Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Des femmes et des enfants au service de la « rsistance »

Des femmes et des enfants au service de la « rsistance »

MEMRI - Middle East Media Research Institute

lundi 1er juin 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Dernirement, des photos de femmes et d’enfants arms ont t diffuses par des organisations terroristes Gaza : le Hamas, le Djihad islamique et les Comits de rsistance populaires. Certaines de ces organisations entranent les femmes la fabrication et l’utilisation d’armes. Le 16 mars 2009, le quotidien gyptien Al-Masri Al-Yawm voque le recrutement de femmes par la rsistance palestinienne arme.

Les femmes du Djihad islamique fabriquent des armes et suivent un entraînement militaire

"Des Palestiniennes rejoignent les organisations de résistance armées islamiques à Gaza. C’est une évidence, au vu des photos spéciales accordées au [quotidien égyptien] Al-Masri Al-Yawm, où l’on voit des femmes appartenant à la branche militaire du Djihad islamique, l’unité des femmes Saraya Al-Qods. Les femmes du Djihad fabriquent des armes et effectuent des mélanges de nitrogène pour préparer de simples bombes, assemblent les différentes parties des missiles palestiniens.

Iman Muhammad, photographe de presse palestinienne, a accompagné [ces femmes] portant Kalachnikov et pistolets, a rempli les magazines [de photos] et s’est entraînée à tirer. Elle rapporte qu’après la guerre de Gaza, des factions palestiniennes ont commencé à entraîner les femmes à fabriquer et manier les armes, se préparant à instaurer une unité miliaire de femmes.

Iman rapporte que les hommes entraînent leurs mères, femmes et filles, ajoutant : ’Me conformant à de strictes mesures de sécurité, je suis sortie avec deux amies prendre ces photos, où l’on voit pour la première fois des femmes charger leurs fusils, assembler et désassembler leurs armes.’

Là, Iman a rencontré Umm Muhammad et sa belle-fille, qui lui ont expliqué ce qu’elles faisaient, précisant que le Djihad islamique n’est pas la seule faction enrôlant des femmes dans la résistance armée.

Le très grand nombre d’attentats israéliens au cours des premiers jours de décembre 2008 [guerre de Gaza] a tué des centaines de policiers et de combattants. L’ennemi a envahi villes et quartiers résidentiels et a tué des civils chez eux. En conséquence, plusieurs factions ont décidé d’entraîner les femmes des familles, vu qu’il y a en moyenne sept ou huit femmes par famille, afin de leur apprendre le combat défensif, pour le cas où l’ennemi envahirait de nouveau les quartiers résidentiels."

Une femme du Djihad islamique : ’Nous sacrifierons notre sang, nos âmes et nos fils pour la Palestine.’

"Iman ne croit pas que les femmes rejoindront le front au combat : ’Je ne peux pas imaginer des femmes près de la frontière, vêtues de l’uniforme islamique et lançant des missiles ; toutefois, le fait d’entraîner [des femmes] au maniement des armes représente un changement qualitatif de l’attitude de la Résistance islamique à l’égard des femmes.’

Umm Mohammad a dit à Iman : ’Nous sacrifierons notre sang, nos âmes et nos fils pour la Palestine. Nous créerons une unité militaire à notre façon. Les femmes sont fortes, comme le prouvent leurs actions.’

La belle-fille voilée [d’Umm Muhammad] déclare : ’Il n’est pas difficile de s’entraîner à faire des bombes et à manier les armes. Mon mari et sa mère sont spécialistes en la matière et je suis heureuse de faire quelque chose pour ma patrie.’"

Umm Muhammad à la journaliste : ’Rien n’explosera, mais si quelque chose explose, vous mourrez en martyre.’

"Iman : ’La caméra ne les dérangeait pas, mais la présence d’une femme photographe si’. Umm Muhammad : ’Qu’est-ce qui est mieux : une combattante musulmane ou une photographe musulmane ?’

Dans une pièce se trouve une pile de fusils et de lance-roquettes prêts à être utilisés. Umm Muhammad rassure la journaliste : ’Rien n’explosera, mais si quelque choses explose, vous mourrez en martyre.’

Muhammad, qui entraîne sa mère et son épouse, estime que ’les combattantes sont un nouveau phénomène à Gaza, encore enveloppé d’une aura secrète, pour des raisons de sécurité.’ ’Mais, dit-il, il est important que le monde sache que les femmes et les enfants oeuvrent pour la cause [palestinienne].’"

A Gaza, une femme journaliste n’est pas bien vue

"Dans la petite pièce d’un immeuble vide de Gaza se tenait Iman Muhammad, 23 ans, appareil photo au poing : devant elle, Umm Muhammad et sa belle-fille fabriquent et manient des armes. Iman explique qu’elle voulait prendre ces photos un mois plus tôt, mais qu’il lui a fallu deux mois pour organiser cette réunion, en raison d’’impératifs sécuritaires’.

Les choses sont toutefois beaucoup plus compliquées : Iman est la seule femme photographe de Gaza, et il lui a été difficile d’obtenir ce poste. Les universités de Gaza n’ont pas de département photo, et Iman a du être formée par de [nouvelles] agences. Elle a été conseillée par ses collègues masculins, mais a beaucoup souffert des tentatives visant à limiter ses mouvements et de la difficile acceptation [de son statut de femme photographe].

Dans une conversation téléphonique avec le quotidien Al-Masri Al-Yawm, Iman a déclaré : ’D’abord, je leur mentais en disant que la photographie était mon hobby, car sinon, personne ne m’aurait rien appris. J’ai commencé à prendre des photos en 2005, à l’âge de 18 ans. [Au début], une agence de nouvelles me prêtait l’équipement, mais en 2006 j’ai acheté mon propre équipement : un appareil photo et quelques objectifs. Quand je marche aujourd’hui dans les rues de Gaza, je ne suis pas différente des autres femmes, mis à part l’appareil photo [que je transporte]. Je viens d’une famille conservatrice et je porte le voile, comme toutes les autres femmes.’

Iman fait des études de journalisme et de communication à l’université islamique de Gaza, et travaille en tant que journaliste et photographe. Elle dit : ’A Gaza, les gens ordinaires sont plus tolérants que les gens instruits, qui parfois se moquent de moi avec des remarques sarcastiques.’"

Voir les photos : http://memri.org/bin/latestnews.cgi?ID=SD237209


1 Al-Masri Al-Yawm (Egypte), 16 mars 2009.


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette