Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > Les textes > Le Conseil National de Sécurité, un facteur déterminant du processus de (...)

Le Conseil National de Sécurité, un facteur déterminant du processus de décision dans l’Administration Netanyahou

Par Barak Ravid - Haaretz, Trad : Marc BRZUSTOWSKI

mardi 14 juillet 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

En moins de 10 ans, le Conseil National de Sécurité est devenu un acteur majeur du processus de décision. Le Conseil National de Sécurité est devenu un acteur majeur du processus de décision durant les dernières années, et pour la première fois, plus précisément, depuis son instauration par Benyamin Netanyahou durant son premier mandat en tant que 1er Ministre, il y a une décennie

Plusieurs anciens dirigeants du Conseil ont démissionné, très amers quant au traitement qu’ils ont reçu de la part du 1er Ministre et des responsables de la Défense. Mais l’impact du rapport Winograd sur la seconde guerre du Liban, le renforcement de la législation par la Knesset, des nominations déterminantes et une plus grande proximité au premier Ministre ont amélioré le statut du Conseil.

La Commission Winograd a recommandé le renforcement du Conseil National de Sécurité et du Ministère des Affaires étrangères, de façon à ce qu’ils puissent exposer des opinions « civiles » supplémentaires au Premier Ministre et au Cabinet rapproché

En 2008, la Knesset a voté la Loi sur le Conseil National de Sécurité, faisant du dirigeant du Conseil National de Sécurité le principal conseiller du Premier Ministre concernant la politique étrangère et la sécurité, et le laissant animer les réunions du cabinet resserré.

Lorsque Netanyahou a pris ses fonctions pour la seconde fois, il a nommé Uzi Arad en tant que chef du Conseil de Sécurité National et son propre conseiller en matière de sécurité nationale. En dépit de quelques critiques concernant la conduite d’Arad, la confiance que lui manifeste Netanyahou a fait de ce Conseil un facteur encore bien plus déterminant dans le processus de décision.

Arad commande l’équipe dirigeante des chefs de l’institution de la Défense et du Ministère des affaires étrangères qui coordonne l’activité sécuritaire et diplomatique israélienne.

Les représentants du Conseil National de Sécurité préparent désormais toutes les discussions du Cabinet resserré, briefent Netanyahou lors de ses rencontres diplomatiques et prennent part à bon nombre d’entre elles. Les représentants de toutes les branches de l’institution de la défense se joignent aux discussions du Cabinet. Un responsable important du Conseil explique que : « contrairement au passé, nous sommes présents « autour de la table » dans toutes les discussions ».

Mais on dit d’Arad qu’il n’est pas totalement satisfait de la position du Conseil, en termes de production de documents. « L’objectif, c’est que chaque document écrit puisse aider le premier ministre et les autres ministres, et nous n’en sommes pas encore là », explique ce responsable important.

Durant les derniers mois, certains responsables ont quitté le Conseil suite à des désaccords avec Arad ou ont été démissionnés. Ils ont été remplacés par des officiers hautement respectés. Cependant, il n’y a pas suffisamment de diplomates qui l’ont rejoint, augmentant l’inquiétude que le Conseil puisse devenir progressivement une autre branche du Ministère de la Défense.

Le Général de Brigade Avriel Ben-Yosef, délégué en chef du Conseil, était auparavant conseiller auprès du Président du Comité des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset. Le Général de Brigade (de réserve) Yuval Halamish, un officier du Renseignement, dirige la branche des politiques sécuritaires, responsable de la mise en œuvre du Rapport Brodet 2007 concernant le Budget de la Défense.

Le Colonel (de réserve), le Dr Eran Lerman, anciennement directeur de recherche au Ministère de l’Intérieur et spécialiste des Etats-Unis, dirige la branche du Conseil chargée des Affaires étrangères. Les sujets concernant le nucléaire et l’Iran seront sous la responsabilité d’un diplomate important, qui faisait auparavant partie de la Commission à l’Energie Atomique. Atalia Rosenbaum, ex-directrice générale du Ministère des Sciences, sera responsable de la mise en œuvre de la Loi sur le Conseil National de Sécurité et les Relations Etrangères.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette