Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Articles des brèves > Les kidnappeurs irakiens mettent la rançon à 5 Millions d’euros avec une (...)

Les kidnappeurs irakiens mettent la rançon à 5 Millions d’euros avec une dernière limite de 48 heures pour les 2 journalistes français pris en otage

lundi 6 septembre 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

La ministre française déléguée aux Affaires européenne Claudie Haigneré a estimé lundi à Copenhague qu’en dépit des signes prêtant à l’optimisme, la discrétion était « un facteur de sécurité dans les échanges et les avancées des dossiers » liés à l’enlèvement des journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot en Irak.

« On est dans cette période de transition où on ne peut pas donner d’éléments complémentaires parce que (...) la discretion est un facteur de sécurite dans les échanges et les avancées des dossiers », a-t-elle déclaré devant la presse après un entretien avec le ministre danois des Affaires étrangères Per Stig Moller. « C’est vrai qu’il y a eu des signes plutot favorable et optimistes, mais aujourd’hui on ne peut pas aller beaucoup plus loin que ces éléments-là. »

« Je crois que nous devons montrer notre respect pour la sécurité de nos otages là-bas, vous (médias) et nous, dans le cadre de la discrétion, de la réserve », a-t-elle ajouté. AP


selon l’AFP

« Un site internet islamiste a diffusé lundi un communiqué attribué aux ravisseurs de deux Français en Irak, demandant à Paris de satisfaire trois conditions pour leur libération, dont l’acceptation d’une récente trêve proposée par Oussama ben Laden et le versement d’une rançon.

L’authenticité de ce communiqué n’a pas pu être vérifiée.

« L’armée (islamique en Irak) a décidé, après de nombreuses consultations, (de formuler) les demandes suivantes pour la libération des deux otages français : l’acceptation de la trêve avec cheikh Oussama ben Laden (le chef d’Al-Qaïda), le versement d’une rançon de 5 millions de dollars et l’engagement à ne pas (entretenir de liens) militaires et commerciaux en Irak », lit-on dans ce communiqué, signé « Le commandement supérieur du groupe » et publié sur le site « www.islamic-minbar.com ».

Les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, de même que leur chauffeur syrien, ont été enlevés le 20 août sur la route entre Bagdad et Najaf.

« Ces demandes vous sont soumises pour un délai de 48 heures afin de les accepter », ajoute le texte.

Il met en garde contre une quelconque action militaire en Irak qui pourrait torpiller cette offre, laissant entendre que l’opération militaire du week-end à Latifiya (sud de Bagdad) et qui s’était soldée par l’arrestation de 500 personnes avait entravé un dénouement de l’affaire des deux otages français.

« Prenez garde de ne pas nous attaquer comme vous l’aviez fait à Latifiya, le jour où nous voulions vous les remettre, mais Dieu vous a dénoncés au dernier moment », lit-on dans le texte.

A Bagdad, un imam salafiste irakien, cheikh Mehdi al-Soumaydaï, a émis dimanche une fatwa (décret religieux) appelant les ravisseurs à libérer immédiatement les deux journalistes français.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot, de même que leur chauffeur syrien, ont été enlevés le 20 août sur la route entre Bagdad et Najaf par un groupe appelé l’Armée islamique en Irak.

Si l’authenticité du communiqué était confirmé, le groupe aurait pour la première fois précisé ses exigences pour relâcher les deux otages. Bref et ambigu, le texte ne cite pas nommément la France et pourrait s’adresser à l’Occident en général.

Dans un document sonore qui lui était attribué, diffusé le 15 avril par les chaînes arabes Al-Jazira et Al-Arabiya et authentifié par l’agence de renseignement américaine CIA, ben Laden avait proposé « la paix » aux pays européens qui s’engagent à « ne pas agresser les musulmans ».

Ben Laden précisait que pour tout pays acceptant son offre, « la paix entrera en vigueur dès le départ du dernier soldat de nos pays » et indiquait que « l’offre de paix est ouverte pour une période de trois mois à partir de la date de diffusion de ce message ».

Les dirigeants européens avaient alors promptement rejeté l’offre, expliquant que l’idée d’une négociation avec ben Laden était absurde. »


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette