Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Des journaux gouvernementaux égyptiens : L’intervention américaine au Darfour (...)

Des journaux gouvernementaux égyptiens : L’intervention américaine au Darfour est un stratagème pour prendre le contrôle du pétrole soudanais

MEMRI

mardi 10 août 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Plusieurs articles et reportages publiés récemment en Egypte prétendent que l’intervention américaine au Darfour n’est qu’un stratagème destiné à prendre le contrôle du pétrole soudanais et à venir en aide au Président Bush pour les élections à venir. Voici des extraits de ces articles :

Al-Ahram Al-Arabi Weekly : ’Le Soudan est la clef des isoloirs américains’

Le magazine hebdomadaire gouvernemental égyptien, Al-Ahram Al-Arabi , a publié une enquête du Dr. Amani Al-Tawil intitulée : « ’La clef des isoloirs américains est au Darfour : Un complot répondant au nom de ’pétrole’ » [1]

"La locomotive puissante de l’intervention occidentale, conduite par les Etats-Unis, s’apprête à s’arrêter à la station du Darfour au Soudan…où il n’y a pas de distinction entre les questions humanitaires et les questions politiques. Tandis que les experts à Washington, Londres et Khartoum badinent avec le sort de plus d’un million de Soudanais, déplacés et dispersés dans le désert, les jeunes novices soudanais de la politique, les enfants du Darfour, qui ont visité les capitales du monde entier, ont été intoxiqués par la gloire politique et médiatique et ne sont plus capables de présenter un calendrier politique cohérent.

La question qui se pose est pourquoi le Secrétaire d’Etat américain, Colin Powell , dans sa course vers le Darfour, s’est-il emparé de la balle dans le terrain du Secrétaire Général de l’ONU, Kofi Annan et [ pourquoi a-t-il ] mobilisé derrière lui l’Union Européenne pour tenter de marquer le ’but’ en imposant des sanctions internationales contre le Soudan ? Pourquoi Washington n’a-t-il pas donné une chance à l’accord signé en Avril dernier entre le gouvernement de Khartoum et l’ONU, [ qui aurait pu sauver ] plus d’un million de Soudanais des menaces de mort, de faim, de noyade dans [ le sable ] du vaste désert du Darfour ou de mourir dans les camps de réfugiés du Tchad ?

Les réponses ne sont pas éloignées des isoloirs américains et comme de coutume, elles ne sont pas loin du baril de pétrole. [ George W. ] Bush attend que se décide son sort en Novembre, et les Etats-Unis projettent de faire du Darfour un chemin aisé vers leur projet principal d’acheminer le pétrole du Golfe [ persique ] et le pétrole africain jusqu’aux rives de l’Océan Atlantique, afin que Washington puisse satisfaire ses besoins pour la prochaine décennie (…)

Dans le jeu de l’élection américaine, les Démocrates tentent de retirer au Président américain, la dernière ’feuille de vigne’ recouvrant [ sa politique ] au Moyen Orient et de le mettre à nu devant l’électorat américain. La signature d’un traité de paix au Sud du Soudan [ est destinée à aider Bush ] après [ son ] naufrage dans le marécage irakien et son échec vis-à-vis de la feuille de route palestinienne. La seule échappatoire que Colin Powell a pu trouver à la pression que les Démocrates [ exercent ] sur Bush fut la déclaration qu’il prononça, indiquant que son pays souhaitait imposer des sanctions contre le Soudan et qu’il accusait ce dernier d’épuration ethnique et de génocide, bien que sa position était différente début juillet, lorsqu’il déclara que la situation au Darfour n’atteignait pas l’ampleur d’un nettoyage ethnique ou d’un génocide (…)

Il est possible que le retrait par Powell de ses positions politiques [ précédentes ] , son manque de crédibilité et sa préoccupation au sujet des impératifs électoraux de Bush aient donné des raisons à l’Egypte d’intervenir dans le problème du Darfour. L’Egypte insista, lors des discussions entre le Président [ égyptien ] Hosni Moubarak et le Secrétaire d’Etat américain, sur le fait que le problème du Darfour ne devait pas être internationalisé au point de se traduire par une intervention militaire directe, comme l’a menacé le Premier ministre britannique Tony Blair en affirmant être prêt à envoyer immédiatement 5000 hommes au Darfour.

Dans sa prise de position politique, Le Caire soutient que l’intervention directe en Irak n’a pas produit une sécurité et une stabilité réelles. Au contraire, [ elle ] a ouvert en grand la porte à l’émergence d’une guerre civile. L’Irak est également devenu une arène de combats entre des groupuscules récalcitrants affiliés à Al-Qaïda ainsi que diverses autres cellules et la machine de guerre américaine. En outre, Le Caire soutient que la situation au Darfour est délicate et menace la stabilité de ses voisins dans la région et met Le Caire et Tripoli en danger non seulement de la part des milices soudanaises, mais aussi des cellules d’Al-Qaïda qui se trouvent là-bas (…)

D’autre part, les besoins du secteur industriel américain ne se situent également pas très loin du ’gâteau’ du Darfour. Le fait est que la délégation américaine ayant accompagné Colin Powell comprenait des hommes d’affaires et des représentants de compagnies pétrolières, bien que l’administration américaine ait déclaré que les raisons de l’intervention [ américaine au Darfour ] étaient d’abord et avant tout humanitaires (…)

Les objectifs des compagnies pétrolières américaines se divisent en deux étapes : Premièrement, exclure du Soudan les cartels pétroliers du SUD-EST asiatique, étant donné que la production de pétrole soudanais atteindra un demi million de barils au début de l’année prochaine. Et ce, en réaction à la signature d’un accord entre le Bureau Soudanais de l’Energie et des Mines et Pétrodar , la compagnie qui chapeaute un autre cartel pétrolier composé de 15 compagnies, dont la plupart sont Chinoises, Malaises et Européennes.

Deuxièmement, les compagnies pétrolières américaines projettent, une fois la stabilité en Irak retrouvée, de prolonger l’oléoduc du Golfe arabique depuis le port saoudien de Yanbu’ jusqu’à la cité portuaire d’ Arous au Soudan, et [ de là ] depuis le Darfour jusqu’au Tchad où il [ fera la jonction avec ] l’oléoduc existant, partant des champs pétrolifères de Daba au Tchad et arrivant à l’Océan Atlantique, assurant ainsi un afflux de pétrole pour les besoins américains.

Les besoins du secteur industriel américain ne se limitent pas à [ la sécurisation ] d’une voie de passage fiable pour le pétrole à travers l’Afrique mais sont également destinés à réduire la présence française en Afrique. Et ce, après la réussite de l’Amérique à exclure la France de la zone de Al-Buheirat Al-’Uzma [ les Grands Lacs ] , celle-ci espère éliminer la présence française au Tchad et au Soudan, car la France n’a pas agi conformément à ce qu’il était attendu de sa part dans le problème du Darfour (…)"

Al-Ahram Weekly : ’Un complot américain pour prendre le contrôle du pétrole soudanais’

Un éditorial dans le magazine gouvernemental égyptien en Anglais, Al-Ahram Weekly [2] :

"Aucun observateur ne pourrait nier que la situation du Darfour dans l’Ouest du Soudan est en profonde détérioration. La région frappée par la guerre connaît indéniablement une catastrophe humanitaire, accélérée par l’absence d’un gouvernement central efficace.

Est encore plus alarmant, cependant, le discours qui prétend que le Gouvernement soudanais est impliqué dans des opérations de nettoyage ethnique à l’encontre des habitants du Darfour, et en premier lieu contre les tribus non-arabes. De telles allégations sont prononcées en dépit du fait qu’il n’y a pas de Commission d’enquête internationale ni de rapport officiel des Nations Unies [ établissant qu’un tel nettoyage ethnique a lieu ] (…)

La décision prise par le Congrès des Etats-Unis d’imposer des sanctions aura un impact négatif sur le peuple soudanais et ne peut, en conséquence, qu’être considéré comme un acte de punition collective. Le monde arabe suspecte l’impatience des Etats-Unis à intervenir au Darfour d’être un stratagème pour obtenir le contrôle du pétrole soudanais".


[1] Al-Ahram Al-Arabi (Egypte), 31 juillet 2004, http://arabi.ahram.org.eg/arabi/ahr...

[2] Al-Ahram Weekly (Egypte), 29 juillet 2004, http://weekly.ahram.org.eg/2004/701...


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Ce Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française a pour thème, ’la montée des violences’. Ce thème aura toujours accompagné l’histoire de l’humanité. Violences politique, religieuse, sociale, économique, voire même discursive, les humains n’auront cessé de se faire violence, et ce même lorsqu’ils prétendaient l’éradiquer en cherchant à dispenser le bien. Cette relance du Colloque des Intellectuels Juifs de Langue Française apporte une attention toute particulière à ce qu’il convient de nommer une résurgence de la violence affectant aujourd’hui les communautés juives de France et d’Europe.


Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette