Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > « Le mur suit un tracé évoqué à Camp David II »

« Le mur suit un tracé évoqué à Camp David II »

Propos recueillis par Céline Louail © Le Nouvel Observateur

Frédéric Encel - spécialiste du Moyen-Orient.

mercredi 30 juillet 2003
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Ariel Sharon et George W. Bush ne sont pas parvenus, mardi, à un accord concernant le mur de sécurité en construction entre Israël et la Cisjordanie, cette rencontre a-t-elle servi à quelque chose ?

  • Cette rencontre a malgré tout été utile. D’une part, George W. Bush, en demandant à Ariel Sharon d’interrompre cette construction, reste dans la ligne définie en 1967, et suivie par tous les gouvernements américains depuis, concernant les implantations, et qui considère celles-ci comme un obstacle à la paix. Le mur de sécurité englobe la plupart des implantations, Washington ne peut donc en approuver la construction. C’est un point très important. D’autre part, le nationaliste Sharon ne peut céder concernant le mur vis-à-vis de l’opinion publique israélienne. Celle-ci, touchée par les attentats ne tolèrerait pas l’interruption des travaux. Ce désaccord était clair avant la rencontre. Surtout, cette entrevue a servi aux prisonniers palestiniens puisque Ariel Sharon a annoncé des libérations et surtout celles d’islamistes. La question des prisonniers n’est pas comprise dans la feuille de route. Cependant elle reste un problème pour les négociations et plus particulièrement pour Abou Mazen. En effet, toute négociation nécessite la confiance. Ces libérations, gage de confiance, sont un prélude essentiel au dialogue. Surtout, ces libérations sont une revendication soutenue du peuple palestinien. Abou Mazen se doit de répondre à son opinion publique.

Ce mur est décrit comme un moyen de renforcer la sécurité en Israël or sa construction accentue le mécontentement des Palestiniens. Ne pensez-vous pas qu’il aboutisse alors à l’effet inverse ?

  • L’exaspération n’est jamais bonne conseillère, il est vrai. D’un autre côté, un gouvernement est responsable devant ses citoyens de leur sécurité. Après trois ans d’Intifada, Ariel Sharon ne pouvait pas ne rien faire. Après tout, un mur peut s’avérer efficace contre l’infiltration de kamikazes en Israël. Sans doute espère-t-il une efficacité sur le long terme.

Au-delà d’une réponse à la préoccupation sécuritaire israélienne, ce mur n’est-il pas un moyen pour Ariel Sharon de définir unilatéralement les futures frontières israélo-palestiniennes ?

  • C’est un peu l’ensemble. Il existe une réelle attente israélienne en matière de sécurité. Mais surtout, politiquement, le mur de sécurité peut revêtir un aspect de fait accompli ; une fois à la table des négociations, un moyen pour les Israéliens de dire : « Nous avons déjà négocié sur les frontières à Camp David II, le mur est construit, si vous voulez, demandez-nous autre chose ». Tout ceci est au conditionnel car nous ne sommes pas autour de la table et la situation dépendra du gouvernement en place en Israël. Mais les Palestiniens craignent cela. Rien n’avait été signé à Camp David II, mais les négociations avaient bien avancé et Arafat avait accepté l’idée d’une rectification de frontière. Barak avait proposé l’annexion de pourcentages de Cisjordanie occupée par des implantations en échange d’autres territoires, situés en Israël, et notamment près de la Bande de Gaza. Le mur construit coïncide très exactement avec le tracé de frontière évoqué à Camp David II. La marge de manœuvre du Premier ministre palestinien est donc faible.

Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette