutte contre l’islam », a-t-il ajouté. « Présenter cette lutte comme un conflit religieux ou un choc de civilisations ne sert que la cause des terroristes qui, en réalité, n’ont pas d’identité religieuse ou nationale ».

Selon Ephraim Michaelli, ancien attaché militaire israélien en Russie, Moscou tient en haute estime la capacité de lutte anti-terroriste d’Israël bien que les coopérations soient limitées jusqu’à présent. « De ce point de vue, on pourrait dire que les Russes nous comptent parmi les super-puissances ».

Mais aucune coopération ne marchera, prévient M. Schiff du Haaretz, tant que « la majorité des membres de l’ONU, y compris la Russie, continuent à soutenir le ’terrorisme justifié’, autrement dit les attentats suicides à l’encontre des civils israéliens », tout en fermant les yeux devant le fait que les pays comme la Syrie et l’Iran financent ces opérations et offrent refuge aux coupables.

« Le massacre perpétré en Ossétie du Nord montre qu’il n’y a pas de ’bon’ et de ’mauvais’ terrorisme », conclut M. Schiff.

On décrit souvent Israël comme un canari en cage dans le terrain de mines du monde. Ce qui arrive à Israël finit souvent par atteindre les autres. Alors que la Russie enterre ses 500 morts dans la semaine la plus sanglante de la terreur tchétchène, la question demeure celle-ci : la Russie croit-elle vraiment ce qu’elle dit ?

Quand on songe à la polémique autour du complexe nucléaire iranien, avec lequel Téhéran ne cache pas ses intentions d’éradiquer l’Etat d’Israël, on se demande si les Russes ont vraiment compris…


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette