Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > La Porte-parole de Tsahal, le Général de brigade Ruth Yaron décrit exactement (...)

La Porte-parole de Tsahal, le Général de brigade Ruth Yaron décrit exactement les circonstances de l’incident tragique de Tel-Sultan

Margot Dudkevitch et Herbe Keinon - Jerusalem Post

jeudi 20 mai 2004
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

L’armée a dit que certains des manifestants étaient armés. L’armée va rendre publiques les photos prises par des hélicoptères de l’armée de l’air dans le secteur au moment de l’incident pour prouver que la foule n’a pas été délibérément visée et que le nombre de victimes est inférieur aux affirmations palestiniennes. Tsahal enquête toujours sur l’incident.

Mercredi soir, le Ministre de la Défense Nationale Shaul Mofaz a dit que l’opération continuera malgré le bombardement accidentel d’une marche de protestation à Rafah dans lequel huit Palestiniens, trois d’entre eux des enfants, ont été tués et des dizaines de blessés hier.

L’officier en chef de la brigade de blindés, le Général Avigdor Klein a ordonné aux troupes de s’abstenir de tirer des obus de blindé comme tir de sommation à la lumière de l’incident tragique de mercredi.

Mofaz a fait des excuses pour la mort de civils innocents, quelques heures après que quatre obus de blindé et un missile d’hélicoptère aient été tirés pour dissuader les manifestants, apparemment menés par des hommes armés, de défiler vers les troupes déployées dans le quartier de Tel-Sultan.

Les officiers de Tsahal n’ont pas exclu la possibilité qu’un des obus de blindé en éclatant, apparemment sur un bâtiment abandonné, a fait sauter une mine placée par les Palestiniens sur la route ce qui aurait pu entraîner des victimes.

« L’opération effectuée par des unités de Tsahal et le Shin Bet est vitale et l’élément essentiel pour la sécurité d’Israël, » a dit Mofaz.« Jusqu’à maintenant les forces ont fonctionné avec de bons résultats, mais je voudrais exprimer la douleur sur les victimes civiles palestiniennes. L’opération continuera avec précaution et en même temps qu’en seront tirées des conclusions » a-t-il dit.

« Aucun soldat ou commandant n’ont donné ou reçu d’ordres de tirer directement sur des civils, » a dit le Chef d’état-major le Général. Moshe Ya’alon.

L’incident a été le plus mauvais scénario possible pour une armée dont les soldats se sont jusqu’ici déplacés prudemment dans les quartiers à forte densité, faisant tous leurs efforts pour s’abstenir de nuire aux civils innocents, dans l’opération qui a commencé hier.

Des porte-parole israéliens ont réagi à l’incident en exprimant leurs regrets, mais en soulignant que cela n’amoindrissait pas la mission de Tsahal contre les tunnels de contrebande de la Bande de Gaza.

« Nous sommes allés à Rafah avec la force, parce que nous cherchons à quitter la Bande de Gaza, » a dit le porte-parole du Premier Ministre Ariel Sharon, Ra’anan Gissin. « Mais nous ne pouvons pas quitter la Bande de Gaza et laisser intact son infrastructure terroriste. » Sharon n’a pas fait des remarques publiques sur l’incident.

Gissin a exprimé le regret pour les morts, mais a ajouté, « Nous traitons dans une zone de guerre et sommes engagés dans un combat légitime contre des organisations terroristes. Malheureusement, les gens sont pris dans des tirs croisés, mais cela ne donne pas à la presse le droit de transformer cela en une mise-en-scène criminelle et de nous accuser de toutes sortes de crimes avant que toutes les données ne soient disponibles, » a dit Gissin.

Les représentants gouvernementaux ont exprimé leur inquiétude après que les communiqués de médias diverses aient, au commencement ,annonc que 23 personnes avient été tuées dans l’attaque, quand le nombre réel s’est avéré ensuite être beaucoup plus bas, 8 morts dont 5 hommes armés....

Gissin a dit que l’incident n’aurait pas d’impact sur les opérations de Tsahal dans le secteur.

« Nous n’avons pas l’intention de séjourner là plus longtemps que nécessaire pour découvrir les tunnels et de perturber les lignes d’approvisionnement terroristes, » a-t-il dit. « A la minute où les services de sécurité penseront que la mission a été accomplie, que les tunnels ont été suffisamment perturbés et que l’infrastructure a été assez endommagée, nous sortirons. »

Le porte-parole de ministère des Affaires Etrangères David Saranga a dit que les représentants d’Israël essayent à l’étranger de combattre les dégâts faits par les images de l’incident en exprimant le regret et en essayant ensuite d’expliquer exactement ce qui est arrivé et pourquoi.

« Ce n’était pas le résultat d’un tir intentionnel, » a-t-il dit. « C’était une erreur et nous sommes désolés. »

Saranga a dit que les représentants du Ministère des Affaires Etrangères essayent à l’étranger de concentrer l’attention mondialle non seulement sur les résultats immédiats des actions de Tsahal à Rafah, mais aussi, en premier lieu, sur les raisons pour Tsahal, d’avoir été obligé d’y aller.

Le président de l’Autorité Palestinienne Yasser Arafat a décrit l’incident comme « un massacre brutal de civils » et a appelé à l’intervention internationale. L’officiel de l’Autorité Palestinienne Saeb Erekat a décrit l’incident comme un crime de guerre et invité le monde à intervenir.

Les films pris par des équipes d’information étrangères et leur diffusion dans le monde entier a produit une condamnation très dure. Il n’a montré que des Palestiniens courant dans les rues, quelques transports d’enfants blessés vers des ambulances et des taxis. Il n’y avait aucun extrait montrant le tir réel ou comment les manifestants ont été blessés, seulement la conséquence.

Les commentaires « audio » des « reporters de salon » de chaque réseaux, confortablement installés dans les studios, n’ont pas dans l’ensemble calmé le jeu.

Dans une tentative de réduire au minimum les dégâts, des officiers supérieurs de Tsahal, y compris la Porte-parole de Tsahal, le Général de brigade Ruth Yaron, a immédiatement donné plus de 40 interviews aux réseaux étrangers. Malgré ces tentatives, le canal Al-Jazeera hier dans la nuit qualifiait toujours l’incident « de massacre ».

Ya’alon s’est immédiatement rendu sur place et s’est réuni avec le Maj.-général Commandement du Sud, Dan Harel et le Ministre de la Défense Nationale Shaul Mofaz pour évaluer la situation et la suite de l’opération de Tsahal.

Au début de l’après-midi de mardi, des centaines de Palestiniens du centre de Rafah s’étaient, donc, dirigés vers le quartier Tel-Sultan pour protester de la présence de l’armée depuis le début de mardi, qui conduisait des recherches porte à porte pour des armes, des fugitifs et les tunnels.

Selon des officiers de Tsahal, un certain nombre de Palestiniens armés ont été incorporés et découverts, parmi la foule d’hommes, de femmes et d’enfants.

Comme ils s’approchaient de l’avant-poste Girit, un hélicoptère a tiré un missile dans un secteur ouvert pas loin des manifestants comme avertissement pour les faire revenir. Selon le film pris de l’hélicoptère et par des « drones », le missile a éclaté loin des manifestants dans un secteur découvert et personne n’a été frappé.

Pas découragés, les manifestants ont continué et l’hélicoptère a tiré des fusées éclairantes de signalisation dans lesecteur découvert devant eux, ce qui a aussi échoué à arrêter la foule. Les soldats ont alors dirigé un feu de mitrailleuse sur le mur d’une construction abandonnée comme autre avertissement.

Quand cela a échoué à arrêter la foule, un blindé a tiré quatre obus sur le même bâtiment et apparemment un des obus a causé une explosion qui a frappé des manifestants.

La Porte-parole de Tsahal, le Général de brigade Ruth Yaron a dit que le film de l’incident en entier pris de l’hélicoptère et par les drones sont toujours étudiés, mais elle a noté que c’est un certain temps après que le blindé ait tiré un certain nombre d’obus qu’il y a eu une explosion. La route employée par les manifestants avait été remplies de mines placées par les terroristes contre les soldats, a-t-elle dit.

« Nos soldats n’avaient pas encore employé la route, parce quelle avait été truffée de mines et n’avait pas encore été nettoyée et rendue sûre » a-t-elle dit.

Interrogée, sur pourquoi le blindé a tiré quatre obus au lieu d’un, Yaron ont dit, « un tir de sommation conformément aux règlements est effectué dans une série de trois et un. »

Immédiatement après l’incident, Israël a offert de l’aide de Palestiniens pour traiter les blessés dans les hôpitaux en Israël, mais on a décliné l’offre, a-t-elle dit.

« Ils nous ont demandé s’ils pourraient évacuer les blessés en Egypte et nous avons dit que nous examinerions la question, mais autant que nous sachions tous les blessés ont été hospitalisés dans la Bande de Gaza, nous avions donné toute liberté de mouvement aux ambulances pour évacuer les blessés. »

« Les soldats qui ont découvert l’approche de la foule et la présence d’hommes armés parmi eux ont craint d’être attaqués, » a souligné Yaron. « De ce que je sais, l’Autorité Palestinienne avait initié la marche qui a débuté du centre de Rafah et s’est dirigé vers Tel-Sultan. »Parmi la foule, il y avait des hommes armés. Pour dissuader les manifestants, un hélicoptère a tiré un missile qui n’a frappé qu’un secteur découvert en aucun cas près des manifestants, ensuite un missile a été tiré pour agir comme avertissement et il n’a mis personne en danger. Un blindé a tiré quatre obus sur un bâtiment abandonné au bord de la route et nous croyons qu’il est possible qu’un des obus qui a pénétré dans le bâtiment, ait frappé des manifestants," a dit Ruth Ya’alon.

Elle a souligné que le nombre de victimes d’abord publiées par l’Autorité Palestinienne a été exagéré et gonflé.

« Nous avons reçu les noms de certains d’entre ceux qui ont été tués, ce qui incluait aussi des noms de quelques tués plus tôt dans la journée dans des incidents sans rapport , » a-t-elle ajouté, « le dernier nombre que nous avons reçu était de 10 et en dehors des quatre qui ont été tués ce matin. Cependant, le nombre n’est pas encore stable et la cause de l’incident est toujours incertaine, mais je voudrais souligner que Tsahal n’a jamais eu aucune intention de nuire aux civils innocents. »

« La bataille est en cours est complexe et compliquée, elle a lieu dans des zones urbaines très peuplées, » a dit Mofaz. Hier dans la nuit les chiffres publiés par le Croissant Rouge palestinien ont dit que 15 Palestiniens ont été tués et plus de 50 blessé dans Tel-Sultan pendant la journée, tous incidents confondus.

Après l’incident, les officiels de l’hôpital Najar dans Rafah ont fait appel aux résidants pour faire don de sang. Partout les officiels Palestiniens de la Bande de Gaza ont invité tous les résidants à participer aux rassemblements de solidarité et à la protestation contre l’occupation israélienne.

Pendant la matinée quatre Palestiniens ont été tués par le tir de Tsahal dans des incidents séparés. À la mi-matinée, les troupes ont rendu visite à tous les hommes de plus de 16 ans et les ont réuni dans les rue, ils ont du présenté leurs cartes d’identité. Comme commençait une file d’attente sur une route, des palestiniens armés ont ouvert le feu, tuant deux Palestiniens et en en blessant plusieurs. Les soldats ont riposté. Avant l’incident, les soldats avaient tiré sur plusieurs Palestiniens armés découverts dans le quartier.

En attendant, la Porte-parole de Tsahal a dit que le frère et la sœur adolescents tués mardi avaient été apparemment tués par l’explosion d’une bombe et pas par le tir de Tsahal, comme allégué par les Palestiniens.

Selon des découvertes initiales après que les troupes dans le secteur aient été mises en cause, il n’y a eu aucun tir de Tsahal dans le voisinage quand les deux avaient été tués.

« Les soldats étaient proches et aucune décharge n’a été tirée dans le secteur, mais ils ont vu une explosion sur le toit de la maison et c’est celaqui a apparemment tué les deux enfants, » a dit un officier de Tsahal. Le premier jour de l’Opération « ’Arc-en-ciel », 20 Palestiniens ont été tués dans des heurts avec les troupes. Le plupart étaient des terroristes et des fugitifs connus.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette