Depuis Septembre 2000, DESINFOS.com est libre d’accès et gratuit pour vous donner une véritable information indépendante sur Israël
Personnalisé
Inscription gratuite à la Newsletter - cliquer ici
-
Accueil > La revue des infos > Joyeux Anniversaire Isral

Joyeux Anniversaire Isral

Par Raphaelle Elkrief pour Guysen International News

mercredi 29 avril 2009
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


Partager  | Autres liens

Les annes passent, et le pays ne semble pas avoir pris une ride. 61 ans aprs la dclaration d’indpendance prononce par Ben Gourion, les Israliens s’apprtent clbrer leur pays. Alors que le pays entier se vtit de blanc et de bleu, que l’on hisse les drapeaux aux coins des rues, loccasion semble toute trouve de revenir sur les vnements marquants qui se sont drouls depuis le 60e anniversaire d’Isral. Un rappel non exhaustif videmment

Année politique très dense pour l’État Juif, qui a vu en l’espace de 12 mois, la démission de son Premier ministre, et des élections anticipées.

Déjà fragilisé par la commission Winograd qui enquêtait sur les erreurs de gestion du gouvernement et de l’état-major pendant la seconde guerre au Liban, Ehoud Olmert est contraint de renoncer à ses fonctions après avoir été inquiété dans des affaires de corruption.

Le 21 septembre 2008, il annonce sa démission au président Shimon Peres. A la tête de Kadima, lui succède la ministre des Affaires Étrangères Tzipi Livni, qui remporte les primaires du parti centriste.

Celle-ci étant cependant dans l’incapacité de former une coalition parlementaire, des élections anticipées sont annoncées.

Le 10 février, les israéliens se rendent aux urnes et donnent une légère avance à Kadima.

Mais c’est une avance trop fragile pour permettre à son leader d’obtenir une majorité stable. Benyamin Netanyahou est désigné comme Premier ministre. Un gouvernement réunissant une palette extrêmement variée de l’échiquier politique voit le jour. Un gouvernement improbable selon certains…

Cette année a aussi été celles des négociations concernant les prisonniers avec le Hezbollah. Le 17 juillet 2008, Israël reçoit les dépouilles de deux de ses soldats tués par les milices chiites en 2006 et Beyrouth accueille en héros 5 prisonniers relâchés par Israël.

Mais on est toujours sans nouvelles du soldat Shalit. Le 20 mars 2009, on fête tristement les « 1000 jours sans Guilad ».

Pendant que les dispositifs sécuritaires se renforcent près de Gaza, on assiste en Israël a l’émergence d’une toute nouvelle forme d’attaque. Mercredi 4 juillet 2008, un tractopelle conduit par un arabe israélien fonce dans des voitures, rue Yafo à Jérusalem.

Alors que l’opinion internationale rechigne à qualifier l’événement d’attentat 3 autres attaques de même nature surviendront au cours de l’année. De nouveaux défis s’imposent aux autorités israéliennes : quelle prévention pour ce type d’attentat ? Quelle politique pour les permis de travail ?

La liste des attentats de la 61ème année d’Israël se ferme sur celui du Goush Etsion. Le 2 avril 2009, dans la localité de Bat Ayin, un homme déguisé en religieux orthodoxe frappe et blesse à la hache un enfant de 7 ans, et tue Shlomo Nativ âgé de 16 ans.

Côté sécuritaire, les milliers de roquettes lancées par le Hamas sur le sud du pays depuis la bande de Gaza auront définitivement rythmé cette année. Las d’appeler le Hamas à la raison, Israël lance le 27 décembre 2008, des raids et des bombardements au dessus de la bande de Gaza, avant d’entreprendre des attaques terrestres, le 3 janvier 2009.

L’opération ‘Plomb durci’ vise à mettre fin aux tirs des roquettes Qassam sur Sdérot et au réapprovisionnement en armes du Hamas.

Le 18 janvier, un cessez-le-feu unilatéral est annoncé côté israélien qui affirme avoir atteint ses objectifs « à moyen terme ». Alors que certains parlent de « crimes de guerre », un rapport est produit par l’armée israélienne. Tsahal y reconnaît certaines erreurs effectuées pendant la guerre, et y déplore la mort de civils innocents, mais assure qu’elle continue d’être une armée « morale ».

A l’international, la menace iranienne gronde toujours. Le président iranien a réaffirmé vouloir poursuivre son programme nucléaire. Et les actes parlent d’eux mêmes : l’installation de centrifugeuses dans l’usine d’enrichissement de Natanz se poursuit à un rythme soutenu.

Le 17 août, l’année des 30 ans de la révolution islamique, on annonce qu’une fusée capable de mettre un satellite en orbite est mise au point.

L’homme qui a de « sérieux doutes » sur l’existence de l’Holocauste et prédit la « disparition » d’Israël, fait encore parler de lui, et signe le coup de grâce à la conférence des Nations-Unies sur le racisme à Genève…

Israël attendait un nouveau souffle de l’élection du nouveau président des États-Unis. La visite du candidat démocrate Obama en juillet 2008 à Tel-Aviv laissait présager un avenir nouveau pour les relations au Proche-Orient. Dont acte : relations diplomatiques avec l’Iran, possibilité d’une ambassade en Syrie, soutien financier à un gouvernement palestinien d’union nationale qui comprendrait le Hamas, décidément, un changement, mais probablement pas celui que les autorités israéliennes espéraient, est en marche.

Impossible également de ne pas citer le net refroidissement des relations entre l’Europe et Israël depuis que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou a osé déclarer que l’établissement d’un Etat palestinien n’était pas la première priorité de son gouvernement. Un refroidissement auquel, Mirek Topolanek, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, s’est cependant fermement opposé.

Pendant ce temps, le monde entier s’enfonce dans la crise économique. Le pays subit une baisse du salaire moyen, d’environ 0,5% ; le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 3,8%. Le ralentissement de la demande mondiale et locale a contraint les entreprises israéliennes à réduire leurs effectifs.

Cependant 13 entreprises israéliennes sont recensés par le classement ’Forbes’ des plus grandes entreprises du monde. Le 19 avril, Shimon Peres annonce que le rapport de la Banque d’Israël « indique que nous gérons la crise économique mondiale relativement bien ».

Pour terminer sur une note plus légère, la visite de quelques peoples au cours de cette 60e année d’Israël : Ainsi pour la visite de la directrice du CNRS et d’une importante délégation de chercheurs dans les universités et laboratoires israéliens qui aura permis la signature d’importants accords de coopération.

Ou encore celle de l’ex chanteur des Beatles, Paul Mc Cartney à l’occasion d’un concert à Tel-Aviv qui a réunit 50 000 personnes.

Toujours dans le rayon ’bonnes nouvelles’, la découverte d’un important gisement de gaz à Haïfa et aussi l’obtention pour le film ’Valse avec Bashir’ du César du meilleur film étranger.

Enfin Israël fête ses 60 ans, mais Tel-Aviv l’a précédée. Le 11 avril, la 1ère ville juive du monde et capitale économique du pays à fêté ses 100 ans.

Alors, quelques semaines après avoir honoré la Ville blanche, il ne reste plus qu’à souhaiter un joyeux anniversaire à l’État d’Israël !


Soumettez vos réactions - Imprimer la page - {id_article}

Chaque matin recevez la Newsletter de Des Infos.com
Cliquez pour vous inscrire gratuitement

Inscription  gratuite à la Newsletter de



Informations , services  et publicité sélectionnés gratuitement par Desinfos.com











IDC

 





Docteurinfo.com la santé par la connaissance


Avis d'utilisation |     | Accueil | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Espace privé |     | SPIP | squelette